• Mon point de vue sur l’interview de Lilian Thuram sur le sujet du racisme anti noirs, j’y ajouterais celui que je connais le mieux le racisme anti arabes

     

    Mon point de vue sur l’interview   de Lilian Thuram sur le sujet du racisme anti noirs, j’y ajouterais celui que je connais  le mieux le racisme anti arabes

     

     

    Paroles à la défense

     

    Invité jeudi soir à s’expliquer sur RTL, le champion du monde de foot estime que la phrase en question a été “sortie de son contexte”. “On a fait un amalgame de mes réponses sans mettre les questions”, assure-t-il, expliquant avoir voulu pointer du doigt le “complexe de supériorité sur les Noirs” des supporters imitant des cris de singe dans les stades.

    “Les personnes en capacité de faire des bruits de singe à un Noir sont racistes, ont un complexe de supériorité. Il faut essayer d’expliquer pourquoi les gens sont racistes. Ils sont encore dans la hiérarchie du passé (entre les Blancs et les Noirs) et ils pensent que cette hiérarchie est juste”, a-t-il développé, assurant ne pas s’être adressé ”à toutes les personnes blanches de la Terre”.

     

    SOS Racisme au secours de Thuram

     

    De nombreuses voix se sont élevées pour défendre l’ancien sportif. L’association SOS Racisme s’est notamment fendue, comme la LICRA, d’un communiqué de presse à la mi-journée. Et pas question pour elle de “faire un procès à Lilian Thuram”.

    “Il est inacceptable de le traiter de communautariste et de raciste. Nous connaissons son combat et ses valeurs”, écrit l’association contre les discriminations. Hermann Ebongué, secrétaire Général de SOS Racisme et président de Sportitude France regrette pour sa part que ce genre de sortie soit récupérée par l’extrême droite. “Il faut, bien évidemment, éviter de faire des généralités à l’heure où l’antiracisme et l’universalisme sont menacés par les extrêmes de tous bords (...) et où l’extrême droite s’empare de la moindre occasion pour faire campagne du rejet de l’autre”, écrit-il.

     

     

     

     

    Mon point de vue sur l’interview

     de Lilian Thuram sur le sujet du racisme

    anti noirs, j’y ajouterais

     celui que je connais

    le mieux le racisme anti arabes

    Lilian Thuram est anti raciste, sa phrase que vous verrez plus bas a peut-être été sortie de son contexte où il a oublié qu’il existe en France des anti racistes blancs et j’en suis un… Du temps de la colonisation de l’Algérie il y avait les Européens (très minoritaires) et les autres appelés les indigènes (très majoritaires) désignés par des propos racistes : les bougnouls, les bicots, les ratons, les melons. Les noirs c’étaient des nègres.

    OUI, n’en déplaise au maire de Béziers Ménard, les blancs européens (exceptés les anti colonialistes) se prenaient pour des êtres supérieurs…

    Aujourd’hui Ménard et tous les acolytes de son acabit n’hésitent pas à parler de grand remplacement et de racailles des banlieues…

    Michel Dandelot 

    L’ancien joueur de l’équipe de France et champion du monde 98 a donné une longue interview au journal sportif italien, le Corriero Dello Sport. Interrogé sur les présumés cris racistes dont aurait été victime l’attaquant de l’Inter Milan, Romelu Lukaku, Lilian Thuram a affirmé qu’il n’y avait pas de racisme dans le football mais que le racisme anti-noir était présent dans la culture italienne et française.

    Ainsi, selon lui«Il faut prendre conscience que le monde du foot n’est pas raciste, mais qu’il y a du racisme dans la culture italienne, française, européenne et plus généralement dans la culture blanche», «Il est nécessaire d’avoir le courage de dire que les Blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être. De toutes les manières, ce sont eux qui doivent trouver une solution à leur problème. Les Noirs ne traiteront jamais les Blancs de cette façon, et pour n’importe quelle raison. L’histoire le dit.»

    Une sortie immédiatement qualifiée de raciste par le maire de Béziers, Robert Ménard :

     Patientez un peu avant de visionner le débat qui nous intéresse ou passez directement à 3 mn 20''. Merci ! 


     

     

    « En soutien au peuple algérien : le rire de Djamila BouhiredLe venin dans la plume Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 6 Septembre à 10:26

    J'e reconnais une hostilité congénitale au sujet du maire de Béziers. C'est eut-être une forme de racisme ? 

    J'avoue que moins je le vois, mieux je me porte. Fort heureusement je n'ai pas affaire à lui dans mon quotidien.

    Sur le fond du problème le racisme va bon train en France. La crise socio-économique que nous subissons l'alimente. ON se croirait revenu au temps du colonialisme,époque bénie pour Robert Ménard. Et pas pour moi qu'on avait enrôlé pour une guerre qui avait pour objectif de perpétuer ce système social, forme aggravée du capitalisme.

    J

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter