• Mourir pour rien *** Deux exemples parmi tant d’autres

     

     

    Mourir pour rien

    Deux exemples parmi tant d’autres

    Mourir pour rien *** Deux exemples parmi tant d’autres

    Palestro ! Ces trois syllabes resteront comme le lieu de la plus célèbre et tragique embuscade de la guerre d’Algérie, le 18 mai 1956. Le symbole de ce qui peut arriver de pire à 21 soldats qui étaient des appelés du contingent. Six ans plus tard, le 5 juillet 1962, l’Algérie devenait indépendante.

    Ils sont morts pour rien comme les milliers d’autres (27 500 tués et 1 000 disparus) dans cette guerre qui n’a dit son nom qu'en 1999.

    Mourir pour rien *** Deux exemples parmi tant d’autres

    Hommage aux soldats tués à Uzbin, dans la cour des Invalides à Paris

     en 2008. 

    Uzbin ! dans cette vallée afghane, le 18 août 2008, dix soldats français et un interprète afghan sont tués dans une embuscade. Le lendemain, les Français découvrent qu’elle est en guerre en Afghanistan et que ses fils y meurent. 13 ans plus tard, presque jour pour jour, le 15 août 2021, les talibans sont entrés dans Kaboul sans résistance après le départ des soldats américains. Avec les tués d’Uzbin, 90 soldats français sont morts en Afghanistan de 2002 à 2014 pour rien eux aussi ! Maintenant, il nous reste le Mali…

    Première vidéo : l’embuscade du 19 août 2008

    en Afghanistan

    Uzbin, du nom d’une vallée en Afghanistan où le 18 août 2008, dix soldats ont trouvé la mort, pris dans une embuscade. C’est ce jour-là, en plein été, que les Français se sont rendu compte qu’ils étaient en guerre, une guerre sans nom, une guerre en leur nom, depuis déjà sept ans… à 5000 kilomètres de chez eux. Uzbin, c’est le nom d’une tragédie qu’on murmure entre soldats, envoyés en Afghanistan comme symbole de leur peur, en particulier d’une attaque surprise, sans pouvoir ni décrocher, ni riposter… Symbole aussi d’un choc, celui des visages des disparus, publiés à la Une des journaux. Et puis tout simplement, les dix morts d’Uzbin représentent la plus grosse perte de l’armée française depuis l’attentat du Drakkar en 1983 à Beyrouth. Il y a eu Avoir 20 ans dans les Aurès … Il y a aussi Avoir 20 ans, et mourir à Uzbin : là encore, c’est l’histoire de jeunes soldats, envoyés pour certains pour la première fois au front. C’est enfin, l’histoire de leurs parents et de leurs proches et celle d’une controverse, du poids d’un mot qu’on hésite à utiliser du côté des gouvernants : le mot "guerre". Aujourd’hui encore, il y a débat : La France est sur le terrain d’opérations militaires mais est-elle en guerre ? Si oui, depuis quand ? Au nom de quoi ? Sous quel mandat des soldats français sont-ils envoyés ?

    Pour ceux qui ne l’ont jamais vu voici le film intégral

    de l’histoire de l’embuscade de Palestro :

     

    « Réaction à une lettre à Mme Darrieussecq *** Un article de Jacques CROSUn sketch plus que jamais d’actualité... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    2
    DUPONT
    Samedi 28 Août 2021 à 11:28
    DUPONT

    L'histoire du monument aux morts de PALESTRO, que vous affichez,  mériterait votre attention!

      • Samedi 28 Août 2021 à 12:30

        Merci de donner plus d'explications lorsque vous attirez mon attention concernant l'histoire du monument aux morts de Palestro, je pourrai alors vous donner mon avis bien tranché anti colonialisme donc anti racisme.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :