• N'oublions pas : Il y a deux 8 mai 1945

    Ce matin nous avons vu l'image du jour :

    deux présidents pour commémorer

    le 8 mai 1945 

    N'oublions pas : Il y a deux 8 mai 1945

    Les présidents, l'un sortant et l'autre élu, François Hollande et Emmanuel Macron ont déposé lundi, côte à côte, la traditionnelle gerbe des commémorations du 8 mai 1945 sur la tombe du Soldat inconnu, sous l'Arc de Triomphe.

    Si vous le souhaitez vous pouvez voir ou revoir pendant 35 mn un résumé de cette cérémonie en cliquant sur le lien ci-dessous :

    http://www.francetvinfo.fr/societe/8-mai/direct-regardez-l-edition-speciale-de-france-2-consacree-aux-commemorations-du-8-mai-1945_2176689.html

     

    Mais Nanterre n’a pas oublié

     l’autre 8 mai 1945

    N'oublions pas : Il y a deux 8 mai 1945

    Nanterre, lundi 8 mai 2017. Une cinquantaine de personnes se sont réunies devant l’hôtel de ville de Nanterre, pour honorer la mémoire de milliers d’Algériens massacrés lors d’une manifestation pacifique à Sétif, Guelma et Khératta. LP/D.L. David Livois

    Il y a un autre 8 mai 1945. Répondant à l’appel du collectif unitaire pour la reconnaissance des crimes d’Etat en Algérie, une cinquantaine de personnes se sont réunies à Nanterre pour honorer la mémoire de milliers d’Algériens massacrés lors d’une manifestation pacifique à Sétif, Guelma et Khératta. Un drame qu’elles souhaitent voir reconnu par l’Etat français.

    C’est dans ce but que depuis trois ans, à la même date, un rassemblement est organisé sur le parvis de la mairie. « Le mouvement prend de l’ampleur, se félicite M’Hamed Kaki, membre actif du collectif et par ailleurs fondateur de l’association Les Oranges - du nom d’un livre de l’écrivain Aziz Chouaki dans lequel il est question de l’histoire entre l’Algérie et la France depuis 1830. Au départ nous n’étions qu’une poignée, mais aujourd’hui, une trentaine de villes organisent cette célébration à travers toute la France. L’idée fait son chemin qu’il est impossible de se souvenir de l’anniversaire de la victoire contre le fascisme sans la volonté d’arracher de l’oubli ce qui s’est passé en Algérie à la même période ».

    Et à Nanterre, ce devoir de mémoire revêt une importance particulière : « Nous savons que beaucoup d’habitants de la ville ont perdu des membres de leur famille dans ces jours terribles, glisse le maire (Gauche citoyenne) Patrick Jarry. Le vivre ensemble se fonde aussi sur une mémoire partagée. Ce n’est pas à l’Etat de dire l’histoire, mais c’est à lui de la reconnaître. »

    Une reconnaissance que la députée (GC) Jacqueline Fraysse estime être sur la bonne voie. « En 2005, l’ambassadeur de France en Algérie a parlé de tragédie inexcusable, puis en 2012, François Hollande a reconnu les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien, énumère-t-elle. Il est grand temps de traiter l’histoire d’une manière lucide et apaisée. »

    SOURCE : http://www.leparisien.fr/nanterre-92000/nanterre-commemore-l-autre-8-mai-1945-08-05-2017-6930060.php


    Les massacres de Sétif, Guelma et Khératta 

     

    « A l’occasion du 74e anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance nous vous présentons " Les Jours heureux " un documentaire signé Gilles PerretCe mercredi est, comme chaque 10 mai, la Journée des mémoires, de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter