• Nantes. La fresque en hommage à Steve recouverte de noir et d’une croix celtique

    Nantes. La fresque en hommage

    à Steve recouverte de noir

    et d’une croix celtique 

    C’est la deuxième fois en une semaine que cette œuvre située à la pointe ouest de l’île de Nantes est dégradée.

    Nantes. La fresque en hommage à Steve recouverte de noir et d’une croix celtique

    La fresque en hommage à Steve Maïa-Caniço a de nouveau été dégradée. | PHOTO PRESSE OCÉAN – AHDAfficher le diaporama

    Il y a une semaine, des messages nauséabonds étaient apparus sur la fresque peinte en hommage à Steve Maïa-Caniço sur un bâtiment du quai Wilson, à la pointe Ouest de l’île de Nantes. Ce jeune homme de 24 ans est mort noyé la nuit de la Fête de la musique, le 22 juin 2019, après une chute dans la Loire, lors d’une opération de police controversée. 

    Restaurée une première fois

    Les tags avaient été rapidement effacés et la fresque restaurée par les artistes qui l’ont créée.

    Mais, dans la nuit du lundi 17 au mardi 18 février, la fresque a de nouveau été dégradée. Cette fois-ci, le mur a été largement recouvert d’une matière visqueuse noire, qui pourrait être du goudron. Le portrait de Steve Maïa-Caniço n’est plus visible et une grande croix celtique, symbole souvent repris par l’extrême droite, a été dessinée par-dessus la fresque.

    Ce mur est devenu depuis un espace de recueillement pour les proches du jeune homme comme pour une partie des Nantais. Sur sa page Facebook, le groupe Nantes révoltée fait savoir que les peintres vont la restaurer dans les plus brefs délais.

     

    Restaurée il y a une semaine la stèle de Steve

    est une nouvelle fresque-hommage au Hangar

    à bananes... hélas tout est à restaurer

    le fascisme est passé par là !!!

    Nantes. La fresque en hommage à Steve recouverte de noir et d’une croix celtique

    La mobilisation citoyenne ne faiblit pas autour de Steve Maia Caniço. Un immense graff a surgi ce samedi sur le mur d’un bâtiment du Hangar à bananes.

    Quai Wilson, à Nantes, les messages rageurs ou poétiques recouvrent le bitume et les murs du bunker qui sert de QG aux amis de Steve Maia Caniço, animateur périscolaire de 24 ans qui n’a plus donné signe de vie depuis la nuit de la Fête de la musique au terme d’une opération de police controversée.

    Pas une semaine sans que des proches ou des citoyens anonymes se mobilisent « pour inscrire Steve dans les esprits de chacun », ainsi que l’a promis Aliyah, une amie. Ce samedi, des artistes graffeurs ont également apporté leur contribution, décorant le mur d’un bâtiment situé à l’entrée du parking du Hangar à bananes, à Nantes.

    Les passants ne cachent pas leur émotion. Ainsi, ce quatuor de quadragénaires se recueillant ce samedi soir devant la fresque et qui confie : « Ça nous fait quelque chose de voir cette fresque, on ne connaissait pas Steve mais cette histoire nous touche, inévitablement. »

    SOURCE : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-la-fresque-en-hommage-a-steve-recouverte-de-noir-et-d-une-croix-celtique-b7537e12-523a-11ea-823f-2d0b1eb426f1?utm_source=ownp_po_newsletter-tulalu&utm_medium=email&utm_campaign=po_newsletter-tulalu&utm_content=20200218&vid=2264076&_ope=eyJndWlkIjoiMjI2NDA3NiJ9

    LA FRESQUE POUR STEVE

    TOTALEMENT SACCAGÉE

    PAR L’EXTRÊME DROITE

    - Appel à soutien pour restaurer la peinture -

    L'été dernier, une grande fresque en hommage à Steve, mort noyé dans la Loire lors d'une charge de la police, était réalisée au bord du fleuve sur l’île de Nantes. Depuis, ce mur était devenu un espace de recueillement pour les proches du jeune homme comme pour une partie des nantais et des nantaises.

    La semaine dernière, des tags obscènes souillant la mémoire du défunt étaient réalisés sur cette fresque. Des tags de l'extrême droite, se réjouissant du drame. Ces dégradations étaient immédiatement recouvertes par les artistes, qui ont restauré la peinture en un temps record à la demande d'amis de Steve.

    La nuit dernière, la fresque a été totalement saccagée par des néo-nazis. Cette fois ci, les dégâts sont très importants : une croix celtique – symbole fasciste – de plusieurs mètres de haut à la peinture noire recouvre le portrait du jeune homme tués. Des tags racistes et néo-nazis sont présents sur les côtés. La quasi totalité de cette grande peinture est endommagée.

    Ce nouvel acte fasciste intervient dans un contexte troublant. La semaine dernière, une banderole antisémite avait été déployée à l'université. La même soirée, des tags injurieux et confus contre « Nantes Révoltée » étaient tagués sur le campus. Ambiance délétère.

    La réalisation de cette fresque présente un coût : du temps, de l'argent. Les peintres vont la restaurer dans les plus brefs délais, mais ils auront besoin de soutien pour acquérir de la peinture, et éventuellement de quoi protéger la fresque d'autres attaques fascistes.

    Une cagnotte est mise en ligne : www.lepotsolidaire.fr/pot/x56nez2h 

    Merci d'avance.

     

    Et nous avions déjà constaté un couac

    dans la majorité LREM

    C’était le 3 juillet 2019

     

    Disparition de Steve à Nantes :

     un député LREM accuse… l’Etat

    Nantes. La fresque en hommage à Steve recouverte de noir et d’une croix celtique

    Selon Mounir Belhamiti, le gouvernement a grandement manqué de tact et de compassion après la polémique sur l’intervention musclée des forces de l’ordre lors d’une Fête de la musique en bord de Loire.

    Le député de Loire-Atlantique, qui a remplacé François de Rugy quand celui-ci est devenu ministre, estime que « l’Etat se met en faute » dans ce dossier. Facebook - Mounir Belhamiti

    C'est « délicat », convient-il lui-même. Mais le député LREM de Nantes Mounir Belhamiti estime qu'il est de son devoir de s'exprimer sur ce sujet, quitte à froisser la direction de la majorité dont il est issu. Dans une tribune publiée sur Facebook, l'élu de Loire-Atlantique revient donc longuement sur la dispersion polémique d'une Fête de la musique par les forces de l'ordre, notamment marquée par la disparition de l'un des jeunes spectateurs, Steve Caniço, 24 ans.

    Nantes. La fresque en hommage à Steve recouverte de noir et d’une croix celtique

    Dans la nuit du 21 au 22 juin, un peu après 4 heures, les forces de l'ordre interviennent quai Wilson pour mettre un terme à cette soirée électro qui dure au-delà de l'heure prévue. Mais pendant l'intervention, où du gaz lacrymogène et des grenades de désencerclement sont utilisés, 14 personnes tombent dans la Loire. Steve n'a lui plus donné signe de vie.

    « L'Etat se met en faute »

    « Une enquête de l'IGPN (la police des polices, ndlr) est en cours, à la demande du ministre de l'intérieur, concernant les conditions d'intervention […]. Je souhaite qu'elle permette de faire toute la lumière sur les faits, et les éventuelles responsabilités engagées », explique d'abord celui qui a remplacé François de Rugy à l'Assemblée lorsque ce dernier est devenu ministre. Et de poursuivre : « S'il ne m'appartient pas de me prononcer sur les conclusions des enquêtes à venir, je crois de mon devoir de parlementaire et d'élu de la majorité de m'exprimer aujourd'hui. Je suis élu d'une majorité qui a inscrit la bienveillance, et le respect de la dignité humaine au cœur de ses valeurs. Je suis élu d'une majorité qui a fait de l'évaluation de l'action de l'Etat une mission essentielle des parlementaires. Et lorsque la première réponse de l'Etat, par la voix de son représentant, et avant même que ne soit diligentée l'enquête de l'IGPN, consiste à déclarer, trois jours après les faits, que l'intervention policière s'est déroulée de manière proportionnée, je le dis sans ambages : l'Etat se met en faute. Parce que nul ne saurait considérer comme proportionnée une intervention qui conduit une dizaine de jeunes à se jeter dans la Loire. »

    Mounir Belhamiti poursuit : « Lorsque le représentant de l'Etat rappelle, par un communiqué lapidaire, les règles d'organisation de manifestations, et met en garde contre des rassemblements festifs à caractère musical non autorisés, alors qu'est prévu un rassemblement de solidarité envers les proches du jeune disparu, et d'expression de l'émotion populaire, le tout sans un mot de compassion, je le dis sans ambages : l'Etat se met en faute. »

    Une plainte collective, notamment de Nantais

    Enfin, selon le député de la majorité, « l'Etat se doit de témoigner bienveillance et empathie envers les Nantaises et les Nantais qui expriment une inquiétude et une incompréhension parfaitement légitimes et ne sauraient être traités par une forme d'indifférence qui confine au mépris. »

    Ce mercredi, 85 personnes ont par ailleurs décidé de déposer une plainte collective contre X pour mise en danger de la vie d'autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l'ordre public.

    Sur les grilles de la préfecture, des amis de Steve ont accroché une banderole sur laquelle est écrit « À jamais dans nos coeurs », accompagnée des mots « Justice pour Steve/Victime de la répression/On lâchera rien ».

    SOURCE : http://www.leparisien.fr/faits-divers/disparition-de-steve-a-nantes-un-depute-lrem-accuse-l-etat-03-07-2019-8109201.php

    « RETRAITES. LA MACRONIE A PEUR DU PEUPLEDu séparatisme communiste au séparatisme musulman »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :