• Nils Andersson : “Des crimes de guerre en Algérie ? Il y en a eu”

     

    Nils Andersson : “Des crimes de guerre

     en Algérie ? Il y en a eu”

    Nils Andersson : “Des crimes de guerre   en Algérie ? Il y en a eu”

    Nils Andersson, né en 1933 à Lausanne d’un père suédois et d’une mère française, était “porteur de valises”, une petite minorité de Français qui apportaient une aide concrète au Front de Libération Nationale FLN algérien : aider des militants FLN dans leur déplacements en France, louer un appartement, transporter des valises d’argent pour financer la guerre d’indépendance, aider à des évasions de prison…  

     Ses ouvrages liés à la cause algérienne étaient censurés ou interdits en France, notamment ses rapports avec les réseaux Jeanson et Curiel. La France lui ferme la porte pendant de nombreuses années et en 1966, son engagement dans l’édition militante amène même son expulsion de Suisse. Il habite actuellement à Paris et milite toujours. Il collabore au Monde Diplomatique, Politis, L’Humanité, Les Temps Modernes…

     

     


    Source: Investig’Action 

     

    « La presse algérienne reconnaissante *** Gilbert Meynier, grand historien et fidèle ami de l’Algérie, nous a quittésLa colonisation : Œuvre négative et crime contre l’humanité »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Décembre 2017 à 09:12

    Des crimes de guerre ? Mais c'est la guerre elle-même qui est un crime ! Celle d'Algérie n'a pas échappé à cette donnée.

    Que pouvait faire un appelé du contingent ? On pouvait râler en répétant à l'envi "La quille bordel !". Effectivement 26 mois de sa jeunesse ainsi gâchés c'est révoltant. Mais quand on avait le souci, au demeurant légitime, de s'en sortir, que pouvait-on faire d'autre ? Cela n'a pas été facile pour ceux qui ont eu le courage d'être des soldats du refus. Pour eux cela a été bien pire que ces fameux mois perdus. 

    On sait aussi que d'autres ont perdu bien plus que ces mois de leur jeunesse, leur santé et quelquefois  leur vie. La majorité des appelés se sont organisés pour avoir le moins de dégâts possible tout en participant à l'évolution des consciences, à la mesure des possibilités qui se présentaient.  C'est en tour cas ce que j'ai personnellement vécu.

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter