• Nos Justes à nous : Georges Arnaud, l’homme dont le procès se transforma en réquisitoire contre l’occupation française de l’Algérie

     

    Nos Justes à nous : Georges Arnaud, l’homme dont le procès se transforma en réquisitoire contre l’occupation française de l’Algérie    Par M.A. Boumendil

    Nos Justes à nous : Georges Arnaud, l’homme dont le procès se transforma en réquisitoire contre l’occupation française de l’Algérie

    De son vrai nom Henri Girard, Georges Arnaud est l’auteur du bestseller mondial, « Le salaire de la peur », et de nombreux autres ouvrages à succès. Homme des causes justes, alors qu’il exerçait comme journaliste à Paris, il a été traduit en justice en 1960, accusé de non dénonciation de Henri Jeanson, recherché pour haute trahison, son réseau participant activement au financement du FLN. Il sut transformer son procès, dont il fit un livre, en réquisitoire contre la guerre menée par la France en Algérie. 

    En 1960, Georges Arnaud assiste à une conférence de presse donnée par Henri Jeanson, à l’époque recherché pour haute trahison car son réseau finance le FLN avec ses porteurs de valises qui transmettent mensuellement quelque 400 millions de centimes à l’organisation indépendantiste algérienne, à travers la Fédération de France du FLN. (Lire aussi: Colonialisme et guerre d’Algérie: nos Justes à nous)

    Georges Arnaud est le seul journaliste français présent au milieu d’une quinzaine d’envoyés étrangers. Le pouvoir lui reproche de ne pas avoir dénoncé Jeanson, de protéger ses sources et au bout du compte d’être un irréductible opposant à la guerre menée en Algérie.

    Arrêté et jeté en prison, il transforma son procès en tribune politique, faisant de l’Etat français et de sa guerre d’Algérie les véritables accusés. Il reçoit le soutien de Joseph Kessel, Jean-Paul Sartre, Jacques Prévert, François Maspero, André Frossard, Pierre Lazareff et de nombreuses autres personnalités.

    Chacun s’élève à la fois contre la tentative de violation du secret professionnel, dont Arnaud bénéficie en tant que journaliste et, de plus en plus, contre la pratique de la torture en Algérie qui constitue le véritable enjeu de cette affaire.

    Georges Arnaud passera deux mois en prison. Il profitera du scandale occasionné pour demander non seulement son acquittement mais aussi des excuses de la part de l’armée. Son procès, qui se tient devant le tribunal permanent des forces armées de Paris, aboutira à une condamnation en sursis à deux années d’emprisonnement, verdict qui sera ensuite annulé par la Cour de cassation.

    Nos Justes à nous : Georges Arnaud, l’homme dont le procès se transforma en réquisitoire contre l’occupation française de l’Algérie

    Il en tirera un livre, « Mon procès », publié aux Editions de minuit, qui est la simple reproduction de tous les échanges verbaux de ce procès, depuis les interventions de la kyrielle de témoins de moralité jusqu’aux plaidoiries du bataillon d’avocats au premier rang desquels ferraillait le célèbre maître Vergès, lui aussi très impliqué dans cette lutte pour l’indépendance de l’Algérie.

    On y reconnait en l’auteur un exemple probant d’intellectuel engagé et même activiste, un agitateur politique bien ancré à gauche et ayant permis notamment de mettre en exergue la notion déontologique de « secret professionnel » dans le journalisme.

    Henri Girard, alias George Arnaud, qui a échappé à l’échafaud au début des années 40 pour un triple meurtre dans sa propre famille et dont il sera finalement acquitté, a une solide réputation de flambeur.

    Souvent invité à Alger au temps du président Boumediène qui le recevait régulièrement, ce personnage pittoresque mourra d’une crise cardiaque à Barcelone, en 1987.

    Il aura passé sa vie à traquer les injustices, à dénoncer les erreurs judiciaires en parallèle à sa carrière d’écrivain, marqué sans doute par ses jeunes années, où lui-même avait failli perdre la vie dans une affaire scabreuse où il s’est retrouvé accusé.

    SOURCE : http://www.algeriemondeinfos.com/2018/02/23/nos-justes-a-georges-arnaud-lhomme-dont-proces-se-transforma-requisitoire-contre-loccupation-francaise-de-lalgerie-m-a-boumendil/

     

    « La question de la réparation est aujourd’hui primordialeRémi Kauffer : Le Pen et l'Algérie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 24 Février à 14:28

    Eh bien là, c'est une découverte pour moi ! J'ignorais l'engagement de Georges Arnaud contre la guerre d'Algérie !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter