• On a trouvé un antidote à la charge raciale

     

     

    © Conférence de presse de Jean-Marie Le Pen, 1972 © Keystone-France / Contributeur via Getty Images

     

    On a trouvé un antidote à la charge raciale

    Depuis plusieurs semaines, la mobilisation antiraciste et contre les violences policières bat son plein. A la télé, on débat sur le racisme systémique. Le Défenseur des Droits dénonce publiquement le racisme systémique. On dirait que l’avenir est plein de promesses. Et moi, je n’ai plus de force. Le poids de la charge raciale est devenu trop lourd à porter.

     

    L’œil de Jean-Marie 

    Quand j’étais petite, à la maison, on n’avait pas le droit de dire « Jean-Marie Le Pen ». C’était comme un gros mot. Alors, bien avant MC Solaar, on l’a surnommé Le Stylo. Pour moi, Le Pen c’était le chacal de mon enfance, celui des histoires que mon père nous contait le soir, des histoires où des hordes de chacals attaquaient des petits enfants qui jouaient dehors en pleine nuit parce que leurs parents étaient morts à cause de la Guerre d’Algérie. Un jour, mon père m’a raconté l’histoire de l’œil de Jean-Marie Le Pen. « – Le Pen militait aux côtés de l’OAS pendant la Guerre d’Algérie, il torturait des Algériens ! Un jour, un Algérien du FLN lui a tiré dans l’œil. Et depuis qu’il a perdu son œil, Le Pen hait les Algériens ! » J’étais obsédée par cette histoire cousue de toutes pièces, dont j’ai cru chaque mot. Le Pen et son cache-œil de pirate me donnait l’impression que la guerre n’était pas finie, qu’une milice de l’OAS allait nous tomber dessus, pour venger l’œil de Jean-Marie.

    A l’époque, on entendait beaucoup parler de SOS Racisme à la télévision. A chaque fois, mon père prenait la télécommande et changeait de chaîne « Je n’ai pas besoin de ces ânes bâtés pour me défendre ! Ils voudraient qu’on soit des victimes et qu’on reste à notre place ! » Mon père avait tout le temps la télécommande dans la main. Il détestait en particulier la vulgarité et la publicité. Alors, il fermait le son. Et nous interdisait de répéter à l’extérieur ce qu’il disait à l’intérieur.

    Une Indigène en Amérique 

    En 2005, je découvre l’Appel des Indigènes de la République, puis Houria Bouteldja, puis le Parti des Indigènes de la République. J’y retrouve tout ce qu’il y a dans ma tête, des intuitions aux savoirs, des contradictions aux espoirs. Je me sens légitime à prendre enfin la parole, à dire à l’extérieur ce que je pense à l’intérieur. Et ça se passe mal et je perds beaucoup d’amis chers, des amis blancs. On me dit trop agressive, trop « névrosée » par mon identité : « – Tu veux qu’on te dise quoi ? On n’est pas responsables de la colonisation ! Et bientôt tu vas nous traiter de racistes ? » Et moi, je ne sais pas quoi répondre. Mon monde est à l’envers.

    Trois ans plus tard, je pars vivre aux Etats-Unis. Là-bas, on me reproche de ne pas être assez agressive, d’être trop « blanchie » : « – Tu es Algérienne, vous avez foutu les colons dehors, tu n’es pas blanche ! » Pour eux, l’Algérie, c’est la capitale mondiale de la révolution. Moi qui croyais que c’était la France de 1789. Je révise peu à peu mes cartographies mentales, et j’inverse les centres et les périphéries, les victoires et les défaites, les maîtres et les esclaves. Dans ce nouveau monde subversif, je ne suis plus fragile. Je suis enfin à l’endroit.

    L’antidote de Rokhaya 

    A mon retour des Etats-Unis, je rencontre Rokhaya Diallo qui intervient au Musée Dapper. Sur un bout de trottoir, on discute littérature africaine et antiracisme. Je lui dis « – Tu devrais te présenter aux présidentielles. » Elle rit : la politique, ce n’est pas pour elle. Depuis, je lui suis restée fidèle. Des Y a bon awards au podcast Kiffe ta race, je suis toujours dans les parages. Il y a quelques jours, elle a publié une tribune sur Slate.fr. Et cet article, c’est un antidote à la charge raciale qui m’accable depuis l’enfance : « Affronter des situations violentes ou humiliantes et continuer à vivre sa vie, c’est déjà résister contre une assignation violente. Nous n’avons pas tous et toutes vocation à devenir des justiciers (es) de l’antiracisme. »

    Chez ma mère, il y a une photo sur le mur. Sur cette photo c’est moi chez ma tante Fatima. J’ai 8 mois et je marche pour la première fois, le poing levé comme un bébé frondeur : François Mitterrand vient juste d’être élu et mes parents n’ont pas encore le droit de vote. Depuis ce jour de 1981, je marche, coupable de n’en faire jamais assez, ou de parfois vouloir m’extraire de la lutte. Mais je ne suis pas Léonora Miano, ni Assa Traoré, ni Maboula Soumahoro. Alors, je fais ce que je peux, dans mon monde à l’endroit.

    Célia Sadai 

    SOURCE :  http://africultures.com/on-a-trouve-un-antidote-a-la-charge-raciale/


     

    L’Appel des Indigènes

     

    On a trouvé un antidote à la charge raciale

    ATTENTION : je vous déconseille d’aller sur le site « Indigènes de la République » mon antivirus m’a signalé qu’il était infecté. D’autre part la carte que vous voyez ci-dessus a été piratée, elle a été barrée et le mot "racaille" a été ajouté par des vermines d’ultra droite nostalgiques de l’Algérie française et du colonialisme.

    Michel Dandelot 

     

    NOUS SOMMES LES INDIGENES DE LA REPUBLIQUE ! 

    Rendu public en Janvier 2005, cet appel à été signé par des milliers de personnes. 

    Discriminés à l’embauche, au logement, à la santé, à l’école et aux loisirs, les personnes issues des colonies, anciennes ou actuelles, et de l’immigration post-coloniale sont les premières victimes de l’exclusion sociale et de la précarisation. Indépendamment de leurs origines effectives, les populations des « quartiers » sont « indigénisées », reléguées aux marges de la société. Les « banlieues » sont dites «zones de non-droit » que la République est appelée à « reconquérir ». Contrôles au faciès, provocations diverses, persécutions de toutes sortes se multiplient tandis que les brutalités policières, parfois extrêmes, ne sont que rarement sanctionnées par une justice qui fonctionne à deux vitesses. Pour exonérer la République, on accuse nos parents de démission alors que nous savons les sacrifices, les efforts déployés, les souffrances endurées. Les mécanismes coloniaux de la gestion de l’islam sont remis à l’ordre du jour avec la constitution du Conseil français du Culte Musulman sous l’égide du ministère de l’Intérieur. Discriminatoire, sexiste, raciste, la loi anti-foulard est une loi d’exception aux relents coloniaux. Tout aussi colonial, le parcage des harkis et enfants de harkis. Les populations issues de la colonisation et de l’immigration sont aussi l’objet de discriminations politiques. Les rares élus sont généralement cantonnés au rôle de « beur » ou de « black » de service. On refuse le droit de vote à ceux qui ne sont pas « français », en même temps qu’on conteste «l’enracinement » de ceux qui le sont. Le droit du sol est remis en cause. Sans droit ni protection, menacées en permanence d’arrestation et d’expulsion, des dizaines de milliers de personnes sont privées de papiers. La liberté de circulation est déniée ; un nombre croissant de Maghrébins et d’Africains sont contraints à franchir les frontières illégalement au risque de leurs vies.

    La France a été un Etat colonial… Pendant plus de quatre siècles, elle a participé activement à la traite négrière et à la déportation des populations de l’Afrique sub-saharienne. Au prix de terribles massacres, les forces coloniales ont imposé leur joug sur des dizaines de peuples dont elles ont spolié les richesses, détruit les cultures, ruiné les traditions, nié l’histoire, effacé la mémoire. Les tirailleurs d’Afrique, chair à canon pendant les deux guerres mondiales, restent victimes d’une scandaleuse inégalité de traitement.

    La France reste un Etat colonial ! En Nouvelle-Calédonie, Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion, Polynésie règnent répression et mépris du suffrage universel. Les enfants de ces colonies sont, en France, relégués au statut d’immigrés, de Français de seconde zone sans l’intégralité des droits. Dans certaines de ses anciennes colonies, la France continue de mener une politique de domination. Une part énorme des richesses locales est aspirée par l’ancienne métropole et le capital international. Son armée se conduit en Côte-d’Ivoire comme en pays conquis.

    Le traitement des populations issues de la colonisation prolonge, sans s’y réduire, la politique coloniale. Non seulement le principe de l’égalité devant la loi n’est pas respecté mais la loi elle-même n’est pas toujours égale (double peine, application du statut personnel aux femmes d’origine maghrébine, sub-saharienne…). La figure de l’« indigène » continue à hanter l’action politique, administrative et judiciaire ; elle innerve et s’imbrique à d’autres logiques d’oppression, de discrimination et d’exploitation sociales. Ainsi, aujourd’hui, dans le contexte du néo-libéralisme, on tente de faire jouer aux travailleurs immigrés le rôle de dérégulateurs du marché du travail pour étendre à l’ensemble du salariat encore plus de précarité et de flexibilité.

    La gangrène coloniale s’empare des esprits. L’exacerbation des conflits dans le monde, en particulier au Moyen-Orient, se réfracte immédiatement au sein du débat français. Les intérêts de l’impérialisme américain, le néo-conservatisme de l’administration Bush rencontrent l’héritage colonial français. Une frange active du monde intellectuel, politique et médiatique français, tournant le dos aux combats progressistes dont elle se prévaut, se transforme en agents de la « pensée » bushienne . Investissant l’espace de la communication, ces idéologues recyclent la thématique du « choc des civilisations » dans le langage local du conflit entre «République » et « communautarisme ». Comme aux heures glorieuses de la colonisation, on tente d’opposer les Berbères aux Arabes, les Juifs aux « Arabo-musulmans » et aux Noirs. Les jeunes « issus de l’immigration » sont ainsi accusés d’être le vecteur d’un nouvel anti-sémitisme. Sous le vocable jamais défini d’«intégrisme », les populations d’origine africaine, maghrébine ou musulmane sont désormais identifiées comme la Cinquième colonne d’une nouvelle barbarie qui menacerait l’Occident et ses « valeurs ». Frauduleusement camouflée sous les drapeaux de la laïcité, de la citoyenneté et du féminisme, cette offensive réactionnaire s’empare des cerveaux et reconfigure la scène politique. Elle produit des ravages dans la société française. Déjà, elle est parvenue à imposer sa rhétorique au sein même des forces progressistes, comme une gangrène. Attribuer le monopole de l’imaginaire colonial et raciste à la seule extrême-droite est une imposture politique et historique. L’idéologie coloniale perdure, transversale aux grands courants d’idées qui composent le champ politique français.

    La décolonisation de la République reste à l’ordre du jour ! La République de l’Egalité est un mythe. L’Etat et la société doivent opérer un retour critique radical sur leur passé-présent colonial. Il est temps que la France interroge ses Lumières, que l’universalisme égalitaire, affirmé pendant la Révolution Française, refoule ce nationalisme arc-bouté au « chauvinisme de l’universel », censé « civiliser » sauvages et sauvageons. Il est urgent de promouvoir des mesures radicales de justice et d’égalité qui mettent un terme aux discriminations racistes dans l’accès au travail, au logement, à la culture et à la citoyenneté. Il faut en finir avec les institutions qui ramènent les populations issues de la colonisation à un statut de sous-humanité.

    Nos parents, nos grands-parents ont été mis en esclavage, colonisés, animalisés. Mais ils n’ont pas été broyés. Ils ont préservé leur dignité d’humains à travers la résistance héroïque qu’ils ont mené pour s’arracher au joug colonial. Nous sommes leurs héritiers comme nous sommes les héritiers de ces Français qui ont résisté à la barbarie nazie et de tous ceux qui se sont engagés avec les opprimés, démontrant, par leur engagement et leurs sacrifices, que la lutte anti-coloniale est indissociable du combat pour l’égalité sociale, la justice et la citoyenneté. Dien Bien Phu est leur victoire. Dien Bien Phu n’est pas une défaite mais une victoire de la liberté, de l’égalité et de la fraternité !

    Pour ces mêmes raisons, nous sommes aux côtés de tous les peuples (de l’Afrique à la Palestine, de l’Irak à la Tchétchènie, des Caraïbes à l’Amérique latine…) qui luttent pour leur émancipation, contre toute les formes de domination impérialiste, coloniale ou néo-coloniale.

    NOUS, descendants d’esclaves et de déportés africains, filles et fils de colonisés et d’immigrés, NOUS, Français et non-Français vivants en France, militantes et militants engagé-es dans les luttes contre l’oppression et les discriminations produites par la République post-coloniale, lançons un appel à celles et ceux qui sont parties prenantes de ces combats à se réunir en Assises de l’anti-colonialisme en vue de contribuer à l’émergence d’une dynamique autonome qui interpelle le système politique et ses acteurs, et, au-delà, l’ensemble de la société française, dans la perspective d’un combat commun de tous les opprimés et exploités pour une démocratie sociale véritablement égalitaire et universelle.

    Le 8 mai 1945 , la République révèle ses paradoxes : le jour même où les Français fêtent la capitulation nazie, une répression inouïe s’abat sur les colonisés algériens du Nord-Constantinois : des milliers de morts !

    Le 8 mai prochain, 60ème anniversaire de ce massacre, poursuivons le combat anticolonial par la première Marche des indigènes de la République. 

    Nous sommes les indigènes de la République !

    SOURCE : http://indigenes-republique.fr/le-p-i-r/appel-des-indigenes-de-la-republique/ 

     

     

    « "Touggourt" un court-métrage de 13 mn 09'' inspiré de l’histoire vraie d’Alexandre GrémeauxParis : Eric Zemmour jugé pour « injure » raciste après des propos contre l’islam et l’immigration »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Juillet à 09:23

    Oui mais il ne faut pas idéaliser la Révolution française. La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen ? Certes mais battue en brèche par le contexte social qui sauvegarde par dessus tout la propriété privée. La loi Le Chapelier interdisant l'association des exploités en est une conséquence. La politique de colonialisme conduite par la IIIème République montre à l'évidence que les principes généreux de la fameuse Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen se heurtaient à la réalité concrète de ce qui se passait sur le terrain !Y compris d'ailleurs sur le sort des Français du bas peuple ! On les avait même enrôlés pour participer à la perpétuation d'un tel système pendant la guerre d'Algérie.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :