• Orangina aurait pu disparaître durant la guerre d'Algérie

    Orangina aurait pu disparaître

    durant la guerre d'Algérie

    La marque Orangina est née en Algérie et aurait pu disparaître en raison de la guerre. Mais son fondateur, Jean-Claude Beton, avait anticipé l'indépendance.

    1954 en Algérie. L'indépendance devient un enjeu sanglant. Attentats, répression, massacres de population... Plus les mois passent, plus les pro et anti-Algérie française se déchirent. Une marque va très vite comprendre qu'elle va devoir quitter le pays pour poursuivre son développement : Orangina. 

    Au début des événements en Algérie, la marque n'a que quatre ans d'existence et son fondateur Jean-Claude Beton se rend compte que les tensions sont catastrophiques pour son entreprise. "Les événements étaient synonymes de grèves, il savait qu'il aurait du mal à trouver des oranges sur le marché, explique Thierry Gaillard, l'actuel président d'Orangina. Donc son cœur balançait entre le passé, le présent et ce que sera son avenir."

    Il a anticipé l'indépendance de l'Algérie en voyant que le Maroc et la Tunisie s'étaient séparés de la France en 1956. "Il savait très bien qu'il fallait 'mettre des pions' en métropole", raconte Françoise Beton, la fille du fondateur de la marque. Le succès est immédiat. Les boissons gazeuses à secouer s’arrachent en France après un coup de pub inattendu donné par les soldats de l'armée française en Algérie qui disaient apprécier la boisson.

     

     

     

    « Fleur, reine de Béziers : la nouvelle "Lolita de souche" de Robert Ménard ? Le petit homme à la mèche évocatriceUn témoignage sur Maurice Audin par Mohamed Rebah Chercheur en histoire »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :