• OUI JE SUIS TRES INQUIET ! 6 millions huit cent mille voix sous le bleu marine de la peste brune

    OUI JE SUIS TRES INQUIET

    6 millions huit cent mille voix

    Sous le bleu marine de la peste brune

    OUI JE SUIS TRES INQUIET !

    La peste brune est à nos portes.

    Elle menace les droits des femmes qui seront les premières victimes renvoyées à leur dévotion, enfermées dans leur cuisine et réduites à élever les enfants.

    La peste brune est à nos portes.

    Elle menace nos libertés de vivre ensemble, nous aimer, nous cultiver, nos libertés d'être.

    La peste brune est à nos portes.

    Elle menace l'égalité en désignant des français de deuxième zone, non blancs et non chrétiens.

    La peste brune est à nos portes.

    Elle menace la fraternité humaine.

    La bête immonde est toujours là.

    Elle n'est plus tapie dans un coin prête à bondir. Elle est là dans nos campagnes, dans nos villes, aux portes de nos maisons. Elle ronge le cœur de nos concitoyens, elle détruit une à une les cellules de leur cerveau et ainsi veut détruire ce qui a été la grandeur de la France quand les valeurs de la République, nées des Lumières et cimentées par la laïcité, rayonnaient sur le Monde.

    Dimanche j'ai voté contre la Peste brune... mais aussi contre mes convictions...

    J'entends déjà les reproches, que je comprends «En 2002, c'était, la même chose, on l'a déjà fait»

    NON, ce n'était pas la même chose !

    Aujourd'hui la peste brune est en nous, arrogante, triomphante portée par le national populisme de sinistre mémoire.

    Hitler a été aussi élu par le peuple en 1938 dans des situations similaires avec des arguments et des discours populistes que nous subissons aujourd'hui.

    JE NE LA LAISSERAI PAS TRIOMPHER, J'UTILISERAI TOUS LES MOYENS EN MON POUVOIR POUR ARRETER SA PROGRESSION, SANS FAIBLESSE NI COMPROMISSION ET CONTINUERAI A ME BATTRE POUR RASSEMBLER CEUX QUI ONT BESOIN D'AUTRE CHOSE QUE DE LA BARBARIE, POUR TOUS CEUX QUI ONT BESOIN DE LENDEMAINS QUI CHANTENT.

    Un électeur en PACA

    OUI JE SUIS TRES INQUIET ! 6 millions huit cent mille voix sous le bleu marine de la peste brune

     

    La peste brune est là, nous avons les pieds dedans. Réveillez-vous.

    (Sur l’air d’un célèbre Poème de Martin Niemöller)

    Quand ils ont installé l’état d’urgence, je n’ai rien dit, avec ce qui s’est passé, ces attentats,  c’est normal, faut bien nous protéger…

    Puis ils ont assigné à résidence des musulmans suspectés de complicité avec le djihadisme. Logique, il faut bien se protéger contre ces fous sanguinaires…

    Ils ont perquisitionné d’autres musulmans par milliers, sans la moindre raison parfois, ou sous les prétextes les plus futiles, les inquiétant pour un oui ou un non, une barbe, un voile, un accent, les méprisant, les insultant, ou les huant dans leurs assemblées, mais je n’ai rien dit. je ne suis pas musulman…

    Ils ont également interdit toutes les manifestations, hormis celles à caractère commercial, mais je n’ai rien dit car je n’aime pas les manifestations, et la foule me fait horreur…

    Ils ont installé des dispositifs de surveillance de masse partout, dans les rues, les entreprises, les magasins, les résidences, et sont allés jusqu’à épier nos mails personnels, nos conversations téléphoniques, à nous observer sur les réseaux sociaux, mais je n’ai rien dit : je n’ai rien à me reprocher….

    J’ai commencé à avoir peur quand ils ont également assigné à résidence des militants écologistes pacifiques, à garder à vue pendant 48h une belge altermondialiste, à qui ils ont signifié une obligation de quitter le territoire, mais comme je ne suis pas militant, ni écologiste, ni belge, je n’ai toujours rien dit…

    Ils ont aussi averti le Conseil de l’Europe qu’ils allaient déroger à la convention européenne des droits humains, et là, vraiment, je me suis demandé ce qu’ils pouvaient bien mijoter. Ce n’était pas un très bon signal, en effet….

    Puis ils ont commencé à inquiéter des jeunes dans la rue sous le seul prétexte qu’ils jouaient de l’harmonica dans une tenue trop colorée, alors qu’ils ne faisaient rien de mal, à arrêter de simples colleurs d’affiches d’un parti différent du leur, à appréhender n’importe qui sous le moindre prétexte, la moindre provocation, à faire des perquisitions chez n’importe qui pour n’importe quoi, et là je me suis dit que c’était injuste, mais je n’ai rien dit, je ne suis plus très jeune, et personne encore n’est venu frapper à ma porte, sauf le facteur, de temps en temps, pour un recommandé parce que je n’arrive plus à payer mes impôts….

    Ils ont aussi envisagé de créer des centres de rétention pour les fichés S, sortes de Guentanamo à la française, et là, je me suis dit que ça allait vraiment très mal, car avec ces gens là, qui ne supportent plus aucune critique, aucune contestation, aucune différence de perception du monde, on peut tous un jour ou l’autre se retrouver fiché… Je me demande d’ailleurs moi-même si je ne le suis pas déjà, pour un obscur fait d’autrefois qui m’aurait échappé, un bras d’honneur, un discours trop revendicatif, trop syndical, trop…

    Mais un beau jour, ils ont mis d’une certaine manière fin à mes craintes puisqu’ils sont venus me chercher et il n’y avait plus personne pour me défendre.

    NB. Toutes ces informations sont réelles, confirmées et sourcées. Elles proviennent du formidable travail de la Quadrature du Net sur l’état d’urgence, que j’ai déjà évoqué ici. Il est visible là.

    Capture

     
     
     
     

     

    « Ces femmes kurdes qui se battent contre l'Etat Islamique… Elles se battent sur le terrain… Elles n’ont pas d’avions pour lâcher des bombes Quand François Hollande se faisait passer pour un leader de la droite… »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter