• Paris célèbre les 75 ans de sa Libération

     

     

    Paris célèbre les 75 ans

     de sa Libération

    Paris célèbre les 75 ans de sa Libération

    La capitale s'est soulevée en août 1944, sans attendre l'arrivée des Alliés, après quatre années d'occupation allemande. | AFP

    Ce dimanche 25 août, la ville de Paris a prévu plusieurs cérémonies symboliques et militaires pour célébrer les 75 ans de sa Libération. La capitale s'est soulevée en août 1944, sans attendre l'arrivée des Alliés, après quatre années d'occupation allemande.

    « Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré ! » : 75 ans jour pour jour après le célèbre discours du général de Gaulle, la capitale commémore à nouveau dimanche la fin de quatre ans d'occupation nazie.

    La Ville de Paris a prévu plusieurs cérémonies symboliques et militaires pour célébrer ce « moment décisif et exaltant », selon la maire Anne Hidalgo, que fut l'expulsion en août 1944 des troupes allemandes, 1 500 jours après avoir hissé la croix gammée en haut de la Tour Eiffel.

     

    Paris célèbre les 75 ans de sa Libération

    75 ans après la Libération de la capitale, la mairie invite Parisiens et touristes à participer au défilé | AFP

    C'est justement au pied du célèbre monument que les festivités vont débuter à 12h00 dimanche avec un hommage aux six sapeurs-pompiers de Paris qui avaient monté les escaliers de la dame de fer sous le feu ennemi pour remplacer l'étendard nazi par le drapeau tricolore.

    Cérémonies

    Parmi eux, le capitaine Lucien Sarniguet, qui n'avait « jamais digéré l'humiliation » de voir la croix gammée flotter dans le ciel Paris, comme en témoigne sa fille, Jeanne-Marie Badoche, 92 ans, auprès de l'AFP.

    Paris célèbre les 75 ans de sa Libération

    Les troupes alliées défilant dans la rue Rivoli à Paris le 26 août 1944 | AFP

    Après les pompiers, ce sera au tour de la 2e division blindée d'être à l'honneur, à partir de 15 h à la Porte d'Orléans, au sud de la capitale, là-même où le général Leclerc et ses hommes sont entrés dans Paris le 25 août 1944. La cérémonie sera suivie d'un « défilé de la liberté »jusqu'à la place Denfert-Rochereau.

    Témoin de l'époque, Réné Gonin, 24 ans en août 1944, n'a rien oublié de l'arrivée des chars dans Paris. « Les gens étaient comme fous, il y a des jeunes filles qui ne sont pas rentrées chez elles le soir (...) il y avait une ambiance extraordinaire », confie-t-il, ému.

    Paris célèbre les 75 ans de sa Libération

     La foule accueillant les soldats le 26 août 1944 | AFP

    De cette effervescence générale, René Gonin, aujourd'hui installé en Vendée, conserve aussi des souvenirs acerbes, comme cet attroupement Porte d'Orléans autour d'une « femme entièrement nue qui était plus ou moins passée au cirage, victime de crachats, d'injures... parce qu'elle avait couché avec des Allemands ».

    Nouveau musée

    Dimanche, la mairie invite Parisiens et touristes à participer au défilé « habillés selon la mode vestimentaire de l'époque » et encourage les habitants et commerçants du quartier à décorer balcons et terrasses aux couleurs tricolores.

    Paris célèbre les 75 ans de sa Libération

    Les Parisiens célébrant la Libération de la capitale en août 1944 | AFP

    C'est également place Denfert-Rochereau, au-dessus du QG du colonel Rol-Tanguy, chef des Forces françaises de l'intérieur (FFI) d'Ile-de-France, qu'ouvrira officiellement dimanche un nouveau musée consacré aux quatre années d'occupation nazie et la semaine d'insurrection qui y mit fin.

    « Avant, vous aviez le grand-père qui pouvait raconter. Il y a de moins en moins de témoins. Du coup, le musée trouve sa place, prend la relève du récit », souligne la directrice du musée, Sylvie Zaidman.

    Paris célèbre les 75 ans de sa Libération

    L'armée française escortant des soldats allemands le 25 août 1944 | AFP

    Mieux mis en valeur, le nouveau musée de la Libération devrait pouvoir contribuer davantage au travail de mémoire que celui ouvert de 1994 à 2018 sur la dalle de la gare Montparnasse et qui n'a jamais dépassé les 14.000 visiteurs annuels.

    Hommages

    D'autres événements littéraires et musicaux rythmeront la journée de dimanche qui se terminera avec la projection dans les salons de l'Hôtel de Ville de « La Traversée de Paris », le film de Claude Autant-Lara avec Jean Gabin, Bourvil et Louis de Funès.

    Paris a rendu hommage dès samedi soir aux combattants étrangers, notamment les Espagnols de la « Nueve », les premiers à avoir pénétré dans la capitale occupée, le 24 août 1944.

    Paris célèbre les 75 ans de sa Libération

    Le général Charles De Gaulle déposant une gerbe sur la tombe du soldat inconnu le 26 août 1944 | AFP

    La capitale s'est soulevée en août 1944, sans attendre l'arrivée des Alliés, après quatre années d'occupation allemande. Le 25, au terme d'une semaine de grèves, de barricades et de combats de rue sanglants, Paris a accueilli de Gaulle qui, arrivé de Rambouillet (Yvelines), pouvait enfin proclamer « Paris libéré ».

    Pour le discours du général, Charles Pegulu de Rovin, 18 ans, était aux premières loges: « C'était formidable. Cette prestance, cette facilité qu'il avait... Je me suis dit: maintenant, en France, on a un vrai chef, un patron », se rappelle aujourd'hui le nonagénaire. Au total, la « bataille de Paris » aura coûté la vie à près de 1 000 FFI, 130 soldats de la 2e DB et environ 600 civils, ainsi qu'à plus de 3 000 soldats allemands. 

    SOURCE : https://www.ouest-france.fr/ile-de-france/paris-75000/paris-fete-les-75-ans-de-sa-liberation-6490760?utm_source=neolane_of_newsletter-generale&utm_medium=email&utm_campaign=of_newsletter-generale&utm_content=20190825&vid=770314&mediego_euid=770314

    Paris célèbre les 75 ans de sa Libération

     

    Mais depuis le 8 mai 1945

    nous n'oublierons jamais la honte

    de la France coloniale

    Jour de liesse ? Fête de la libération ? Pas pour tout le monde...

    Toutefois, il ne faut pas oublier que le 8 mai 1945, dans le Constantinois, en Algérie française, des émeutes nationalistes sont réprimées dans le sang à Sétif et Guelma, Kherrata. Des événements qui sonnent le début de violences qui finiront pas une autre guerre : la guerre d'Algérie. 

    Le 8 mai 1945 signifie la fin du nazisme. Il correspond aussi à l’un des moments les plus sanglants de l’histoire nationale. La répression colonialiste venait d’y faire ses premiers accrocs face à une population farouchement déterminée à se promouvoir aux nobles idéaux de paix et d’indépendance.

    Faim, famine, chômage et misère semblaient résumer la condition sociale de la population musulmane algérienne colonisée par la France, population surtout agricole souvent déplacée car les colons s’étaient saisis des meilleures terres, et de plus dans une période de guerre, de sécheresse et de récoltes décimées par les acarides. « Des hommes souffrent de la faim et demandent la justice... Leur faim est injuste. » écrivait Albert Camus début 1945 dans Combat.

    Le 8 mai 1945 fut un mardi pas comme les autres en Algérie. Les gens massacrés ne l’étaient pas pour diversité d’avis, mais à cause d’un idéal. La liberté. Ailleurs, il fut célébré dans les interstices de la capitulation de l’état-major allemand. La fin de la Seconde Guerre mondiale, où pourtant 150.000 Algériens s’étaient engagés dans l’armée aux côtés de de Gaulle. Ce fut la fin d’une guerre. Cela pour les Européens. Mais pour d’autres, en Algérie, à Sétif, Guelma, Kherrata, Constantine et un peu partout, ce fut la fête dans l’atrocité d’une colonisation et d’un impérialisme qui ne venait en ce 8 mai qu’annoncer le plan de redressement des volontés farouches et éprises de ce saut libertaire. 

    « France – Algérie : Des harkis marchent 200 km pour interpeller MacronLa mémoire de nos pères : «A Mansourah, tu nous as séparé» réalisé par Dorothée-Myriam Kellou »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Lundi 26 Août à 15:42
    Ces jours de combats de 1944 étaient rappeler.
    On ne cite Rol-Tanguy que rarement dans les émissions télévisées. C’est honteux,,,
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :