• Pendant que la famille Le Pen s'étripe, il y a en France beaucoup trop de boue puante...

     

    Pendant que la famille Le Pen

    s'étripe, il y a en France

    beaucoup trop de boue puante...

     

     

    Maréchal Pétain :

    soixante-quatre ans

    après sa mort, des fans continuent

    de lui rendre hommage

    MARÉCHAL, NOUS REVOILÀ — Depuis sa mort, le 23 juillet 1951, les fidèles du maréchal Pétain vont se recueillir chaque année sur sa tombe, à l'île d'Yeu. C'est toujours le cas en 2015 : mouvance d'extrême droite et nostalgiques du Maréchal se sont passé le mot.

     
    64 ans après sa mort, des fans du maréchal Pétain lui rendent encore hommage

    Tous les ans, les amoureux du maréchal Pétain se recueillent sur sa tombe, sur l'île d'Yeu. 

    DR

    SOURCE : http://www.metronews.fr/info/marechal-petain-64-ans-apres-sa-mort-des-fans-continuent-de-lui-rendre-hommage/mogw!MKoqUY7NFhRI/

     

    Pendant que la famille Le Pen s'étripe, il y a en France beaucoup trop de boue puante...

    A partir de là jamais

     

     

    Marine Le Pen n'avait condamné

     

    son père, si elle essaye de le "tuer

     

    politiquement" maintenant c'est

     

    pour se rendre plus présentable

     

    pour la future élection

     

    présidentielle de 2017

    Pendant que la famille Le Pen s'étripe, il y a en France beaucoup trop de boue puante...

     

    ► L’odeur des Roms

    En juillet 2013, à Nice, le président d’honneur du parti frontiste présente les Roms comme une menace pour la ville et évoque une présence "urticante et disons... odorante".

    ► Les chapons du Marais

    Le 20 février 2007, lors du congrès de la Fédération nationale de la chasse, Jean-Marie Le Pen établit un parallèle avec des poulets castrés : "Dans le Marais de Paris, on peut chasser le chapon sans date d'ouverture ou de fermeture, mais dans le marais de Picardie, on ne peut chasser le canard en février".

    ► L’occupation allemande pas "inhumaine"

    "En France du moins, l'Occupation allemande n'a pas été particulièrement inhumaine, même s'il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550.000 kilomètres carrés". Ces propos tenus par Jean-Marie Le Pen dans l’hebdomadaire d’extrême-droite Rivarol, en janvier 2005, lui vaudront d’être condamné, 7 ans plus tard, à trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende pour contestation de crime contre l'humanité.

    ► Le jeu de mot sur M. Durafour "crématoire"

    En 1988, dans un discours prononcé devant les militants du Front National lors de l’université d’été du parti, Jean-Marie Le Pen fait un jeu de mot avec le nom de Michel Durafour, alors ministre de la Fonction publique : "Monsieur Durafour et du moulin, obscur ministre de l'ouverture, dans laquelle il a immédiatement disparu [...] monsieur Durafour crématoire, merci de cet aveu". 26 ans plus tard, il ne regrette toujours rien. La justice le condamnera, en 1993, à une amende de 10.000 francs pour "injure publique".

     

    ► Le "détail" des chambres à gaz
     
    C’est probablement l’un de ses dérapages les plus célèbres : invité du Grand Jury - RTL- Le Monde, en septembre 1987, Jean-Marie Le Pen déclare : "Je ne dis pas que les chambres à gaz n'ont pas existé. Je n'ai pas pu moi-même en voir. Je n'ai pas étudié spécialement la question. Mais je crois que c'est un point de détail de l'histoire de la Deuxième Guerre mondiale." Une sortie qu’il ne regrettera pas, là non plus, mais pour laquelle il sera condamné, en 1991, pour "banalisation de crimes contre l'humanité" et "consentement à l'horrible".
     
     
    ► Les "sidaïques"
    En 1987, Jean-Marie Le Pen provoque une polémique en nommant les personnes atteintes du VIH de "sidaïques" et en les comparant à des lépreux : "Les sidaïques, en respirant du virus par tous les pores, mettent en cause l’équilibre de la nation. […] Le sidaïque - si vous voulez, j’emploie ce mot-là, c’est un néologisme, il n’est pas très beau mais je n’en connais pas d’autres -, celui-là, il faut bien le dire, est contagieux par sa transpiration, ses larmes, sa salive, son contact. C’est une espèce de lépreux, si vous voulez".
     

     

     

    « La 2CV, une voiture éternelle *** Nous sommes très peu à le savoir mais elle a servi aussi pendant la guerre d'AlgérieAujourd'hui on continue d'honorer l'inventeur des "crevettes Bigeard" Le 8 juin dernier c'était à Cannes où ça se passait »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter