• Perpignan : les "Chibanis" seront de la manif du 5 décembre *** Ensemble créons des gilets multicolores !

     

    On m’a souvent posé cette question : Pourquoi les Algériens qui ont subi le colonialisme pendant 132 ans, avec ses crimes de guerre et contre l’humanité sont-ils venus en France chez le colonisateur ?

    Je réponds « adressez-vous aux industriels, au patronat… ils trouvaient en eux de la main-d’œuvre bon marché pour des travaux pénibles que les Français refusaient de faire »

     

    Perpignan : les "Chibanis" seront

     

    de la manif du 5 décembre

     

    Issus le plus souvent des pays du Maghreb, ils ont participé par leur travail à l'essor du pays au temps des Trentes glorieuses. Aujourd’hui ces travailleurs âgés ont beaucoup de difficultés à toucher une retraite décente. 

    On les appelle les "Chibanis", un mot arabe qui veut dire "anciens". L'industrie, le bâtiment, les travaux publics sont allés les chercher il y a près de 60 ans dans leurs villages du Maghreb ou en Turquie en leur faisant miroiter un travail et des salaires mirobolants.
    Ces travailleurs sont venus en France et ont œuvré pour reconstruire un pays qui sortait lentement de la guerre. "Aujourd'hui, explique Gabriel Llesta porte-parole de l'association SOS Chibanis, ces anciens ouvriers perçoivent des retraites dérisoires, et ne peuvent survivre que grâce aux aides sociales. Mais ces aides sont soumises à des conditions très strictes et complexes, ce qui fait que beaucoup en sont privés. Notre association, en pointe au niveau national sur cette problématique, se bat depuis près de 10 ans pour faire reconnaître leurs droits et les aider dans leurs démarches." 

    Une première victoire avait été atteinte en 2010 avec des avancées du gouvernement de l'époque.

    "De nouveau l'administration complique leurs vies, détaille un retraité CGT, syndicat qui soutient SOS Chibanis. Les contrôles se multiplient et ces anciens travailleurs doivent constamment justifier d'une présence sur le territoire français qui varie entre 6 et 9 mois pour percevoir les diverses allocations, aides sociales et prestations complémentaires. Nous demandons un assouplissement de ces conditions et une harmonisation des obligations de présence sur le territoire. Et que l'on cesse de harceler ces anciens travailleurs dont la retraite varie aujourd’hui entre 50 et 300 euros par mois. Ils sont condamnés à vieillir et mourir en France loin de leurs familles."

    L'association prépare une banderole et une présence unitaire pour faire valoir les droits de ces travailleurs étrangers lors de la manifestation du 5 décembre contre la réforme des retraites.

    On estime que les chibanis sont quelques centaines dans le département dont quelques femmes.

    SOURCE : https://www.lindependant.fr/2019/11/29/perpignan-les-chibanis-ces-travailleurs-etrangers-aux-maigres-retraites-seront-de-la-manif-du-5-decembre,8571284.php

     

    Ensemble créons des gilets multicolores !

    Le 5 décembre approche, le pouvoir est inquiet, nous sommes confiants. Macron réunit séminaires sur séminaires pour tenter de désamorcer le mouvement qui se profile à l'horizon. Sa tactique: diviser les retraités et les jeunes, opposer les catégories entre elles, professions libérales (médecins, avocats, journalistes, auto entrepreneurs, artisans, commerçants) contre professions salariées (ouvriers, employés, cadres, techniciens, informaticiens), mentir sur les réalités financières des retraites par répartition et sur les régimes spéciaux prenant en compte des spécificités des différents métiers.

    Rien n'y fait, la population soutient le mouvement et demande une réforme qui améliore leur situation et non le contraire. C'est ce que demandent les syndicats qui bien que trop souvent absents de la grande lutte des gilets jaunes appellent à l'action unie ces jours-ci. Nous pouvons disputer sur le passé mais nous devons savoir passer au-dessus des divergences pour faire avancer l'intérêt général. Les gilets jaunes ont permis de faire émerger un ensemble de revendications sociales et politiques sensiblement identiques aux revendications de l'ensemble de la population française. En cela, le mouvement représente les intérêts du peuple et il en est conscient. D'où sa pugnacité, sa permanence et la surprise pour les syndicats, les partis et les institutions politiques.

    La revendication unificatrice d'amélioration des retraites n'est pas la seule revendication du mouvement socialo-politique qui grandit dans le pays malgré les lamentations ou intimidations selon les cas des différents ministres et de leur chef d'orchestre Macron. Ce mouvement d'ampleur rejette le mal élu, le grossier personnage, le méprisant, le raconteur d'histoire pour enfants, le répressif. Personnellement, je suis en action pour des transformations fondamentales du système politique qui nous interdit de manifester en toute tranquillité, qui nous refuse la parole et surtout la décision des choix cruciaux.

    Comme de nombreux gilets jaunes, je suis arc-bouté sur les quatre revendications  initiales du 17 novembre 2018 : justice sociale et pouvoir d'achat, justice fiscale et rétablissement de l'impôt sur la fortune, justice écologique et justice démocratique avec l'établissement du référendum d'initiative citoyenne. En fait, il s'agit du contenu des cahiers de doléances du mois de novembre et décembre qui se trouvent sur les tables du Premier Ministre et du Président de la République auxquelles ils ne veulent pas répondre.

    Pour ces raisons, je manifesterai le 5 décembre et après. J'appelle tous les gilets jaunes qui en sont d'accord à rejoindre les manifestations syndicales ou non syndicales. Je les invite à se manifester avec le gilet jaune pour démontrer le nombre important que nous représentons. Unitaires, rassembleurs, voilà la signification de notre participation. J'ai confiance parce que notre combat est juste et universel. Nous défendons l'intérêt général, c'est l'unique raison qui nous fait tenir. Le mouvement social va s'élargir car la politique de Macron va inciter les gens à se mobiliser, même ses électeurs déçus et en colère.

    La suite n'est pas écrite, c'est nous tous assemblés qui l'écrirons !

    SOURCE : https://blogs.mediapart.fr/jose-espinosa/blog/011219/ensemble-creons-des-gilets-multicolores 

     

    Lycéens. Étudiants. Pompiers. Retraités. Professeurs. Aide-soignants. Agriculteurs. SNCF. RATP. Taxis. Ambulanciers. Routiers. Air France. Infirmiers. Postiers. Avocats. Chômeurs. Sans-papiers. Intérimaires. Éboueurs. Livreurs. Gilets Jaunes... Toutes et tous ensemble le 5 décembre, et après. 

     

    « Béziers : l'Etat attaque en justice l'installation de la crèche mobile de Noël. Une fois de plus l'âne Ménard a perdu...Propos d'Eric Zemmour sur la guerre d'Algérie : le CSA met en demeure CNews »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Décembre à 11:02

    Ne pas oublier parmi les travailleurs immigrés les ouvriers agricoles. Dans le Biterrois on a compté de nombreux Espagnols. Aujourd'hui les difficultés que connaît le monde viticole a tari cette source d'emplois. Il reste toutefois des Maghrébins qui viennent encore, notamment pour la taille.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :