• « Photo de famille »…

    « Photo de famille »…

    Chers internautes aujourd’hui sors un film qui nous concernent tous « Photo de famille »… Que faire des anciens lorsqu’ils ne peuvent plus vivre seuls… Mais il y a un problème que le film n’aborde pas "Pour la grande majorité des familles, c'est insupportable. Beaucoup de personnes âgées sont obligées de vendre leur maison, de toucher à leur patrimoine ou, en dernier recours, de faire appel à leurs enfants ou petits-enfants"estime Joëlle Le Gall, présidente de la Fédération nationale des associations de personnes âgées et de leurs familles (FNAPAEF).

    1949 euros : c’est le prix mensuel médian pour un hébergement dans une chambre seule en EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) en 2016 en France, hors aides publiques. Les écarts de prix entre départements urbains et ruraux sont importants.

    Pour nombre de retraités, il est très difficile de s'acquitter de cette somme.

    Tel est le principal constat de l'Observatoire des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Ces chiffres relancent le débat sur le coût des établissements pour personnes âgées alors que la pension de retraite des femmes, qui représentent la majorité des pensionnaires, est en moyenne de 900€ par mois.

    « Photo de famille »…

    Le film

    "Photo de famille": Ce film résume bien ce que l’on ressent quand on pense "maison de retraite"

    "Que faire de mamie?" se demandent Vanessa Paradis et Camille Cottin dans le nouveau film de Cécilia Rouaud.

    Vanessa Paradis, Chantal Lauby et Camille Cottin sur l'affiche de "Photo de famille".

    « Photo de famille »…

    C'est une question que toutes les familles se posent: "Que faire de nos aînés quand ils ne peuvent plus vivre seuls?". Ce moment inéluctable amène à des décisions souvent difficiles à prendre.

    Dans "Photo de famille" de Cécilia Rouaud, en salle ce mercredi 5 septembre, Gabrielle, Elsa, Mao et leurs parents sont confrontés à cette interrogation. "Que faire de mamie?", se demandent-ils alors que cette dernière vient de perdre son mari.

    Face à la maladie de leur grand-mère atteinte d'un début d'Alzheimer, chaque membre de la famille a sa propre façon de réagir. Le fils, Pierre, interprété par Jean-Pierre Bacri est dans le déni mais milite pour qu'elle soit placée en maison de retraite. Elsa (Camille Cottin) sa plus jeune petite-fille, une grande idéaliste, espère pouvoir l'installer chez elle en alternance avec ses frères et sœurs. Gabielle son aînée est prête à tout pour faire plaisir. Quant à Mao, le benjamin très pessimiste interprété par Pierre Deladonchamps, il préfère payer plutôt que de la voir dépérir sous ses yeux.

    Tout au long du film, chaque personnage donne sa vision des maisons de retraite. Il y a ceux qui ne veulent pas en entendre parler, ceux qui trouvent ça glauque, ceux qui ont peur qu'elle s'y éteigne alors qu'elle souhaite "mourir à Saint-Julien", village où elle a vécu une partie de sa vie.

    "C'est quoi l'idée, vous voulez la mettre dans une maison de vieux c'est ça?", interroge Elsa agacée. "Nooon", lui répond sa mère (Chantal Lauby) aussitôt reprise par son ex-mari "Bah si, c'est un peu ça", lance-t-il franchement. En un seul dialogue, trois points de vue très différents sont mis en avant. Le personnage de Camille Cottin ne veut pas s'y résoudre et a une mauvaise image de ces institutions, celui de Chantal Lauby n'assume pas vraiment sa décision, et celui de Jean-Pierre Bacri assume son choix bien que ces lieux l'angoissent.

    Cécilia Rouaud, la réalisatrice pleine d'entrain de "Photo de famille" a elle aussi son avis sur la question. "J'ai encore deux grand-mère dont une a 100 ans et l'autre a la maladie d'Alzheimer. Celle qui a 100 ans a une autonomie folle et comprend hyper vite même si elle a quand même quelques soucis de mémoire. J'ai l'impression que la solution c'est de laisser les gens chez eux mais ça coûte très cher", avoue au HuffPost la cinéaste dont l'aïeule malade a été placée en maison.

    "Ma grand-mère elle est hyper heureuse là-bas, mais sur le coup prendre la décision c'est terrible car on imagine qu'on s'en débarrasse alors qu'ils peuvent aussi se réinventer. Elle par exemple a complètement changé d'univers, elle s'est inventée toute une vie! C'est assez réjouissant quand ça se passe comme ça", s'enthousiasme Cécilia Rouaud.

    SOURCE : https://www.huffingtonpost.fr/2018/09/04/photo-de-famille-ce-film-resume-bien-ce-que-l-on-ressent-quand-on-pense-maison-de-retraite_a_23515289/?utm_hp_ref=fr-homepage

     

    « Coup de coeur ! La blessure - Jean-Baptiste NAUDETLa sale guerre d'Algérie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 5 Septembre à 11:27

    Chez moi on disait "Les vieux, il faut en tirer du travail et de l'argent". On ajoutait "et du trois-six" en référence au privilège dont ils bénéficiaient et dont étaient exclus les jeunes.

    Quand je serai commissaire du peuple au bienêtre général j'interdirai la vieillesse, la maladie... et les chagrins d'amour !

    Reste que la situation sociale a évolué. Ma grand-mère maternelle est morte dans son lit, veillée à tour de rôle par sa fille et ses deux belles-filles qui vivaient au village. Mais c'était une autre époque.

    Eh oui, les maisons de retraite peuvent servir, comme toute activité humaine sous nos cieux, à réaliser des profits !  

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter