• Portrait : Georges Mattei, un Corse dans les réseaux de soutien au FLN algérien

     

    Portrait : Georges Mattei, un Corse

     dans les réseaux de soutien

     au FLN algérien

    Portrait : Georges Mattei, un Corse dans les réseaux de soutien au FLN algérien

    © Mathieu David/FTVIASTELLA

    Il y a quarante-sept ans, une manifestation pour l'indépendance de l'Algérie est réprimée dans le sang par la police à Paris. Dans cette manifestation pacifique, les réseaux de soutien au FLN algérien ont joué un rôle essentiel. Georges Mattei, originaire de Moca-Croce, en faisait partie.

    Le 17 octobre 1961, la fédération de France du FLN rassemble 25 000 Algériens, travailleurs immigrés des industries parisiennes. Ils s'opposent pacifiquement au couvre-feu imposé par le gouvernement français. 

    Près de 12 000 manifestants sont arrêtés
    dans la nuit. On sait aujourd'hui qu'entre 100 et 200 sont tués, pour partie, jetés dans la Seine. Une répression sans précédent, un massacre. «L’impression que j’en garde, c’est que le peuple de Paris, ce soir-là, s’est transformé en auxiliaire de police. Il montrait du doigt. Il disait : ’Là Monsieur l’agent’ », indiquait Georges Mattei, le 17 octobre 1981, sur Antenne 2. 

      

    Qui est-il ?

     

    Qui est cet homme ? Georges, Jojo, Paul et une petite dizaine de noms de code l'accompagnent. En octobre 1961, il est devenu la cheville ouvrière d'un des derniers réseaux de soutien clandestin au FLN algérien à Paris. 

    Le portrait complet de Georges Mattei est à retrouver dans cette vidéo : 

    Portrait : Georges Mattei, un Corse dans les réseaux de soutien au FLN algérien.
    Intervenants - Georges Mattei, le 17 octobre 1981 sur Antenne 2 ; Gérard Challiand, Expert des conflits ; Josette Brançon, militante anti-colonialiste ; Tramor Quemeuner, historien ; Séverin Mondoloni, Habitant à Croce. Equipe - Florence Antomarchi ; Mathieu David ; Florence Paoli ; Frédérique Barbolosi ; André Girardin.
     

    Le 17 octobre 1961 une manifestation pour l'indépendance de l'Algérie est réprimée dans le sang par la police à Paris. Dans cette manifestation pacifique, les réseaux de soutien au FLN algérien ont joué un rôle essentiel. Georges Mattei, originaire de Moca-Croce, en faisait partie. Je remercie Tramor Quemeneur de nous avoir transmis une vidéo en écrivant ceci « Le portrait de Georges Mattéi, "porteur de valises" pendant la guerre d'Algérie, qui était avec les Algériens au moment de la manifestation du 17 octobre 1961. Le reportage a été diffusé hier au JT de France 3 Corse et j'ai eu le plaisir d'y participer ». 

     

     

    « Répression d'hier et d'aujourd'hui Rassemblement en mémoire du 17 octobre 1961. Un passé révolu ?Guerre d'Algérie, non, les soldats français tués en Algérie ne sont pas " morts pour la France " »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 19 Octobre à 00:51
    Le préfet Papon, collaborateur des nazis, jugé tardivement en 1997 devant la Cour d’assises de la Gironde pour la déportation de 1600 Juifs bordelais, a commis ce nouveau crime : A cinq mois de la fin de la guerre d'Algérie, le 17 octobre 1961, Paris a été le lieu d'un des plus grands massacres de gens du peuple de l'histoire contemporaine de l'Europe occidentale. Ce jour-là, des dizaines de milliers d'Algériens manifestent pacifiquement contre le couvre-feu qui les vise depuis le 5 octobre et la répression organisée par le préfet de police de la Seine, Maurice Papon. La réponse policière sera terrible. Des dizaines d'Algériens, peut-être entre 150 et 200, sont exécutés. Certains corps sont retrouvés dans la Seine. Pendant plusieurs décennies, la mémoire de ce épisode majeur de la guerre d'Algérie sera occultée.
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter