• Pour des villes solidaires

     

     

    Pour des villes solidaires

     

    Pour des villes solidaires

    Pour des villes solidaires

    Tout doit être mis en œuvre pour une organisation parfaite du second tour des élections municipales.


    Alors que des pans entiers de la société sont désormais déconfinés, des plages en passant par les transports publics et les entreprises, il ne serait pas acceptable que la démocratie et son expression suprême, le suffrage universel, restent à quai.
    Depuis le 15 mars, quelque 5 000 communes ont mis leur vie démocratique en veilleuse. Parmi elles, les grandes métropoles Paris, Lyon, Marseille. Or, les enjeux de la période que nous traversons ne peuvent se limiter à une gestion où la technocratie prendrait le pas indéfiniment sur la participation citoyenne et l’action pleine et entière des élus locaux, légitimement choisis par les électeurs.

     

    Une claque pour la démocratie
     

    Au lendemain du premier tour des municipales, la crise du coronavirus a tout écrasé, tout dominé. La démocratie a pris une claque monumentale avec l’arrêt brutal du processus électoral et l’adoption d’une loi d’urgence sanitaire sans véritable débat.
    Or, une des clés pour construire un monde d’après tirant toutes les leçons de cette pandémie, est la remise en selle de la démocratie et l’expression de projets progressistes. On commence à mesurer vers quoi tend l’exécutif : offrir des miettes à celles et ceux qui étaient en première ligne, sans fondamentalement remettre en question le modèle libéral. Les villes peuvent être autant de lieux de contre-pouvoir où s’imaginent des politiques alliant solidarité, écologie et justice sociale. À ce titre, le second tour des municipales n’est pas une formalité.


    Françoise Verna 

    Hôpital : ils ont bel et bien peur

     de la colère des soignants !

    Pour des villes solidaires

    Devant le CHU de Toulouse

    Pour des villes solidaires

    A Saint-Etienne, les soignants manifestent

    Pour des villes solidaires

    Et de l'hôpital Robert-Debré à Paris

     

    Les personnels des hôpitaux montrent la voie : 

    Ce pouvoir n'entend que la colère

    de la protestation.

    Comme l'avoue Le Monde dans l'article ci après :

    Pour des villes solidaires

     

    Merci de cliquer sur le lien ci-dessous pour visualiser une magnifique vidéo d’une manifestation des personnels soignants.

    Je vous conseille de regarder le passage concernant les revendications à partir de la 17e mn et le chant des personnels soignants sur l’air du Chant des Partisans à la 21e mn.

    https://video.fhen1-1.fna.fbcdn.net/v/t42.26565-2/10000000_251508582626760_5882012299755592248_n.mp4?_nc_cat=111&_nc_sid=985c63&efg=eyJ2ZW5jb2RlX3RhZyI6Im9lcF9zZCJ9&_nc_ohc=6vtJbt1vegMAX8CL0VM&_nc_ht=video.fhen1-1.fna&oh=eedddcad76556dca71b59e5b6bf79a0d&oe=5EC8EAC0&title=Facebook%20video%20#228910358403350.mp4

     

     

    « « Du coronavirus à la non-violence »Ambroise Croizat VS Emmanuel Macron Ambroise Croizat, Ministre ouvrier vs Emmanuel Macron, Président banquier par "info'Com CGT" »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 23 Mai à 10:30

    Eh non, on ne peut attendre la fin de la pandémie pour organiser l'action revendicative, tant au plan syndiclal que politique ! Ceci étant, ce n'est pas chose aisée  ! Mais bon courage !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :