• Proposition de Benjamin Stora sur la mémoire *** Question au gouvernement N° 35964 de M. Alexis Corbière (La France insoumise - Seine-Saint-Denis)

     

    Proposition de Benjamin Stora

     sur la mémoire

    Question au gouvernement N° 35964

    de M. Alexis Corbière (La France insoumise - Seine-Saint-Denis)

    Question publiée au JO le : 02/02/2021 page : 814 

    Réponse publiée au JO le : 16/03/2021 page : 2289 

    Texte de la question

    Benjamin Stora sur « Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d'Algérie ». En juillet 2020, le Président de la République a chargé cet historien spécialiste de l'Algérie de « dresser un état des lieux juste et précis » sur le sujet, en vue de favoriser « la réconciliation entre les peuples français et algérien ». Son rapport, rendu le 20 janvier 2021, préconise une trentaine d'actions concrètes pour « regarder et lire toute l'histoire, pour refuser la mémoire hémiplégique ». Benjamin Stora propose notamment la panthéonisation de Gisèle Halimi, qui fut une grande opposante à la guerre et l'oppression coloniale. Il suggère également d'ouvrir un fonds d'archives accessible aux deux pays et permettant aux chercheurs de consulter des documents encore classés secrets aujourd'hui. Le rapport évoque également l'idée de construire une stèle en hommage à l'émir Abdelkader, grand artisan de l'indépendance algérienne, ainsi que la restitution par la France de son épée à l'Algérie. Favorable à ces propositions, M. le député souhaite désormais connaître les suites qui seront réservées à ce rapport. Jusqu'à présent, Emmanuel Macron a semblé vouloir passer des paroles aux actes sur les questions mémorielles portant sur la guerre d'Algérie et la colonisation. La reconnaissance de la responsabilité de l'État français dans l'assassinat de Maurice Audin fut une étape nécessaire du travail restant à accomplir sur ces questions. Bien d'autres actions concrètes devront être entreprises pour faciliter la réconciliation : ce rapport doit donc être suivi de décisions fortes, inspirées de ses propositions et prises en accord avec le Parlement et les représentants des parties concernées. Il souhaite connaître sa position sur le sujet.

    Texte de la réponse

    Conformément à la mission que lui avait confiée le Président de la République, le 24 juillet 2020, Benjamin Stora a remis au Président de la République ses conclusions et recommandations sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie. Le Président de la République a salué la qualité de ce travail conduit dans un esprit d'ouverture, d'écoute et de respect de tous. Le souhait du Président est de poursuivre le travail de mémoire, de vérité et de réconciliation engagé au cours des dernières années dans notre pays et dans ses liens avec l'Algérie. Il engagera, sur la base de ce travail, plusieurs initiatives concrètes afin d'avancer sur un chemin de reconnaissance de toutes les mémoires et d'apaisement. Il s'agit de construire, dans le temps long, dans l'apaisement et dans l'écoute, une réconciliation des mémoires et de se tourner vers la jeunesse en France et en Algérie, dans une démarche d'éducation et de transmission. Nombre de propositions de M. Stora nécessiteront une instruction confiée à une commission « Mémoires et Vérité » qui sera mise en place dans les semaines qui viennent. Le Président de la République présidera les prochaines commémorations - 25 septembre "Journée nationale d'hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives" - 17 octobre 2021 (commémoration de la répression de la manifestation du 17 octobre 1961 organisée par le FLN à Paris) - 19 mars 2022 (60 ans des accords d'Evian) C'est bel et bien une démarche de reconnaissance de la vérité qui s'inscrit dans la perspective tracée par le Président de la République depuis 2017, une reconnaissance en actes, comme en attestent la reconnaissance de l'assassinat de Maurice Audin lors de la bataille d'Alger et d'Ali Boumendjel, avocat et dirigeant politique du nationalisme algérien, le travail de réparation morale et matérielle effectué en direction des Harkis (notamment le Fonds de solidarité, 40 millions sur 5 ans) ou la restitution des crânes de 24 combattants tués au début de la colonisation française au XIXe siècle. 

     

     

    « Tour de France : l'ascension du Mont Ventoux par onze victimes du terrorisme *** Mais n’oublions pas les victimes du terrorisme de l’OAS Secret-défense : le Conseil d’État annule la procédure de déclassification »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Dimanche 4 Juillet à 04:19
    Gavoury J-F

    On notera que la date du 8 février 2022 n'est pas mentionnée.
    Certes, la commémoration officielle du drame des neuf morts de "Charonne" ne figurait pas au nombre des préconisations contenues dans le rapport de Benjamin Stora. Mais le Président de la République et le Gouvernement se seraient honorés en réparant spontanément cet oubli de l'historien concernant la date du 8 février 1962, qui eut pour effet d'accélérer la finalisation des négociations et pourparlers ayant conduit à la signature des Accords d'Evian.
    Chef et services de l'Etat auront préféré marquer leur "indépendance" à l'égard des propositions formulées dans ce rapport en célébrant, il y a cent jours, comme une variation sur le thème du "quoiqu'il en coûte", le souvenir de l'insurrection algéroise du 26 mars 1962 aux cotés des chantres du terrorisme de l'OAS.
    Jean-François Gavoury (4 juillet 2021).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :