• Qu'est-ce qu'un couvre-feu ?

     

     

    Qu'est-ce qu'un couvre-feu ?

    Qu'est-ce qu'un couvre-feu ?

    Qu'est-ce qu'un couvre-feu ?

    Confronté à la résurgence de l'épidémie, le gouvernement a proposé et le président Macron l’a annoncé  des nouvelles mesures pour lutter contre le Covid-19. Un couvre-feu est donc annoncé. Mais, au fait, c'est quoi un couvre-feu ?

    Qu'est-ce qu'un couvre-feu ?

    Le président impose des couvre-feux localisés.

     

    La mesure est donc actée : celle de couvre-feux localisés. Emmanuel Macron a fait le point sur la situation sanitaire, mercredi soir à 19h55 lors d’une interview sur TF1 et France 2. Le chef de l'Etat souhaite à tout prix éviter des reconfinements locaux. Pour le reste, "tout est possible", annonce l’Elysée, où s’est tenu mardi matin un conseil de défense sanitaire. Y compris donc des couvre-feux localisés ou la fermeture des commerces (non essentiels).

    À l'origine, le couvre-feu est une tradition du Moyen-Âge qui consistait à sonner une cloche à la tombée de la nuit pour indiquer le moment d'éteindre les feux des lanternes, des bougies et des cheminées afin d'éviter tout incendie. Aujourd'hui, le terme a bien évolué. Il désigne une interdiction à la population de circuler dans les rues sur une période de la journée, généralement le soir et tôt le matin. Le couvre-feu est décrété par un gouvernement ou le responsable d'un pays, d'une région ou d'une ville.

    Mis en place en Guyane depuis le 24 mars, le couvre-feu semble faire ses preuves puisque le taux d'incidence ne cesse de baisser depuis fin juin. De même, plusieurs grandes villes allemandes dont Berlin, Cologne et Francfort, ont décrété sa mise en vigueur ce weekend : les commerces non-essentiels sont fermés le soir. Une mesure accueillie avec des avis mitigés, qui soulève en partie la colère des bars et restaurants.

    Un couvre-feu à Paris serait une première depuis 1961

    Qu'est-ce qu'un couvre-feu ?

    Le couvre-feu a déjà été mis en place en France à quelques occasions. Pendant la seconde guerre mondiale, la Wehrmacht avait pour coutume d'instaurer un couvre-feu dans toutes les villes françaises occupées de 23h à 6h. Plus récemment, il fut imposé pendant la période des émeutes de 2005 notamment en Seine Saint-Denis. Mais aussi dans 14 villes de l'île de la Réunion, lors du mouvement des Gilets Jaunes en 2018.

    Si l'hypothèse devait se confirmer, un couvre-feu à Paris serait une première depuis 1961. Face à la multiplication d'assassinats de policiers français par des militants algériens du FLN (Front de libération nationale), le préfet de Paris de l'époque, Maurice Papon, avait instauré un couvre-feu de 20h30 à 5h30, concernant les "Français musulmans d'Algérie". Cette décision avait, deux semaines plus tard, amené à l'un des épisodes les plus opaques de la République Française, le massacre du 17 octobre 1961. Ce jour-là, une manifestation organisée par le FLN contre cette mesure est violemment réprimée par la police. 2 manifestants décèdent et 44 sont blessés d'après la version officielle, selon les historiens plusieurs centaines de personnes auraient été blessés et entre 50 et 300 seraient mortes. 

     

    « GRAND ENTRETIEN. Pourquoi la France a-t-elle du mal à regarder son histoire coloniale en face ?Le criminel de guerre Salan tombe une seconde fois à Saint-Seurin-sur-l’Isle »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :