• « Ratonnades » à Marseille : le difficile combat contre l'oubli : une plaque dévoilée ce dimanche... mais l'Etat n'est pas représenté ?

    Suite à mon article d’hier que vous pourrez revoir à la suite, ceci se passe en 2018, j’espère que des enquêtes plus sérieuses que celles de 1973 seront menées, la fachosphère ne doit pas faire la loi à Marseille comme ailleurs… et nos amis musulmans doivent être protégés par la République comme tous les autres citoyens français.

     

    « Ratonnades » à Marseille : le difficile combat  contre l'oubli : une plaque dévoilée ce dimanche... mais l'Etat n'est pas représenté ?

    Marseille (France): énigmatique série d’assassinats de ressortissants algériens

    Par Algériemondeinfos 

    28 janvier 2018

    Le plus grand mystère plane sur une série d’assassinats de ressortissants algériens dans la métropole méridionale française, Marseille. En tout, ce sont pas moins de huit de nos compatriotes qui ont été abattus par arme à feu en l’espace d’un mois. Le plus curieux est que toutes les victimes sont originaire de la région de Khenchela. 

    R.I. 

    SOURCE : http://www.algeriemondeinfos.com/2018/01/28/marseille-france-enigmatique-serie-dassassinats-de-ressortissants-algeriens/

    France : un étudiant algérien assassiné

     à Marseille

    Par Jugurta Nam 

     

    « Ratonnades » à Marseille : le difficile combat  contre l'oubli : une plaque dévoilée ce dimanche... mais l'Etat n'est pas représenté ?

    France : un étudiant algérien assassiné à Marseille 

    Un étudiant algérien âgé de 26 ans, originaire de la wilaya de Khenchela, a été assassiné à Marseille (Sud de la France) par un groupe de personnes non-identifiées, a-t-on appris ce dimanche 28 janvier. 

    Mounir.A , étudiant algérien âgé de 26 ans, originaire de la wilaya de Khenchela, a été assassiné par un groupe d’individus pour l’heure inconnus, a-t-on appris de plusieurs sources concordantes. Les mêmes sources font savoir que les auteurs du crime ont d’abord tiré sur le jeune homme, avant d’asperger son corps sans vie d’essence et de le brûler, probablement dans le but d’effacer les traces du crime.

    De leur côté, les services de sécurité français ont ouvert une enquête pour déterminer les causes de ce crime, qui n’est pas le premier de son genre ciblant un algérien dans la ville de Marseille (Sud de la France).

    Par ailleurs, il est à noter que les actes d’assassinat d’algériens à Marseille sont en hausse ces derniers mois, sur un total de 8 personnes assassinées, 6 sont originaires de la wilaya de Khenchela, ce qui tend encore à renforcer le mystère derrière ces actes de violence.

    SOURCE : https://observalgerie.com/actualite-algerie/societe/france-08-algeriens-assassines-dun-mois/ 

     

     

     

    « Ratonnades » à Marseille : le difficile combat

    contre l'oubli

    Une plaque dévoilée ce dimanche rappelle l'attentat meurtrier contre le consulat algérien en 1973. Un devoir de mémoire auquel l'État ne s'associera pas.

    « Ratonnades » à Marseille : le difficile combat  contre l'oubli : une plaque dévoilée ce dimanche... mais l'Etat n'est pas représenté ?

    Le 16 décembre 1973, des milliers de personnes accompagnent les dépouilles des Algériens victimes de l'attentat à la bombe contre le consulat d'Algérie à Marseille.  © STF / AFP

    Une plaque commémorative en présence de l'ambassadeur d'Algérie  doit être apposée dans la cité phocéenne dimanche. Elle rappellera l'attentat de décembre 1973 contre le consulat d'Algérie dans lequel quatre personnes avaient été tuées et vingt blessées. L'attaque à la bombe contre la représentation diplomatique algérienne le 14 décembre 1973 fut l'épilogue d'une longue série de menaces et de violences à l'encontre des ressortissants algériens à Marseille. Prenant prétexte d'un fait divers impliquant un immigré, des individus et des nervis d'extrême droite, chauffés à blanc par les médias et les politiques locaux, appelaient aux « ratonnades » contre les Algériens. Mitraillages de foyers et de bidonvilles ainsi qu'assassinats transformèrent la vie des immigrés en cauchemar.

    L'État algérien décomptera près de 50 morts – la France, 16 – et 300 blessés en moins de six mois. Les autorités d'Alger ont accusé le président Georges Pompidou et le maire socialiste Gaston Defferre  de passivité. À ce jour, la justice française n'a prononcé qu'une seule condamnation contre l'un des commanditaires de cet attentat.

    Cette histoire méconnue a marqué durablement la mémoire collective des Algériens et de leurs descendants. « On veut bien vivre comme des chiens [dans des bidonvilles, NDLR], mais pas mourir comme des chiens », dira en substance un Algérien interrogé à l'époque par la télévision. Une séquence reprise dans La Ratonnade oubliée, un documentaire de Morad Aït-Habbouche et d'Hervé Corbière diffusé sur Canal+ en 2009.

    « Histoire commune »

    Pour l'association locale Mémoire et Réconciliation, à l'origine de la cérémonie de dimanche, « il s'agit de participer à l'écriture d'une histoire commune en même temps que d'un devoir de mémoire, comme l'explique Fazia Hamiche, sa présidente. Au sein de notre organisation, nous sommes français, et il y a aussi des Algériens, des Franco-Algériens, des anciens et des jeunes. »

    La pose de la plaque permettra surtout de réparer un oubli. Reste qu'aucun représentant de l'État n'a prévu d'être présent. Seule la mairie de Marseille devrait y envoyer un de ses adjoints. D'habitude, hauts fonctionnaires comme hommes politiques jouent des coudes pour être vus sur la photo lors des nombreuses commémorations que compte notre pays, et Marseille en particulier. Interrogées sur cette absence, les autorités jointes par Le Point n'ont pas souhaité répondre.

    SOURCE : http://www.lepoint.fr/societe/ratonnades-a-marseille-le-difficile-combat-contre-l-oubli-28-01-2018-2190201_23.php?boc=1136615& 

    Visualisez entièrement cette vidéo qui va vous dévoiler d’énormes surprises, notamment un ancien OAS qui était dans le comité de soutien de Ségolène Royal lors de l'élection présidentielle de 2007… Incroyable... On ne nous dit pas tout !!!

    La Ratonnade oubliée, le documentaire intégral de Morad Aït-Habbouche et d'Hervé Corbière diffusé sur Canal+ en 2009. 

    « "Disparition" de Maurice Audin : La Vérité ? Un sérieux recul !!! Un article d’Henri POUILLOTGuerre d'Algérie : à Rouen se souvenir des disparus »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter