• Rencontre avec Zakia Rezig préparée et filmée par les élèves de terminale ES, lycée de la Plaine de l'Ain, Ambérieu-en-Bugey

    Tramor Quemeneur

    « Samedi 16 septembre à 16 heures, je serai à Villeurbanne avec l'Atelier Grand Ensemble pour présenter l'interview de Zakia Rezig, fille de militant du FLN, par des élèves de terminale ».

    Dans le cadre des journées Européennes du patrimoine

    Projection en présence de Zakia Rezig, et Béatrice Dubell, présentée

    par l’historien Tramor Quemeneur.

    Tramor Quemeneur, historien spécialiste de la guerre d’Algérie, membre du Conseil d’orientation du Musée national d’histoire de l’immigration (MNHI), est chercheur post-doctorant à l’Université de Coimbra (Portugal) dans le cadre du programme de recherche européen MEMOIRS – Enfants d’Empire et post-mémoires européennes (ERC – Horizon 2020, contrat n°648624). Il a publié plusieurs ouvrages, notamment avec Benjamin Stora le livre-objet Algérie 54-62. Lettres, carnets et récits de Français et d’Algériens dans la guerre (Les Arènes, 2010), qui a obtenu le prix Elle (2010) et le prix de la France mutualiste (2012).

    Médiathèque du Tonkin
    2 Bis Allée du Lys Orange
    69100 Villeurbanne

    La projection sera suivie d’un échange avec Zakia Rezig, Béatrice Dubell, le professeur de la classe et ses élèves.

    Dans le cadre des ateliers Mémoires vives, les élèves de Terminale L du lycée de la Plaine de l’Ain d’Ambérieu-en-Bugey ont filmé leur rencontre avec Zakia Rezig, fille d’un militant FLN.

    Zakia Rezig est née à Vienne (Isère), en 1962, de parents algériens. Elle grandit en France et mène un parcours scolaire et professionnel sans difficultés particulières. C’est à l’adolescence qu’elle commence à s’interroger sur la trajectoire de ses parents à travers la guerre et la colonisation. Questionnée par les élèves, elle évoque avec émotion son parcours d’enfant algérienne en France, sa quête mémorielle, et sa perception du racisme au fil des années.

    Pour se faire une idée la plus proche de la réalité et de la vérité il faut savoir écouter tous les points de vue d’où qu’ils viennent  concernant les témoignages de la guerre d’Algérie en particulier et du colonialisme en général. 

    Zakia Rezig et sa soeur 

    Zakia Rezig est née à Vienne (Isère), en 1962, de parents algériens. Elle grandit en France et mène un parcours scolaire et professionnel sans difficultés particulières. C'est à l'adolescence qu'elle commence à s'interroger sur la trajectoire de ses parents, à travers la guerre et la colonisation. 

    Zakia Rezig évoque avec émotion son parcours d'enfant algérienne en France, sa quête mémorielle, et sa perception du racisme au fil des années.  

    Rencontre avec Zakia Rezig 
    préparée et filmée par les élèves de terminale ES, lycée de la Plaine de l'Ain, Ambérieu-en-Bugey 

    Née à Vienne (Isère) en 1962, Zakia Rezig est la première d’une fratrie de huit enfants, à voir le jour en métropole : ses deux sœurs aînées étant nées en Algérie.
    Son père, arrivé en France en 1954 pour y trouver du travail, est rejoint par sa femme et ses filles en 1958. Après la guerre, les immigré.es algérien.es peuvent choisir de garder leurs papiers français ou de les rendre et ses parents optent pour le second choix. Étant née juste avant les accords d’Evian, Zakia grandit en France avec la nationalité algérienne.
    La famille vit d’abord dans un appartement très vétuste de Vienne, où Zakia naît. Puis, avec plusieurs familles immigrées, elle est logée dans une sorte d’îlot de petites maisons, sans aucun confort, dans le quartier de Leveau. Il n’y a pas d’eau courante. C’est là que Zakia situe la plupart de ses souvenirs d’enfance, dans un environnement multiculturel, mais avec le vif souvenir du racisme des institutrices, qui touche particulièrement ses sœurs aînées.
    La famille déménage en 1968 à Villette-d’Anthon, petit village de l’Isère. Zakia s’estime chanceuse d’avoir grandi à la campagne, malgré un environnement social peu accueillant, mais en échappant à la relégation dans les périphéries urbaines, qui était le lot de nombre de familles immigrées à cette période. Elle garde un souvenir vif et heureux du contact avec la nature. Elle partage le quotidien de camarades d’école primaire aux origines diverses : outre les Français.es, des enfants de familles venues de Portugal, d’Espagne, d’Italie, du Maroc, ou encore de Tunisie. La famille s’agrandit et compte un fils et sept filles.
    Elle gagne Lyon à partir de 1978-1980 pour y suivre des études de couture puis de stylisme et modélisme. Elle commence simultanément à fréquenter la librairie libertaire La Gryphe qui participe à son éducation politique et la sensibilise au sujet de la colonisation. Elle travaille actuellement, et ce depuis 1989, en tant que sellière-maroquinière dans une entreprise de haute-couture, après avoir exercé dans la tapisserie et la rénovation de sièges, la sellerie automobile de luxe et d’avions ou encore la décoration d’ameublement.
    Elle estime que ses origines n’ont pas nuit à son développement personnel, qu’il s’agisse de ses recherches d’emploi ou encore de logement. Elle prend cependant conscience des conséquences de sa nationalité algérienne. En 1992, elle a le choc de se voir refuser un visa pour le Canada où elle doit rendre visite à sa sœur. C’est à ce moment là, qu’elle choisit de faire une demande de naturalisation. Elle se sent aujourd’hui pleinement Française, tout en étant très attachée à ses racines algériennes.
    Elle commence à se pencher sur l’histoire de ses parents à partir du moment où, au cours de son adolescence, ils commencent à évoquer la guerre. Lors de son premier voyage en Algérie en 1998, elle est submergée d’émotions à son arrivée. Elle poursuit depuis une recherche personnelle sur le passé de sa famille et de l’Algérie. En compagnie de son père, elle retourne régulièrement en petite Kabylie, dans le village familial de la région de Bouira, dans la maison construite par ses parents, interrogeant les mémoires des habitants. Elle a d’ailleurs constitué un ensemble d’archives filmées et photographiques, qu’elle souhaiterait un jour mettre en forme et partager. Elle est la seule, parmi ses frères et sœurs, à s’intéresser à cette histoire et à s’interroger sur le parcours de ses parents que, malgré ses années de recherche, elle n’arrive pas encore tout-à-fait à cerner. 


     

     

    Seuls mes amis ont la possibilité  

    d’envoyer des commentaires 

     sur ce blog mais il faut vous  

    inscrire obligatoirement 

    a la « Newsletter » 

    colonne de droite 

    « Lever de rideau sur l'Algérie française (La deuxième génération livre un passionnant éclairage sur la colonisation et les "événements". Sans tabou).Guerre d’Algérie : les actions criminelles des services secrets français révélées »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter