• Revue de presse du 7 octobre 2018

     

    Revue de presse du 7 octobre 2018

     

    Laissez vivre en paix les enfants de la République

    Y compris les enfants de religion musulmane

    Le racisme anti musulman c’est aussi cela :

    A Beaucaire comme à Chalon-sur-Saône ou ailleurs

    Mais concernant Chalon-sur-Saône c'est dans 2 jours que l'affaire repasse  devant la Justice et moi qui suis de cette région je n'ai rien vu dans la presse locale... serait-elle aussi aux ordres ?

    Rien dans le Journal de Saône-et-Loire, (https://c.lejsl.com/) 

    Rien dans Info Chalon (http://www.info-chalon.com/)

    Rien dans Vivre-à-Chalon (http://www.vivre-a-chalon.com/) 

     

    Michel Dandelot

     

    Suppression des menus sans porc  dans les cantines : un maire RN  devant la justice

    En 2015, la Ligue de Défense judiciaire des Musulmans (LDJM) avait déposé un recours dans l’affaire des menus de substitution dans les cantines de Chalon-sur-Saône. Un peu plus de deux ans plus tard, après que le Rapporteur Public du Tribunal de Dijon — dont le rôle est de recommander une décision aux juges — avait demandé l’annulation de la décision du maire de Chalon-sur-Saône de supprimer les menus de substitution les jours où du porc est servi dans les cantines scolaires de la ville, le tribunal administratif de Dijon avait rendu un jugement d’annulation de la délibération du Conseil municipal de Chalon.

    Mais l’affaire n’est pas encore terminée. Ce 9 octobre 2018, la Cour administrative d’appel de Lyon doit rendre son verdict et choisir de confirmer ou d’infirmer la décision du tribunal administratif de Dijon. Karim Achoui, président de la LDJM, est confiant. L’objectif de l’audience en appel de l’affaire des menus de substitution au porc dans les cantines « est bien évidemment la confirmation de notre victoire en première instance », indique-t-il sur les réseaux sociaux.

    Cet appel intervient alors que la justice se penche sur la fin des repas de substitution à Beaucaire. Le maire Rassemblement national de la ville, Julien Sanchez, a en effet décidé lui aussi de mettre fin aux menus sans porc. Julien Sanchez estime que « les gens pourront prendre leurs dispositions s’ils ne souhaitent pas que leurs enfants mangent, ou bien qu’ils touchent ou approchent du porc. » Le maire de Beaucaire dénonce également un « apartheid » favorisé par les menus de substitution.

    La Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme, le Défenseur des Droits et l’Observatoire de la laïcité se sont tous positionnés contre la suppression des menus de substitution. Pour Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, « en imposant aux élèves de manger du porc ou de ne pas aller à la cantine », le maire d’une ville qui supprimerait les menus de substitution « n’accorde pas d’attention à l’intérêt de l’enfant ».

    SOURCE : https://lemuslimpost.com/menus-substitution-chalon-devant-justice.html 

     Suppression des menus sans porc

    dans les cantines : un maire RN

    devant la justice

    Suppression des menus sans porc  dans les cantines : un maire RN  devant la justice

    L'avocate du maire a soutenu que "les parents étaient avisés depuis septembre 2017 de cette décision de supprimer les repas de substitution".

    Illustration GEORGES GOBET AFP 

     

    Le tribunal administratif de Nîmes doit se prononcer sur la décision de Julien Sanchez, maire RN (ex-FN) de Beaucaire, de supprimer les menus sans porc des cantines de sa ville. 

    Le rapporteur public a demandé devant le tribunal administratif de Nîmes l’annulation de la décision du maire RN de Beaucaire de supprimer les menus de substitution au porc des cantines de sa ville, au motif qu’elle n’avait pas été prise dans les règles.

    C’est par un simple encart publié dans le journal municipal en décembre 2017 que Julien Sanchez avait annoncé la suppression dans les cantines scolaires des repas de substitution au porc qualifiés "d’anti-républicains" et sa volonté d’imposer un menu avec du porc une fois par semaine. Cinq associations – la Maison des potes, le Rassemblement citoyen de Beaucaire, la FCPE, la Licra et la LDH -  et le préfet du Gard ont attaqué cette décision devant la justice administrative.

    "Le maire a décidé seul"

    En audience publique mardi, le rapporteur public a contesté "la légalité de cette décision, justement parce qu’il n’y a pas de décision formalisée, mais juste une inscription annonçant la nouvelle dans le journal municipal". "Le maire a décidé seul, de manière isolée, sans tenir compte de la compétence du conseil municipal en la matière", a dénoncé le rapporteur public, dont l’avis est généralement suivi par le tribunal.

    "Cette suppression des repas de substitution s’inscrit dans une visée dogmatique et idéologique, avec un principe restreint de la laïcité, mais pas avec une vision centrée sur les enfants. À Beaucaire, on ne prend pas en compte l’intérêt supérieur de l’enfant", a dénoncé un avocat des requérants, Jérôme Privat.

    "Notre avocate a rappelé l’existence de plusieurs circulaires ministérielles qui indiquent que le repas de substitution n’est pas une obligation ou un dû", a réagi Julien Sanchez après l’audience, fustigeant "l’intrusion d’un interdit religieux dans un espace public". "Ceux qui prennent en otage les enfants, ce sont les parents", a-t-il ajouté.

    Le cas de Chalon-sur-Saône

    Lors de l’audience, l’avocate du maire Sylvia Josserand a soutenu que "les parents étaient avisés depuis septembre 2017 de cette décision de supprimer les repas de substitution". "Sur le fond du dossier, il est totalement faux d’invoquer – comme le font les associations et rassemblements qui ont saisi la justice aujourd’hui – la décision du tribunal administratif de Dijon pour prétendre au droit des usagers à un repas de substitution et à l’illégalité de cette suppression des repas", a aussi souligné l’avocate nîmoise.

    En 2015, le maire LR de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) Gilles Platret avait déjà créé la polémique en supprimant le menu de substitution au porc dans les cantines scolaires de la commune. Le tribunal administratif de Dijon avait censuré cette décision fin août 2017, une décision dont Gilles Platret a fait appel.

    Le tribunal administratif de Nîmes a mis sa décision en délibéré, sans date fixe. 

    SOURCE : https://www.sudouest.fr/2018/09/25/suppression-des-menus-sans-porc-dans-les-cantines-un-maire-rn-devant-la-justice-5422332-4697.php

    Revue de presse du 7 octobre 2018

    Revue de presse du 7 octobre 2018

     

    Je vous Hais les retraités !!!

    Et puis il y a les autres, celles et ceux

     qui ne se plaignent jamais…

    Revue de presse du 7 octobre 2018

    Je l’entends bien, le petit jupitérien, rejeton de la finance, valet de la technocratie parlementaire Européenne, serviteur zélé des lobbies tout puissants ; je l’entends bien mépriser, sermonner, fustiger un peuple qu’il voudrait bien plus à sa botte.
    Ah, il ne nous aime pas, nous les Gaulois, les sans dents, les râleurs, les geignards de tout poil qui pleurent sur leur sort alors qu’ils ont la chance de vivre dans un pays où bien des avantages leurs sont accordés !!
    Pensez-vous !! Nous avons l’audace, l’outrecuidance, de contester ses décisions, ses décrets, ses lois hâtivement votées qui nous spolient un peu plus chaque jour. Nous avons l’aplomb de l’interpeler lorsque l’occasion nous en est donnée, c’est-à-dire lorsque qu’il daigne de temps en temps satisfaire son égo surdimensionné en allant côtoyer une populace qui perd trop souvent son temps à manifester alors qu’il lui suffirait, non pas de battre le pavé mais de traverser la rue afin d’améliorer un sort qui lui semble injustement désigné.
    Non, il ne nous aime pas, et nous lui rendons bien nous qui sommes de plus en plus nombreux à réprouver sa manière croquignolesque de mener notre pays au nom d’idéaux viciés et pervertis par l’unique appât du gain de quelques-uns.
    Alors, bien sûr, je le concède, nous avons la chance de pouvoir manifester notre mécontentement au regard de certains pays où le seul fait d’éternuer, de bailler trop fort en présence d’un autocrate est considéré comme une mise en danger d’un pouvoir intransigeant avide de coercition, de répression, de justice expéditive.
    Dont acte, et m’abstiendrais ici, puisque je suis chanceux, de ne pas en rajouter dans ‘’l’art’’ que nous avons, parait-il nous les Françaises et Français, de gémir sur notre sort.
    J’évoquerais donc un autre sort, celui de celles et ceux qui ne disent rien, qui ne se plaignent jamais, qui ne contestent en aucun cas les décisions que l’on prend trop souvent à leur encontre.
    Il est, des hommes et des femmes qui sont relégués aux endroits les plus sombres de la nation, qui survivent au ban d’une société tant perdue dans ses enchevêtrements idéologiques qu’elle en oublie, à mon sens, réelle compassion et empathie.
    Ces gens-là vivent dans des hôpitaux spécialisés au bord de la faillite, des maisons d’accueil difficilement gérables tant le manque de moyens est cruel et désespérant ; ces hébergements sont souvent mal adaptés et ajoutent à la souffrance de celles et ceux qui y résident des maux inutiles qu’aucun n’est à même de soulager.
    Elles ne disent rien ces âmes torturées, ne réclament rien qu’un peu de temps à leur consacrer afin de les soulager d’une solitude qui aggrave quotidiennement leur handicap.
    Touché en cela depuis de nombreuses années puisque ma fille Natacha est venue au monde avec d’énormes problèmes, pour certains insurmontables et s’amplifiant au fil du temps, je puis vous assurer qu’à fréquenter régulièrement ce milieu il m’est tenu de constater régulièrement bien des cas désespérés allant au-delà de ce que mon enfant peut subir au quotidien.
    Et qui s’en soucie ??
    Peu de monde en réalité, en tout cas pas ces élu(es) de tous bords que l’on rencontre quelque fois sur les marchés et qui n’ont d’autre objectif que leur réélection à venir, pas ces parlementaires bedonnants qui sommeillent sur les douillets bancs de l’assemblée où nous les installâmes avec cet espoir insensé d’être dignement représentés.
    Il y a quelques temps déjà(2017), j’ai entendu madame Sophie Cluzel pérorer sur un plateau en criant haut et fort que son gouvernement allait, dans son immense mansuétude, augmenté l’allocation adulte handicapé (AHH) de cent euros :
    « Dès 2018, les annonces seront effectives. Nous atteindrons les 900 euros. Le président de la République s’est engagé à faire sortir de la pauvreté plus d’un million de personnes qui touchent l’allocation adulte handicapé », a-t-elle assuré. Pas de calendrier arrêté pour le moment, la secrétaire d’Etat précise que les détails seront donnés le 20 septembre(?), lors d’un comité interministériel du handicap. L’AAH est aujourd’hui de 810 euros. »
    Je puis vous affirmer qu’à ce jour l’allocation handicapée pour ma fille Natacha n’a augmenté que de quelques Euros puisqu’elle se monte pour ce mois d’octobre 2018 à 819,00 Euros.
    Je puis vous affirmer qu’une fois encore on a fait des effets d’annonce en oubliant de préciser que dans le même temps le forfait hospitalier de 18,00 Euros augmentait de deux Euros par jour (et augmentera encore dans les ans à venir) ; ce qui fait que les personnes handicapées obligées de vivre en milieu hospitalier spécialisé doivent, de leur poche, régler chaque mois à l’établissement qui les héberge 600,00 Euros, plafonnés pour certaines et certains à 540,00 Euros maxi.
    Sur 819,00 Euros de AHH, force est de constater qu’il reste bien peu pour espérer s’octroyer quelques menus plaisirs lors de sorties hors établissement !!
    Ah, monsieur le jupitérien ; gentil rejeton élevé au sein Rothschildien, comme il vous est aisé de promettre en sachant pertinemment que nul ne contestera lorsqu’il sera avéré qu’une fois de plus vous avez menti !!
    Sachez que contrairement à ce que vous affirmez vous n’êtes en rien à l’écoute de la souffrance, cocoonez que vous êtes dans votre monde privilégié qui chaque jour un peu plus réclame ce que déjà il possède démesurément, outrageusement.
    Sachez monsieur que je vous méprise autant que vous méprisez ‘’votre’ peuple, et que s’il m’était donné l’occasion de vous rencontrer je n’irais pas par quatre chemins pour vous accabler de toute l’animosité que je ressens à votre égard…
    Mais, après tout, la colère, là, m’égare en affirmant cela, je pense à bien y réfléchir que je vous ignorerais tout comme vous ignorez celles et ceux qui souffrent, et ne se plaignent jamais.

    Manu Edouard Moulin
    Octobre 2018
     

     

    Revue de presse du 7 octobre 2018

    CHARNAY-Lès-Mâcon – MÉMOIRE

    Un rond-point renommé en hommage

     au colonel Beltrame

     

     

    Le conseil municipal a validé le changement de dénomination du rond-point de la Gendarmerie. Il porte désormais le nom du colonel Beltrame, qui s’était sacrifié lors de la prise d’otages de Trèbes en mars dernier.

    Le 23 mars dernier, son geste avait ému la France entière. Au milieu de la tragique prise d’otages du Super U de Trèbes, dans l’Aude, Arnaud Beltrame, lieutenant-colonel de gendarmerie, avait fait le choix de se substituer à la dernière personne retenue par un terroriste islamiste dans la salle des coffres du supermarché où il avait déjà fait deux victimes.

    « Nous nous sommes interrogés : que faire pour proclamer cet héroïsme »

    En tentant vraisemblablement de neutraliser l’individu, le lieutenant-colonel Beltrame avait été blessé par trois coups de feu et plusieurs coups de couteau. Il avait succombé à ses blessures quelques heures plus tard.

    Les hommages avaient plu pour saluer son sacrifice, jusqu’à une cérémonie d’hommage national présidée par le président de la République Emmanuel Macron.

    Un peu plus de six mois plus tard, la ville de Charnay-lès-Mâcon a choisi d’honorer à son tour sa mémoire. Lors du dernier conseil municipal, les élus ont en effet décidé de modifier la dénomination de rond-point de la Gendarmerie en rond-point Colonel-Beltrame. « Il est devenu un symbole important de notre République et de l’engagement de chacun qui porte au-delà de sa propre vie, explique le maire de Charnay-lès-Mâcon, Jean-Louis Andrès. Nous nous sommes donc interrogés : que faire pour proclamer cet héroïsme-là. »

    À Charnay, le site était tout trouvé avec ce giratoire situé à deux pas du groupement de gendarmerie de Saône-et-Loire et de la place du Souvenir et de la Paix, où trône désormais le monument aux morts communal ; le tout cerné par les rues du 11-Novembre-1918, du 8-Mai-1945 et du 19-Mars-1962. « C’était l’endroit idéal : combien d’engagement de Français pour le bien-être de notre République ? », conclut Jean-Louis Andrès.

    Une stèle devrait être installée au centre du giratoire pour rappeler l’histoire du colonel Arnaud-Beltrame. L’inauguration de ce rond-point pourrait avoir lieu le 16 février, à l’occasion de la cérémonie nationale d’hommage aux gendarmes morts dans l’exercice de leurs missions.

    Johan BOZONT 

    SOURCE : https://c.lejsl.com/edition-macon/2018/10/06/un-rond-point-renomme-en-hommage-au-colonel-beltrame 

    Tout c'est bien passé à Charnay-les-Mâcon mais ce n'est pas pareil partout... Rappelez-vous de cette scandaleuse affaire :

    Revue de presse du 7 octobre 2018

      

    Lettre ouverte à Mme Nicolle Nicolic-Bertrame *** Conseil municipal  de Villeneuve-le-Roi  du 12 avril 2018

    Quelle haine crachée par le maire Didier Gonzales maire de Villeneuve-le-Roi. Quel hypocrite ! Quel menteur !

    La scandaleuse décision du maire de Villeneuve-le-Roi de suppression du nom de 19-Mars-1962 d'une place de cette ville

     

    Le maire de Villeneuve-le-Roi a fait l'autruche en refusant de faire face à la réalité. Cette expression populaire est née de l'idée que l'autruche enfouit sa tête dans le sable dès qu'elle a peur.

     

     Je viens d’apprendre que la place du 19-Mars-1962 a été nommée Arnaud Beltrame sans inauguration… cela démontre la trouille, la pétoche, la poltronnerie, la lâcheté, l’hypocrisie de ce maire…qui a dû craindre des troubles à l’ordre public, alors rappelons-nous cette triste histoire...

     


     Conseil municipal

    de Villeneuve-le-Roi

    du 12 avril 2018

    Suite à l’article ci-dessous, merci de cliquer sur le lien ci-après pour visionner la vidéo de ce Conseil municipal qui a décidé de donner le nom du « Colonel Arnaud Beltrame » à la place qui était appelée depuis près de 30 ans « place du 19-Mars-1962 ». Visionnez pendant 16 mn 11 sec.

    Je remercie le correspondant qui souhaite rester anonyme de m’avoir fait parvenir cette vidéo. Je remarque que la famille a donné son accord à condition qu’il y ait une délibération du Conseil municipal  ... Mais la famille a dû changer d'avis après parce qu'elle ne savait pas tout...

    http://www.villeneuve-le-roi.fr/index.php/Le%20conseil%20municipal?idpage=61&idmetacontenu=11583

     

     

     

     

    *** Avant le vote du Conseil municipal le maire avait déjà fait retirer la plaque du 19 Mars 1962 dans une complète illégalité. (Voir la photo)

     


    Quelle haine crachée par le maire Didier Gonzales maire de Villeneuve-le-Roi. Quel hypocrite ! Quel menteur !

     

    A l‘image des revanchards nostalgiques extrémistes de l’Algérie française que sont : 

    Robert Ménard, maire (apparenté FN) de Béziers qui a débaptisé la rue du 19-Mars-1962 pour la nommer rue Elie Denoix de Saint-Marc, deJulien Sanchez, maire (FN) de Beaucaire qui a débaptisé la rue du 19-Mars- 1962 pour la nommer rue du 5 juillet 1962, HONTE  à Didier Gonzales  maire (LR) de Villeneuve-le-Roi qui vient de prendre la décision de débaptiser la place du 19-Mars-1962 pour la nommer Colonel Arnaud Beltrame.

     

     

     

    Lors du dernier Conseil Municipal de Villeneuve-le-Roi, les élus ont respecté une minute de silence afin de poursuivre l’hommage au colonel Arnaud BELTRAME… C’est le seul beau geste concernant la délibération que vous pourrez lire ci-dessous…

     

    Quelle haine crachée par le maire Didier

    Gonzales. Quel hypocrite ! Quel menteur !

    *** Hypocrite ! parce que dans ladite délibération ce fils de « pieds-noirs » nostalgérique extrémiste a volontairement censuré le nom de la place du 19-Mars-1962… Cette place qui possède ce nom depuis près de 30 ans. Cette date que ce maire de la honte refuse de prononcer est, ne lui en déplaise la fin de près de 8 années de la guerre d‘Algérie et aussi la fin de 132 ans de l’Algérie française. C’est vrai après cette date il y a eu encore des victimes par la faute de la funeste organisation criminelle et terroriste l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète)  responsable de 2700 victimes en Algérie et en France, y compris des appelés du contingent. Pour être complet il y a eu aussi des victimes, par vengeance, du FLN… Mais après le 19 mars 1962, ce n’était plus la guerre d’Algérie mais du terrorisme par des terroristes qui ne valaient mieux que les djihadistes d’aujourd’hui.

    *** Menteur ! parce qu’il a menti à la famille Beltrame en lui demandant l’autorisation, comme lui oblige la loi, de pouvoir donner le nom d’Arnaud Beltrame à une place de la ville mais en omettant volontairement de préciser que cette place portait déjà un nom historique « 19-Mars-1962 ».

    *** Menteur ! parce qu'il a déclaré :

    Quelle haine crachée par le maire Didier Gonzales maire de Villeneuve-le-Roi. Quel hypocrite ! Quel menteur !

    Suite aux propos du maire extrémiste Didier Gonzales sur la place du 19 mars 1962 : Nous savons de source sûre qu’aucun représentant de la famille Beltrame ne sera présent lors de l’inauguration de la place Arnaud Beltrame. Encore une fois notre maire fait preuve de mensonge pitoyable à des fins politiques. 

     

     

     

     

    Colonel Arnaud Beltrame

    Provocation M. le Maire, honte à vous !!!

    Mais  rien  d'étonnant  à   cela   puisque  vous  êtes   né     dans    l'Algérie

     française      et      que       vous      faites    partie     de    tous    ces    nostalgériques extrémistes... 

    Arnaud Beltrame, le colonel de gendarmerie «tombé en héros» assassiné après s’être substitué à une otage du jihadiste de l’Aude mérite qu’on lui attribue des noms de rues, d’avenues, de parcs, d’écoles, de places, etc… mais ne supprimez pas le nom d’une date de Paix, une date qui mit fin à 132 ans de colonisation de l'Algérie : le 19-Mars-1962, cela s’appelle de la provocation, c’est ce qu’a décidé le maire LR de Villeneuve-le-Roi et la majorité de son Conseil municipal.

    Michel Dandelot 

     

     

     

    Villeneuve-le-Roi : la place renommée en hommage au colonel Arnaud Beltrame divise

     

     Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne). Lors du conseil municipal de jeudi, la Ville a décidé de renommer la place du 19 mars 1962, place « Colonel Arnaud Beltrame ». DR

     

    La proposition du maire de renommer la place du 19-Mars-1962, «Colonel Arnaud Beltrame» a provoqué un tollé lors du conseil municipal de jeudi.

    La place du 19-Mars-1962 va-t-elle disparaître de la ville ? Jeudi, le conseil municipal a adopté une proposition du maire de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne), Didier Gonzalès (LR), de rebaptiser une place en l’honneur du colonel Arnaud Beltrame assassiné après s’être substitué à une otage du supermarché de Trèbes (Aude), le 23 mars dernier. « Pour témoigner de son courage […] et honorer la mémoire de toutes les victimes du terrorisme, la ville nommera la place vers laquelle convergent la route d’Orly, la rue Roger-Salengro et la rue Saint-Martin : « Colonel Arnaud Beltrame ». Le hic, la place choisie a déjà été baptisée il y a près de 30 ans, « 19-Mars-1962 », date (elle même controversée) de la fin de la Guerre d’Algérie. Pour le vice-président (MRC) du conseil départemental chargé des anciens combattants, Daniel Guérin, « on efface le seul lieu de mémoire des anciens combattants ».

    Au conseil municipal, Eric Chamault (PS) -qui s’est abstenu lors du vote - a regretté le fait « d’opposer les mémoires les unes aux autres ». Il a suggéré à la municipalité l’idée de la place de la Gare en mémoire du colonel. 

    SOURCE : http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/villeneuve-le-roi-la-place-renommee-en-hommage-au-colonel-arnaud-beltrame-divise-13-04-2018-7662813.php 

     

     

    Le témoignage de Jacques CROS

     

    SOURCE : http://cessenon.centerblog.net/6572591-oui-a-une-place-colonel-arnaud-beltrame#c23425522 

    Oui à une place

     « Colonel Arnaud Beltrame »…

    Lettre ouverte à Mme Nicolle Nicolic-Bertrame *** Conseil municipal  de Villeneuve-le-Roi  du 12 avril 2018

    …Mais non à la suppression du nom

    de la « Place du 19 mars 1962 »

    Nous avons été informés par notre ami Michel Dandelot de l’opération politicienne à laquelle s’est livré le maire de Villeneuve-le-Roi (LR) lors de la dernière séance du conseil municipal de cette ville.

    Nous sommes tout à fait favorables à ce qu’un hommage soit rendu au colonel Arnaud Beltrame, ce courageux officier de gendarmerie qui, dans l’exercice de sa fonction a pris la place d’une femme otage et a été assassiné par le terroriste qui était passé à l’acte. Oui, nous souscrivons à l’idée qu’il faut inscrire le nom de « Colonel Arnaud Beltrame » sur les lieux ou édifices publics. Il le mérite.

     

    Ceci étant, comme l’a suggéré Monsieur Gonzales, le nouveau maire de Villeneuve-le-Roi, il a été proposé d’utiliser pour ce faire de supprimer le nom de la Place du 19 mars 1962 pour le remplacer par celui du héros de l’affaire de Trèbes.

    La démarche s’inspire de deux aspects. Le premier est en évacuant la date du cessez-le-feu on refuse de considérer que la guerre d’Algérie était injuste quant au rôle qu’on a fait jouer à l’armée française. Elle était parfaitement vaine par rapport à l’objectif qui lui était assigné, à savoir le maintien d’une structure sociale, le colonialisme, complètement anachronique. A moins de renouer avec une tradition cocardière ringarde, on ne peut pas oublier la perspective de paix qui se mettait en place le 19 mars 1962.

    L’autre aspect est la confusion délibérément entretenue entre djihadistes et musulmans sur fond de racisme et de xénophobie. On s’abstrait du fait que les musulmans sont les premières victimes du terrorisme. Il faut dire que désigner des boucs émissaires dans la crise socio-économique que nous vivons permet de faire reculer la prise de conscience de ce qui est en cause.

    Ceux qui tirent profit d’un système en fin de course incapable de satisfaire les revendications qui se posent avec l’évolution du monde, ont tout intérêt à permettre une telle diversion.

    Aussi nous pensons qu’il doit être possible de donner à un lieu public de Villeneuve-le-Roi le nom de « Colonel Arnaud Beltrame » sans faire disparaître celui de la « Place du 19 mars 1962 ». La place de la gare pourrait ainsi recevoir le nom du gendarme qui effectivement doit être honoré comme il se doit.

    Jacques Cros

     

    Le Maire de Villeneuve-le-Roi interpellé

    devant le Monument aux Morts

     

    Le Maire de Villeneuve-le-Roi interpelé devant le Monument aux Morts

    Le Maire de Villeneuve-le-Roi interpelé devant le Monument aux Morts

    Joël JOSSO

    Pour votre prise de parole très remarquée et courageuse, en effet   la place du 19-Mars-1962 de Villeneuve-le-Roi que vous avez inauguré il y a près de 30 ans devra garder son nom historique pour toujours...

     

    Le Maire de Villeneuve-le-Roi interpelé devant le Monument aux Morts

    Le Maire de Villeneuve-le-Roi interpelé devant le Monument aux Morts

    A l‘image des revanchards nostalgiques extrémistes de l’Algérie française que sont :

    Robert Ménard, maire (apparenté FN) de Béziers qui a débaptisé la rue du 19-Mars-1962 pour la nommer rue Elie Denoix de Saint-Marc, deJulien Sanchez, maire (FN) de Beaucaire qui a débaptisé la rue du 19-Mars- 1962 pour la nommer rue du 5 juillet 1962, HONTE  à Didier Gonzales  maire (LR) de Villeneuve-le-Roy qui vient de prendre la décision de débaptiser la place du 19-Mars-1962 pour la nommer Colonel Arnaud Beltrame.

     

    Le Maire de Villeneuve-le-Roi interpelé devant le Monument aux Morts

    Le Maire de Villeneuve-le-Roi interpellé

    devant le Monument aux Morts

    Dimanche 29 avril 2018 à 11 h, la cérémonie pour le souvenir de la Déportation se termine, Joël JOSSO, Conseiller Municipal de Villeneuve-le-Roi prend la parole fortement : 

    Le Maire de Villeneuve-le-Roi interpelé devant le Monument aux Morts

    « Mesdames et Messieurs, vous connaissez la décision du Maire de Villeneuve-le-Roi de débaptiser la Place du 19-Mars-1962 Cessez- le-Feu de la guerre Algérie, pour lui donner le nom d’Arnaud BELTRAME. Le Colonel Arnaud BELTRAME est un héros pour avoir sacrifié sa vie pour sauver l’otage d’un terroriste. Nous sommes tous d’accord pour qu’un lieu de mémoire lui soit dédié sur Villeneuve-le-Roi mais il mérite un lieu qui fasse consensus, un lieu qui permette la communion entre tous les Villeneuvois.
    Au lieu de cela le Maire de Villeneuve-le-Roi vient opposer une mémoire à une autre mémoire. Les dizaines de milliers de morts et de blessés, les centaines de milliers d’appelés traumatisés de la guerre d’Algérie méritent que l’on se souvienne. Cette date fait aujourd’hui largement consensus parmi les Français, l’Etat français a reconnu cette date par l’intermédiaire de son Président de la République en 2016. L’heure est au souvenir et à la réconciliation.
    Dans sa demande à la famille de M. Beltrame, le Maire a menti car il n’a jamais indiqué que cette place avait déjà un nom. Didier Gonzales poursuit ici une vieille croisade personnelle de nostalgie de la période de l’Algérie Française.
    Le Colonel Beltrame mérite la reconnaissance de tous, comme l’a proposé Eric Chamault en Conseil Municipal, pourquoi ne pas envisager de donner son nom à la place de la Gare ce qui ne ferait grief à personne et permettrait que son nom soit vu par 3000 personnes chaque jour.
    Pour ma part j’ai interpellé le Préfet du Val de Marne qui peut suspendre cette décision parce qu’elle a été prise dans l’illégalité et parce qu’elle trouble l’ordre public ".

    Joël JOSSO 

     

     
    « Jacques Brel et la guerre d'Algérie *** Jacques Brel est mort depuis 41 ans le 9 octobre 1978Paris, 6 octobre 2018 Cimetière du Père-Lachaise : 7e anniversaire du dévoilement de la stèle aux victimes de l’OAS *** Compte rendu de la cérémonie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter