• Robert Badinter, le respect et la laïcité *** L'autre point de vue de Christophe Castaner ministre de l'Intérieur

     

     

    Robert Badinter, le respect et la laïcité

     

    Robert Badinter, le respect et la laïcité

    « La laïcité est un des fondements de la République, c’est une des conditions du vivre ensemble. » « Moi je n’aime pas la délation. Je n’aime pas l’idée qu’on dénonce. Je n’aime pas ça. » Robert Badinter

    « L’Etat chez lui, l’Eglise chez elle » R. B. vs Victor Hugo. « Ça vaut pour toutes les Eglises. Il n’y a pas de place pour une influence religieuse dans l’Etat ».

    « Je vais vous raconter une anecdote qui donne le prix de la laïcité. C’est un de mes amis qui a été arrêté pendant l’occupation. Son père était un fervent résistant, ils ont été arrêtés tous les deux. Envoyés à Buchenwald. Le père est mort, lui est revenu. Pendant l’occupation, il habitait Maison Lafitte, ils étaient trois. Pendant l’occupation, quand est venue l’heure de porter l’étoile, ils étaient trois à la porter. A la porte du lycée, le professeur les attendait. Il a laissé rentrer tous les élèves et il est rentré avec eux. Et il a dit « Messieurs, que les choses soient claires. Vos camarades portent là un insigne qu’ils n’ont pas voulu. Rappelez-vous, nous sommes ici dans une école et cette école est gouvernée par la laïcité. Ce qui veut dire en clair que je n’admettrai jamais aucune remarque et aucune réflexion de quelque ordre que ce soit à propos de ces insignes qui pour vous n’existent pas. Je rappelle que sur le fond jaune il était écrit juif. Le propos a littéralement saisi toute la classe m’a-t-il dit, et jamais il n’a entendu une remarque antisémite. Jamais. A partir de ce moment dans le lycée. » La laïcité c’est la liberté d’exercer la religion et c’est l’assurance que l’Etat garantit la neutralité religieuse. » Robert Badinter Voir ici

    « Moi je n’aime pas la délation. Je n’aime pas l’idée qu’on dénonce. Je n’aime pas ça. »

    « Je voudrais aller au-delà. Je pense profondément que la laïcité est une des grandes barrières contre le poison du fanatisme parce que vous reconnaissez l’autre, tel qu’il est, comme humain, avec les mêmes droits que vous, quelle que soit sa religion. La laïcité est garantie par l’Etat. Je te respecte, tu me respectes. Et nous vivons ensemble. Le mot de respect est si beau, si riche, si plein de sens par rapport à l’autre. C’est l’autre que je rencontre dans le respect, et il est fondé à attendre de moi le respect. Je pense que dans tout ce que nous vivons actuellement, l’idée qu’on doit respecter l’autre, ce qui veut dire aussi que l’autre doit vous respecter, je pense à ça à propos du voile qui est une idée dominante. J’ajoute, qu’on oublie trop qu’en matière de terrorisme que dans le monde, plus de de 80% des victimes du terrorisme sont des musulmans. ». Voir ici

     

    Robert Badinter, le respect et la laïcité *** L'autre point de vue de Christophe Castaner ministre de l'Intéreur

    Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur

     

    Robert Badinter, le respect et la laïcité

     

     « J'ai un cap clair : protéger la République, faire face aux crises - et elles sont nombreuses - et en même temps rassembler les Français, sans réagir avec des peurs, mais toujours avec raison. » Hier soir sur France 2. Bon courage Monsieur le Ministre !!!

    « La laïcité, c'est la liberté de croire ou de ne pas croire, dans le respect des valeurs de la République. Et en tant que ministre de l'Intérieur, mon sujet, ce n'est pas l'Islam, mais la montée de l'islamisme. » voir ici

    Merci, c’est très clair.

    « Mètre carré par mètre carré, quartier par quartier, nous luttons contre la radicalisation et l'islamisme. Des lieux de culte ont été fermés, des débits de boissons, des établissements culturels et associatifs, des écoles ont été fermés. Nous agissons ! » voir ici

    « J'ai un cap clair : protéger la République, faire face aux crises - et elles sont nombreuses - et en même temps rassembler les Français, sans réagir avec des peurs, mais toujours avec raison. 

    Je suis un homme de dialogue. Je suis un social démocrate, et je pense que ce n’est pas par la démonstration d’autorité qu’on est un bon ministre mais par la capacité d’accompagner ses troupes, à les diriger comme je le fais au sein du ministère de l’intérieur aujourd’hui. » voir ici

    Bon courage Monsieur le Ministre.

    Vous avez contre vous la droite, l’extrême droite et la gauche. Vous ne vous êtes pas laissé intimider par ceux qui font des amalgames pour dire leur haine des musulmans, vous avez tenu bon. Merci à vous.

    J’ai compris que vous n’aimez pas beaucoup David Dufresne, j’espère que vous le rencontrerez et que vous vous parlerez, entre hommes, vous avez beaucoup de choses en commun, je n’en doute pas et pas seulement tous les blessés graves. Vous avez dit que ce n’est ni au journaliste ni à vous de dire la justice. En langage politique ça s’appelle botter en touche. Sur le fond vous avez raison, c’est à la justice de trancher. Votre rôle à vous, même si vous avez dit aussi hier soir que ce n’est pas vous qui donnez l’ordre de blesser les manifestants, c'est de faire en sorte que plus personne ne le soit. Les pompiers ont, eux aussi, été violentés et ça Monsieur le Ministre, nous aurons tous beaucoup de mal à l’oublier.

    L'émission est à voir ou revoir ici 

    SOURCE : https://blogs.mediapart.fr/gtk/blog

     

    « Le fils du martyr Maurice Audin s’exprime sur le Hirak algérienUne femme voilée ridiculise Pascal Praud et son équipe sur la laïcité »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :