• Robert contre les envahisseurs un article du Site "là-bas si j'y suis"

    Nostalgie coloniale à Béziers », à partir

     de la 37e/38e minute

    https://www.youtube.com/watch?v=zJ6ujmEKZm0#t=2358

     

     

     

     Le 19 mars 2015

    Robert contre les envahisseurs

    Le jeudi 19 mars 2015, par L’équipe de Là-bas

    Discours de Robert Ménard le 14 mars à Béziers

     (photo : Gaylord Van Wymeersch) 

    Alerte ! Mobilisation générale, ils arrivent, ils sont là. Ils nous ont expulsés d’Algérie et maintenant ils nous envahissent, c’est la guerre de la civilisation. Jeanne d’Arc aujourd’hui s’appelle Robert Ménard. Le maire de Béziers part en croisade et commence par supprimer la « rue du 19 mars 1962 », qui rappelait la date du cessez-le-feu marquant la fin de la guerre d’Algérie. Inacceptable. Robert se prépare à partir à la reconquête de l’Algérie. Béziers le regrettera, c’est sûr.

    Avec, autour de Daniel MERMET :
     Fatima BESNACI-LANCOU, de l’association Harkis et Droits de l’Homme
     Jacques PRADEL, de l’
    Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis
     Gilles MANCERON, historien, membre du comité central de la
    Ligue des Droits de l’Homme
     Jean-François GAVOURY, président de l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS
     Hervé KEMPF
     Didier PORTE qui nous fâche avec tout le monde
     un reportage à Béziers de Gaylord VAN WYMEERSCH

     


    Partie 2 : l’histoire du 19 mars 1962

    Il y a 53 ans, le 19 mars 1962, intervenait un cessez-le-feu en Algérie, au lendemain de la signature des accords d’Évian. Bien que cette date soit reconnue comme la fin de la guerre d’Algérie, elle est toujours critiquée et contestée par certains, comme le maire de Béziers Robert Ménard, qui refusent d’entériner cette date au nom des nombreuses victimes, notamment harkis, tuées en Algérie après le 19 mars. L’historien Gilles MANCERON éclaire les raisons de cette dispute mémorielle.

     

    Partie 3 : qui sont les harkis ?

    Harkis et moghaznis faisaient partie des quelque 300 000 supplétifs qui ont été enrôlés par l’armée française pour combattre le FLN. À partir du 19 mars 1962 l’armée française se retire progressivement du territoire algérien conformément aux accords d’Évian, en désarmant les harkis et en les abandonnant, sans défense, aux représailles du FLN. Qui sont ces harkis à qui s’adresse Robert Ménard ? Fatima BESNACI-LANCOU de l’association Harkis et Droits de l’Homme rappelle qu’il n’y a pas "une" communauté harki homogène, mais des histoires singulières des supplétifs en Algérie.


    Partie 4 : pieds-noirs progressistes contre pieds-noirs d’extrême droite

    Jacques PRADEL, de l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis, était à Béziers samedi 14 mars. Il est venu manifester contre la cérémonie organisée par Robert Ménard pour débaptiser la rue du 19 mars 1962. Jacques PRADEL fait partie des « Français d’Algérie » qui ont grandi là-bas. Interne au lycée d’Oran, il assiste aux massacres perpétrés par l’OAS en janvier 1962. Il a 15 ans. Le 19 mars 1962, il retourne chez lui, dans la ville de Tiaret, où ses amis, avec lesquels il a grandi, lui tournent le dos. "Sollicité" pour prendre part aux actions de l’OAS, il quitte finalement l’Algérie pour rejoindre la France.

    Partie 5 : de quoi Robert Ménard est-il le nom ?

    En 2006 une association nostalgique de l’Algérie française, soutenue par le maire de Marignane, érige une stèle en hommage à quatre figures de l’OAS, dont les meurtriers du commissaire central d’Alger Roger Gavoury. C’est à la suite de cette provocation que son fils, Jean-François Gavoury, crée l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS. Pour combattre les relectures de l’Histoire, que Robert Ménard n’est pas le seul à instrumentaliser dans sa croisade contre l’immigration et contre les musulmans.

    Une affiche de l’OAS 

     

    Robert contre les envahisseurs

    Le vendredi 20 mars 2015, par Jonathan Duong, L’équipe de Là-bas 

    « C’est nous les Africains qui revenons de loin, nous venons des colonies pour défendre le pays » (photo : Charlotte Perry)  

    « Algé-rie fran-çaise ! Algé-rie fran-çaise ! » Ce sont ces mots, qu’on ne pensait plus entendre 53 ans après le cessez-le-feu en Algérie, que Robert Ménard a fait scander par la foule samedi 14 mars à Béziers. L’année dernière déjà, c’était devant une stèle érigée à la mémoire de quatre terroristes de l’OAS que le maire de Béziers, élu avec le soutien du Front National, ravivait la "nostalgérie". Samedi dernier, Robert remet ça en effaçant la fin de la guerre d’Algérie de la mémoire de Béziers : finie donc la rue du « 19 mars 1962 », place à la rue Hélie Denoix de Saint Marc, du nom de ce commandant qui prit part au putsch d’Alger en 1961.

    Un reportage de Gaylord VAN WYMEERSCH.


    Robert contre les envahi... (extrait)  

    Certains nostalgiques de l’Algérie française refusent de reconnaître la date officielle du cessez-le-feu, au nom des nombreuses victimes massacrées après cette date. Au-delà de la querelle mémorielle, Ménard rappelle dans son discours que son combat n’est pas celui d’une autre époque, mais que sa croisade est bien actuelle :

    « L’Algérie de notre enfance, l’Algérie de nos aïeux, notre Algérie, ce n’est pas ce que certains veulent nous faire croire. Ce n’est pas ce qu’un Benjamin Stora ne cesse d’écrire. De ceux-là nous ne voulons pas, nous ne voudrons jamais. Ils ont voulu hier l’Algérie algérienne, ils ne veulent pas aujourd’hui de la France française. 

    Il faut parler aujourd’hui en France d’immigration de peuplement, d’immigration de remplacement. Un chassé-croisé dont l’Histoire a le tragique secret, et dont je redoute que nous ne cessions de mesurer les funestes, les dramatiques conséquences. Aujourd’hui notre pays est face à une crise qui engage son avenir, sa vie, sa survie. Allons-nous abandonner la France ? »

    Discours de Robert Ménard le 14 mars 2015 (photo : Charlotte Perry) 

    Hier pour l’"Algérie française", aujourd’hui pour la "France française", Robert se sert de l’Histoire pour flatter son électorat, et dénoncer toujours plus l’immigration et les musulmans, qui menaceraient la civilisation "judéo-chrétienne" : « Il y a 50 ans, je m’en souviens, nous tapions sur des casseroles en scandant : "Algé-rie fran-çaise ! Algé-rie fran-çaise !" Il faudrait aujourd’hui avec la même ardeur, avec la même détermination dire non à cette France métissée qu’on nous promet, qu’on nous annonce, qu’on nous vante. Dire non à cette France multiculturelle qu’on nous impose. Mais dire oui à une France fière d’elle-même, fière de son Histoire, fière de ses racines judéo-chrétiennes, cette France que nous voulons transmettre intacte à nos enfants.
    Vive la France ! Vive la France française ! »

    Mais samedi à Béziers, d’autres Pieds-noirs, d’autres harkis étaient venus manifester pour que Robert Ménard ne parle pas en leur nom, et pour dénoncer la relecture et l’instrumentalisation de l’Histoire par l’extrême droite.

    Manifestation contre la cérémonie organisée par Robert Ménard

     (photo : Charlotte Perry)

    La nouvelle rue "Denoix de Saint Marc" (photo : Charlotte Perry) 

    Merci à Pierre Daum, Jacky Malléa, de l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis, Jean-François Gavoury et Jean-Philippe Ould Aoudia de l’ANPROMEVO (Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS), et Kader Hamiche.

    Reportage : Gaylord VAN WYMEERSCH
    Présentation :
    Daniel MERMET
    Réalisation :
    Franck HADERER
    Montage :
    Grégory SALOMONOVITCH
    Préparation :
    Jonathan DUONG 

    Pour conclure écoutez ce qui s’est passé le 14 mars 2015 à Béziers en cliquant sur le lien ci-dessous (puis sur : ouvrir avec) :

    Télécharger le MP3

     

    Et n'oubliez pas : le combat juridique se prépare et va débuter

    dans les toutes prochaines semaines

    Donc affaire à suivre...

    « France/Algérie : 19 Mars 1962, que reste-t-il des Accords d’Evian ? *** Patrick Buisson avait convaincu Nicolas Sarkozy de dénoncer les accords d'Evian avec l'Algérie« Visite de Béziers » Un article de Jacques CROS »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :