• Scaër (Finistère) Trois stèles de la résistance dégradées à Scaër et Tourc’h *** Le ventre est toujours fécond

    Scaër (Finistère) Trois stèles

    de la Résistance dégradées

    à Scaër et Tourc’h *** Le ventre

    est toujours fécond

    Scaër. Trois stèles de la résistance dégradées à Scaër et Tourc’h

      ·         La stèle de Kernabat a été dégradée. | Ouest-France

    Les élus de Scaër ainsi que ceux de Tourc'h ont été avertis que la stèle de Kernabat et celle de Quillien avaient été dégradées.

    Le monument dédié à la Résistance près de l’ancienne gare de Scaër a été également souillé. Des affichettes y avaient été apposées, ainsi que des textes manuscrits « à caractère ultranionaliste », hostiles à la résistance et la croix de Lorraine, a expliqué Didier Le Duc, premier adjoint.

    Une plainte déposée

    Les élus Scaërois ont fait constater la violation de ces monuments par la gendarmerie. Une enquête a été ouverte après que la mairie de Scaër ait porté plainte.

    Source : http://www.ouest-france.fr/scaer-trois-steles-de-la-resistance-degradees-scaer-et-tourch-3565497

    Scaër. Trois stèles de la résistance dégradées à Scaër et Tourc’h

    LE VENTRE EST TOUJOURS FECOND

     

    Scaër est un village breton du Finistère où la Résistance fut extrêmement active, tant du côté des FTP que du mouvement Libération-Nord. La répression nazie fut également terrible et l’on compte plusieurs monuments à la gloire des réfractaires scaërois.

    Ces monuments viennent d’être souillés par collage d’affiches anticommunistes. L’une d’elles rappelle l’exécution d’un nationaliste breton, l’abbé Perrot de Scrignac (29), en 1943, par un résistant communiste. Qui était donc l’abbé Perrot pour qu’aujourd’hui encore on le vénère ? Ce fut un actif collabo qui applaudissait « les jeunes dans la fleur de l’âge qui sont allés donner la main aux Allemands pour se battre contre les sauvages de l’est ». Ces jeunes grossissaient les rangs de la LVF ou Légion des Volontaires contre le bolchevisme. A sa mort, un groupe nationaliste extrême, qui changea souvent d’appellation entre 1936 et 1943, prendra le nom de Bezen Perrot ou Bretonischer Waffenverband SS. C’est dire que ces autonomistes bretons avaient totalement versé dans l’idéologie nazie.

    Ce groupe fasciste intéresse fortement les Aubois. En effet, le 22 août 1944, la Gestapo de Rennes, en fuite, s’installe à Troyes. C’est là que Friedrich Ochs et Joseph Hellenthal de la Gestapo du Bd Gambetta, confient au commando de Rennes le soin de fusiller les Résistants de la prison Hennequin. Parmi les 150 prisonniers, une liste de 50 noms est déjà prête, sur laquelle figurent ceux qui sont considérés comme de dangereux résistants, pour la plupart communistes. Dans ce commando de Rennes, sont intégrés plusieurs nationalistes bretons du groupe Bezen Perrot, des Français donc, qui iront massacrer dans le dos, à la mitraillette leurs concitoyens.

    Mais qui donc aujourd’hui peut transmettre encore les idées toxiques de Bezen Perrot ? Roger Bruge, dans son livre « Le temps des massacres » (1994) nous donne le parcours des survivants de ces centurions nazis (ils étaient effectivement une centaine à l’origine !) Certains, en 1944, désertèrent. D’autres, formés par la Gestapo, furent recyclés en espions ou en tueurs. Quelques uns obtinrent des papiers attestant qu’ils avaient subi le STO et rentrèrent par les bons convois. La plupart chercha refuge en Autriche, en Italie, en Argentine ou dans les milieux celtes en Irlande. Ils attendirent les lois d’amnistie. D’ailleurs quelques uns furent condamnés en France à la Libération et rapidement amnistiés en 1953. Il paraît que certains se cachent encore. C’est possible, tellement fut molle l’enquête les concernant. Il est vrai que la police ne connaissait que leurs surnoms.

    Parmi les autonomistes qui avaient participé au massacre de Creney, une dizaine purent être identifiés. Condamnés à mort, ils furent exécutés en 1945 et 46. Les maquisards bretons en avaient de leur côté tué, lors d’engagements avec la Gestapo ou lors d’exécutions sommaires. On peut en regretter quelques-unes aujourd’hui, mais il faut mesurer l’état d’esprit de cette époque tragique.

    Les survivants de Bezen Perrot sont très âgés, mais ils ont fait souche et transmis leurs idées haineuses. Les sociétés fragiles et qui doutent de leur destin sont perméables aux doctrines les plus abominables et les plus fausses d’autant plus qu’elles se présentent sous un aspect anodin et séduisant : la défense du territoire, l’appât de la justice et du bonheur, pourquoi pas ? Les affiches apposées sur les monuments de Scaër montrent bien que le ventre du fascisme est toujours prêt à accoucher de quelques horreurs.

    Jean Lefèvre

    SOURCE : http://cercle.jean.moulin.over-blog.com/2015/08/bcra-le-ventre-est-toujours-fecond-par-jean-lefevre-president-adirp-10.html

     

     
    Le Chant des Partisans par Baptiste_L06


    « UN COMMENTAIRE CENSURE : Il avait crié « Vive Robert Ménard »… Il en remet une couche et dans sa bave de crapaud il hurle : « Le 19 mars 1962 à la poubelle de l’Histoire » LOCHES (Indres-et-Loire) Un historien a sorti de l'oubli la rafle du 27 juillet 1944, mais il a reçu des menaces… il y a des Français qui ont mauvaise conscience ? MISE A JOUR 07/08/2015 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :