• Semaine anticoloniale 2016 par Henri Pouillot

    Semaine anticoloniale 2016

    Semaine anticoloniale 2016 par Henri Pouillot

    ·         SOURCE : https://blogs.mediapart.fr/henri-pouillot/blog/280216/semaine-anticoloniale-2016

    A l'occasion de la séance inaugurale de la semaine anti-coloniale 2016, voici l'intervention que j'ai faite vendredi 26 février. Cette séance coïncidait avec le 40ème anniversaire de la RASD (République Arabe Sahraouie Démocratique), une occasion de soutenir ce peuple martyrisé.

    C'est la 11ème édition de la riposte à la loi scélérate du 23 février 2005 qui disait dans son alinéa 2 de l'article 4 : "Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord".

    En février 2006, nous nous étions retrouvés une centaine de manifestants appelés par une trentaine d'organisations devant l'Assemblée nationale pour contester cette loi. Mais cette initiative était le point de départ d'un mouvement fédérateur de contestation de la politique colonialiste française qui perdure, même si la forme a évolué depuis les années 1960.

    On voit bien aujourd'hui avec 2 exemples que le colonialisme n'est pas mort dans le subconscient français :

    -          L'expression "issu de l'immigration" si souvent utilisée, ne concerne pas Manuel Valls ni Nicolas Sarkozy, qui pourtant en sont 2 exemples types, mais elle est employée pour désigner ceux qui  ont des ancêtres, de la "glorieuse période coloniale" que l'on désignait sous l'appellation  "d'Indigènes", ces sujets français bons pour être de la chair canon durant les guerres mondiales, mais toujours des sous-citoyens français. Ces Français ne sont toujours pas des Français à part entière, ils restent systématiquement discriminés pour leurs origines, en fonction de la couleur de leur peau, leur prénom, leur nom trahissant une origine hors de l'hexagone.

    -          La volonté d'instaurer un état d'urgence permanent, héritage de la période de la Guerre d'Algérie, et le projet de déchéance de la nationalité française aux bi-nationaux (avec le sous entendu que ceux qui seraient visés sont ces "issus de l'immigration")

    Depuis les années 1960, officiellement, la France n'a plus d'empire colonial, mais les anciennes colonies, si elles sont juridiquement indépendantes, restent presque toutes dépendantes, économiquement, politiquement , sous tutelle de la France. La Françafique instaurée par De Gaulle reste toujours d'actualité. Ni Mitterrand ni Hollande n'ont remis en question ces pratiques. Les dictatures installées par les équipes de Focard, poursuivent le pillage des richesses de leurs pays par les multinationales dites françaises, en échange d'un système de corruption. Le Franc CFA, géré par la Banque de France, avait été dévalué de 50% en janvier 1994, sans que les pays concernés n'aient leur mot à dire. Il s'en suivra une série de catastrophes économiques.

    Le colonialisme n'a toujours pas été reconnu comme un crime contre l'humanité, et pourtant le racisme, technique utilisée pour mettre en place ces pratiques a généré, tout particulièrement pendant les luttes de libération, des atrocités innombrables. La France, qui officiellement revendique toujours être le Pays des Droits de l'Homme n'a toujours pas reconnu ni condamné sa responsabilité dans ce domaine. Encore récemment François Hollande donnait des leçons à ce sujet : utilisation du gaz Sarin ou Vx, massacres de type Oradour sur Glane. Rien que pendant  la Guerre d'Indépendance de l'Algérie la liste est longue de ces crimes d'état ou crimes contre l'humanité : Tortures, viols, camps d'internement (pudiquement appelés camps de regroupement), villages rasés au napalm (entre 600 et 800), utilisation du gaz Sarin et VX,  crevettes Bigeard, le 8 mai 1945 (Sétif, Guelma, Khératta…), le 17 octobre 1961, le 8 février 1962. Et l'on ne peut oublier les dizaines de milliers de victimes à Madagascar ou au Cameroun… Le déni de cette réalité, est obligatoirement un frein pour les descendants d'indigènes pour se sentir comme réellement des Français à part entière. C'est une des sources d'une culture du racisme. Comme le dit Gilles Kepel : En France "notre passé colonial est quelque chose que nous n’avons toujours pas assumé et digéré".

    Il y a quelques jours le  voyage de notre Président en Polynésie a été l'occasion d'évoquer les dégâts résultant des essais nucléaires dans la région, et la nécessité de réparation. Mais, en Algérie, dans la Région de Réggane, Ecker la France a une responsabilité de même nature. Ces essais ont encore de terribles conséquences dans la population locale : La France n'a toujours pas participé à un programme de dépollution de l'environnement qui reste encore aujourd'hui radioactif, n'a pas aidé à soigner les personnes qui subissent encore actuellement les radiations persistantes, ni indemnisé toutes ces victimes.

    Contrairement aux résolutions de l'ONU, avec le "travail" du mercenaire Bob Denard, la France a recolonisé Mayotte, l'une des 4 iles de l'Etat Comorien. L'objectif est l'installation d'une base militaire permettant de contrôler le canal du Mozambique, passage de tankers transportant le pétrole et de surveiller cette zone où l'exploitation pétrolifère sous marine devrait bientôt être mise en œuvre. Et l'une des conséquences  catastrophiques est que cette région est devenue le plus grand cimetière marin, à cause des visas Balladur interdisant les échanges familiaux d'une ile à l'autre. A la différence de la Méditerranée, là, seule le France est responsable des dizaines de milliers de noyés.

    Malgré le vote de l'Assemblée Nationale, la France n'a pas encore reconnu l'Etat Palestinien.

    Ces quelques éléments  démontrent bien que notre collectif a des raisons d'exister, d'agir, mais je ne veux pas être réducteur. La semaine anticoloniale (qui va démarrer  et durer un peu plus de quinze jours) : rassemblement 70 organisations (associations, syndicats, partis politiques…) qui vont réaliser une initiative dans cette période : film avec débat, réunion, poésie, concert, colloque… parfois 3 ou 4 évènements chaque jour.  Il faut se reporter au dépliant ou surtout au site www.anticolonial.net qui met à jour les dernières programmations. La majorité des initiatives se déroulent en Région parisienne mais aussi maintenant depuis plusieurs années en Province : Bordeaux, Chalette,  Lyon, Annonay, Marseille, Le Havre, Aurillac (en avril).

    Dommage que la gauche ne se mobilise pas dans son ensemble sur ces questions :  Le PCF (avec une mention toute spéciale puisque depuis plusieurs années la séance inaugurale se tient à Fabien), Le  NPA, Alternative Libertaire, le PCOF,… Quelques responsables du PG participent à quelques initiatives (condamnation de l'autre 8 Mai 1945 par exemple) mais pas dans sa globalité, et pas pour l'ensemble. Quant au PS, il est aux abonnés absents. Pire, François Hollande qui s'était engagé quand il était candidat aux primaires socialistes quant à la reconnaissance et à la condamnation du crime d'état du 17 octobre 1961, a oublié, depuis, cette promesse. Ce n'est pas la seule promesse oubliée me direz vous !!! Pire, même : Un ministre Thierry Mandon (mais à l'époque il n'était que maire de Ris Orangis et vice président du Conseil Général  de l'Essonne), inaugurait dans sa ville en 2009 une stèle pro Algérie Française.  La palme revient à Jean-François Picheral, ancien maire d'Aix en Provence,  membre du Parti socialiste, sénateur inaugurait en juin 2013 aux côtés de la Maire UMP (alors, ce n'était pas encre Les Républicains) Maryse Joissains-Masini proche de Sarkozy et du député UMP de la circonscription, une stèle honorant les 4 "Héros" de l'OAS condamnés à mort et fusillés pour leurs crimes commis au nom de cette organisation.

    On voit comment aujourd'hui la mondialisation capitaliste intervient pour déstabiliser des états, afin de mener des politiques de caractère colonial. C'est presque toujours, comme autrefois sous des prétextes de valeur civilisatrice que ces dominations sont justifiées.

    La France occupe une des premières places dans le monde avec la Françafrique et les multiples interventions militaires. Au Mali, principal producteur d'or au monde,  détenant dans sa partie sahélienne des réserves importantes d'uranium, possédant dans son sous-sol des réserves de pétrole et de gaz pas encore exploitées, alors  que le peuple vit dans la misère, dépossédé de ses richesses. Comment s'étonner dans ces conditions que des maliens soient prêts au djihad pour vivre, et que l'opération Serval qui ne devait durer que quelques mois s'éternise, sans avoir rien réglé et va durer des années encore. Il n'est pas question pour l'impérialisme français d'abandonner cette manne. Ce sont ces raisons qui font jouer à la France son rôle de gendarme de l'Afrique en multipliant les implantations militaires. Les interventions militaires françaises au Moyen Orient ne peuvent que maintenir un climat propice à entretenir un terrorisme fondé sur un islamisme politique, radical, qui n'a rien à voir avec l'Islam. Les interventions en Afghanistan ont démontré que ce n'est pas avec les armes qu'un tel problème peut se régler.

    Il est plus que temps que la France se décide à jouer un réel rôle international sur les bases généreuses de droits de l'homme, des libertés ce qui était son aura. A ce jour, avec les mesures sécuritaires prises, ou que le pouvoir voudrait graver dans le marbre de la constitution, sont, de fait, un cadeau fait à Daesh. En aucun cas ces dispositions illusoires conçues sur une instrumentalisation de la peur n'amélioreront la sécurité de nos concitoyens. Pire, si demain la droite la plus extrême venait au pouvoir, avec les mesures ainsi mises en place sont une bombe à retardement, pouvant aider à la mise en place d'un état fasciste. D'ailleurs on a bien vue comment ces mesures peuvent être dévoyées, le gouvernement actuel en a fait la démonstration : pendant la COP 21 ce ne sont pas des terroristes qui ont été assignés à résidence mais des militants écologistes. Les patrouilles déambulant dans les gares, les rues donnent une illusion de sécurité. En fait le commando terroriste ne fera que surveiller l'objectif qu'il s'est fixé et frappera au moment qu'il choisira en fonction de ses observations. Le seul avantage est que cela crée quelques milliers d'emplois. La volonté d'instituer une déchéance de nationalité pour les bi-nationaux n'est qu'un symbole en considérant qu'il peut y avoir des Français à part entière et des sous-citoyens. Cette mesure est inefficace et dangereuse.  Cela est dans la ligne de Sarkozy avec le débat nauséabond de l'identité nationale et de son ministère qu'il avait initié. Une telle semence aura des conséquences pendant de nombreuses années. De plus ces dispositions sécuritaristes prônées par l'extrême droite sont un gage à lui donner, elles crédibilisent son discours politique. 

    L'ensemble des initiatives de cette semaine anticoloniale devraient aider à la prise de conscience générale nécessaire  pour répondre aux objectifs d'un vivre ensemble harmonieux indispensable.  

    2 Rappels :

    -          Samedi 5 et dimanche 6 Mars prochain à la Belleviloise (21 Rue Boyer Paris 20ème) Salon anticolonial

    -          Samedi 19 mars à 14h Manifestation à Paris "Contre la guerre, le racisme et le colonialisme", Départ à 14h de Barbès.

    P.S : une lettre sera envoyée au Président de la République au sujet du Sahara Occidental

    « C'était il y a un an : Roger Hanin applaudi une dernière fois par ses amis à Alger *** Le billet de Gilles Debernardi *** Un commentaire et une vidéo Certains ont préféré rendre hommage à Bigeard (et ses crevettes) L'Association 4ACG, lors de son assemblée générale honorera Jacques de Bollardière »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :