• Sévère article de Charlie Hebdo *** Une analyse de Charlie Hebdo

     

    Introduction

    Sévère article de Charlie Hebdo *** Une analyse de Charlie Hebdo

    Après quarante-cinq jours de combat au cours desquels l’héroïsme le dispute à la lâcheté, le courage aux défaillances, la France arrive au terme de son calvaire. Ce sont les causes de cette inexorable défaite, des plus évidentes aux plus insoupçonnées, que ce livre se propose d’analyser point par point.

    11 novembre 1918. La victoire inachevée … La France croit avoir gagné la guerre, elle n’a gagné qu’une paix précaire.

    Ce constat dramatique est le point de départ d’un long chemin de croix qui va mener inexorablement le pays, vers le dénouement de juin 1940. Au fil des stations de ce chemin de croix, la France, en totale contradiction entre sa politique étrangère et sa politique de défense, va aller de désillusions en démissions, sans jamais prendre conscience qu’elle n’avait pas ou ne s’est pas donné les moyens de ses ambitions.

    La déception du Traité de Versailles, l’arrogance des années d’occupation en Rhénanie, l’illusion du pacte de Locarno, le choix de la défensive alors qu’elle a accordé sa garantie à de nombreux pays avec lesquels elle n’a aucune frontière commune, la passivité face à la montée en puissance allemande, le manque de réaction suite à la neutralité belge, la démission de Munich, tout cela ne pouvait que conduire à une entrée en guerre mal préparée et mal gérée.

    Lorsque le 10 mai 1940, l’Allemagne donne le coup d’envoi des opérations à l’ouest, l’armée française va accumuler les maladresses, amplifiant malgré elle les succès allemands. Pris dans le tourbillon de la fulgurante percée allemande, le commandement n’aura à aucun moment la possibilité d’inverser le cours des événements et les nouvelles calamiteuses vont s’enchaîner telle une tragédie grecque. 

    Sévère article

     de Charlie Hebdo

    Sévère article de Charlie Hebdo *** Une analyse de Charlie Hebdo

    Une analyse de Charlie Hebdo

    "Un désastre. C’est tout simplement un désastre que vit actuellement la France.
    Le mot « crise » ne suffit plus à définir la situation présente.
    La France vit des heures de désillusion aussi profonde que celles qu’elle avait connues en mai 1940. La France pensait avoir le meilleur système de santé du monde, comme elle était convaincue d’avoir la meilleure armée du monde en 1940. Et puis, sous nos yeux, tout s’est effondré à une vitesse inimaginable. On se demandait pourquoi la France avait manqué d’avions efficaces, d’armements modernes comme des chars d’assaut, et pourquoi les soldats portaient encore des bandes molletières alors que les soldats allemands avaient des bottes en cuir.
    Aujourd’hui, on s’interroge pour comprendre pourquoi il n’y a pas assez de masques, pourquoi il n’y a pas assez de respirateurs artificiels, pourquoi la France est obligée d’importer les produits réactifs pour fabriquer des tests de dépistage. On perd notre temps à discuter de problèmes d’intendance qui n’auraient pas dû exister si le système de santé français était vraiment le meilleur du monde. Mais le système de santé français n’est pas le meilleur du monde.
    La France n’est plus un grand pays, mais une petite nation mesquine, bouffie d’orgueil et de prétention. Et en face d’un virus microscopique, l’orgueil et la prétention, ça ne sert à rien.

     

    Une injustice insupportable

     

    Il faudra alors se poser la question de savoir pourquoi un tel désastre. On ne peut s’empêcher de se tourner vers la fameuse Étrange Défaite, de Marc Bloch, qui, ayant vécu la défaite de 40 de l’intérieur, se posait la question de savoir pourquoi cela avait été possible. Et cette catastrophe en cours nous amène inévitablement aux mêmes conclusions : incompétence, inorganisation, absence de vision à long terme, improvisation.
    En résumé : nullité de nos dirigeants, et en particulier de ceux en charge du système de santé français.
    Cette génération de hauts responsables de la santé en France est en train d’entrer dans l’Histoire comme les généraux de l’armée française en 40. Une caste de petits chefs, de techniciens imbus de leur position, de leur suffisance, qui, face au coronavirus, avaient une guerre de retard, comme la plupart des généraux de 1940, qui se croyaient encore en 1918.
    Ceux qui en payent le prix, ce sont les morts de plus en plus nombreux, mais aussi les médecins et soignants qui se sacrifient en y laissant leur peau, pour rattraper des erreurs dont ils ne sont pas responsables.
    C’est toujours le troufion de base qui paye de sa vie la nullité de sa hiérarchie.
    La France n’est plus un grand pays, mais une petite nation mesquine, bouffie d’orgueil et de prétention
    Cette injustice insupportable, il faudra en répondre d’une manière ou d’une autre. Le président de la République a très vite comparé cette épidémie à une guerre. Cela pouvait sembler habile, afin de mobiliser la nation entière contre le terrible ennemi. Mais cette comparaison se retourne déjà contre ceux qui croyaient en tirer parti. Car en face d’un tel désastre, on ne pourra pas se contenter de quelques gerbes de fleurs et d’une distribution de Légions d’honneur.
    Le besoin de justice est le sentiment qui structure une société. Quand il est bafoué, ce n’est pas seulement le système de santé français qui s’effondre, mais la totalité de l’édifice. "

    Charlie Hebdo

    « Le «coup de gueule» de Jean-Pierre Pernaut durant le «13 heures» de TF1 *** Et la France qui se mêle de la liberté de la presse... en Algérie ?Jura. « Adieu mon ami, adieu mon camarade » : à Lons-le-Saunier un hommage discret au Dr Eric Loupiac »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 25 Avril à 13:18

    Bien plus que Macron et son entourage c'est la logique du système, celle du profit, qu'il faut mettre en cause ! Et poser clairement la question d'une alternative décisive à ce que nous vivons.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :