• SI VOUS N'AVEZ PAS PU VOIR CE DOCUMENTAIRE "Maghreb 39-45, un destin qui bascule" CLIQUEZ SUR LE LIEN; VISIBLE 6 JOURS EN REPLAY

     

    SI VOUS N'AVEZ PAS PU VOIR CE DOCUMENTAIRE "Maghreb 39-45, un destin  qui bascule" CLIQUEZ SUR LE LIEN, CI-DESSOUS ; VIDEO VISIBLE 6 JOURS EN REPLAY

    http://pluzz.francetv.fr/videos/maghreb_39_45_un_destin_qui_bascule_,121903160.html

    La guerre vue des colonies

    Ce soir, sur France 5, à 22 h 25, la guerre vue des colonies : "Maghreb 39-45, un destin  qui bascule"

    Comment l’Algérie, le Maroc et la Tunisie ont-ils vécu la seconde guerre mondiale (dimanche 3 mai, à 22 h 25, sur France 5) ?
    Le 8 mai 1945, la France est en liesse : l’Allemagne vient de capituler. C’est la fin de la seconde guerre mondiale. Mais, ce jour-là, sur un autre continent, au-delà de la Méditerranée, une autre guerre, qui ne porte pas encore de nom, vient tout juste de commencer. A Sétif, en Algérie – qui appartient, à cette époque, à la France –, des militaires français, aidés par des colons organisés en milices d’autodéfense, répriment dans le sang des manifestations nationalistes.

     

    Maghreb 39-45, un destin

     qui bascule

    Ce soir, sur France 5, à 22 h 25, la guerre vue des colonies : "Maghreb 39-45, un destin  qui bascule"

     

    Résumé

    Le 8 mai 1945, tandis que la France fête l'armistice, les défilés qui se déroulent à Sétif, en Algérie, tournent au drame dans un bain de sang. Comment expliquer ce violent contraste ? La Seconde Guerre mondiale a conféré à l'Afrique du Nord française un rôle capital, décor d'affrontements majeurs, enjeu dans le choc des puissances adverses, tremplin pour une reconquête. Mais elle a également fait mûrir les germes des révoltes coloniales, qui se déploieront dans la décennie suivante. Ce film explore les racines les plus vives de la décolonisation selon un point de vue inédit, celui des «indigènes». Un changement de perspective qui permet d'éclairer de l'intérieur cette histoire complexe, violemment colorée par des destins individuels et des passions collectives et des solidarités en mouvement.



    « Le 1er janvier 2014 nous mettions en ligne cet article : Vers une dissolution de la Fondation pour la mémoire de la Guerre d'Algérie ? Mais cette Fondation existe toujours, nous l'avons retrouvée.Pierre Daum : “Ménard essaie de réchauffer de vieilles braises de haine” »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :