• Soixante après sa mort en Algérie, son copain d’enfance lui rend hommage « pour se souvenir »

     

    Vacquerie-le-Boucq 

    Soixante ans après sa mort en Algérie, son copain d’enfance lui rend hommage « pour se souvenir »

    C’est un hommage insolite qui devait se dérouler ce dimanche au cimetière de Vacquerie-le-Boucq. Après qu’un jeune du village a été tué, soixante plus tôt, pendant la guerre d’Algérie, son copain d’enfance a organisé une cérémonie en son honneur. La première.

    La belle-sœur de Pierre Beaumont, dont le mari est décédé, conserve précieusement ce cadre à la mémoire du défunt soldat.

     

    Enfants, ils partageaient leur dimanche après-midi. Adolescents, à quinze ou seize ans, ils cheminaient ensemble et en groupe à bicyclette pour se rendre dans les bals et les ducasses des alentours. C’était l’époque d’une jeunesse épanouie dans les villages ternésiens et voisins de Vacquerie-le-Boucq et Fortel-en-Artois, une jeunesse fracassée peu après par la guerre d’Algérie. Fauchée dans le cas de Pierre Beaumont, tué en service le 22 août 1958 dans le 504e bataillon du Train, à Djebel Tafara. Il allait avoir 24 ans.

    Son copain Pierre Deboffe ne l’a pas oublié, avec qui il entretenait une correspondance pendant sa mobilisation à quelques centaines de kilomètres de son commandement et qui, résidant aujourd’hui à Villeneuve-d’Ascq, continue à se rendre sur la tombe de ses proches. Y compris à Vacquerie-le-Boucq où repose le corps de son défunt compagnon, rapatrié deux mois après son décès.

    Cette année, «  je me suis rendu compte que ça allait faire soixante ans, devise Pierre Deboffe. Je me suis dit que ce serait probablement le dernier hommage que nous pourrions lui rendre ensemble, car dans dix ans, pour le 70e anniversaire, qui sera encore là pour se souvenir ?  » Jamais encore une cérémonie ne s’était déroulée en son honneur.

    Un double anniversaire

    Ce dimanche, un cortège devait donc partir de la mairie en direction du cimetière pour un dépôt de gerbe appuyé à la mémoire de Pierre Beaumont. Y étaient conviés des représentants de la Région, du Département, les maires des communes concernées et les anciens combattants. «  Début août 58, Pierre m’écrivait, relate son copain d’enfance. Il me faisait part de son ras-le-bol de cette guerre. (…) Et puis vint ce 22 août. (…) Pierre ne pourra pas m’écrire pour me raconter cette journée car entre nous, il n’y aura plus d’échange de courrier.  »

    Pierre Deboffe, à l’initiative de la cérémonie, figure aujourd’hui parmi les membres du Souvenir français et des gardes d’honneur de Notre-Dame-de-Lorette. Ce mercredi marquera deux anniversaires : il aura 81 ans et son camarade sera mort depuis soixante ans.

     

    Pas de monument aux morts

     

    «  C’est très, très rare.  » À Vacquerie-le-Boucq, le village ne dispose d’aucun monument rendant hommage à ses soldats morts pour la France. Qui sont quatre, toutes guerres confondues. Particularité, «  il y a une plaque au nom de Pierre Beaumont à l’intérieur de l’église  ». Aussi Pierre Deboffe remue-t-il ciel et terre pour changer la donne : auprès de la Région ou encore du Souvenir français, il sollicite quelques deniers pour ériger un monument aux morts. Rien d’extravagant, «  on demande juste une petite stèle avec les noms des victimes gravés dans le marbre  ».

    En remerciements à Pierre Deboffe, en souvenir de Pierre Beaumont "Des paroles justes, parfois émouvantes à chanter pour ceux qui l'ont vécu, et où tout est dit…Oui l'amitié c'est un peu la force qui leur a permis de tenir de longs mois loin de leur pays" 

     

    « Louisette Ighilahriz c’est elle, rappelez-vous, elle a été la poseuse de bombe du FLN au Milk Bar mais hier la grande reportrice française Anne Nivat écrit cet article : Mademoiselle from Armentières chante encore… »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 22 Août à 13:08

    Pierre Beaumont lui a perdu plus que de longs mois de sa jeunesse dans cette guerre !Il y a laissé sa vie ! Maudite soit la guerre et tous les facteurs qui y conduisent !

     

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter