• Soixante-douzième Anniversaire de la mort de Simone Michel-Lévy, 13 avril 2017

    Soixante-douzième Anniversaire  de la mort

    de Simone Michel-Lévy le 13 avril 2017.

     

    Soixante-douzième Anniversaire  de la mort de Simone Michel-Lévy, 13 avril 2017.

     

    Chaque année Danièle Ponsot, présidente de l'ANACR Jura-Nord préside la cérémonie en hommage à la résistante Simone Michel-Lévy. Mais, rappelons-nous, Danièle Ponsot a été aussi maire de Chaussin (Jura). Elle est née en Algérie, cette pied-noir a inauguré une rue du 19 Mars 1962 

    Album-44-4301.jpg

    Une rue du 19 MARS 1962  inaugurée  à CHAUSSIN  le  11 septembre 2010  par Roland DELAINE président départemental de la FNACA du Jura, hélas décédé aujourd'hui et Madame le Maire Danièle PONSOT.

    Album-44-4313.jpg

    Voici les paroles prononcées par notre pied-noir préférée et fière d'être dans le camp des républicains et amie des Algériens, très opposée aux nostalgériques extrémistes :

    Monsieur le Député, Madame le Maire, Monsieur le Président du Souvenir Français, Messieurs les Présidents d’Associations Patriotiques, Messieurs les Représentants des corps Constitués, Messieurs les Porte-Drapeaux, Mesdames, Messieurs.

    (Excuses à transmettre : M. Le Président Départemental de l’ANACR, Madame la Trésorière de l’ANACR Jura-Nord….)

              Cette année, nous aurons à cœur de célébrer l’anniversaire de la mort de Simone Michel-Lévy avec  encore plus de gravité. Les propos révisionnistes de la candidate du Front National à l’élection présidentielle à propos de la rafle du Vel d’Hiv nous révèlent, s’il en était besoin, le vrai visage de la digne fille de son père ! Alors, NON ! Il ne faut pas baisser les bras, il ne faut pas que tombe dans l’oubli la petite Résistante Jurassienne, obstinée et courageuse, qui avait toujours refusé d’obéir aux ordres d’un pouvoir pétainiste faisant fi de la devise de notre pays : LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE pour la remplacer par Travail, Famille, Patrie. Pouvoir qui avait accepté de collaborer à des actes aboutissant à la déportation des Juifs, des Communistes, des Tziganes, des Homosexuels et….des Résistants !

              Récemment, au cours d’un voyage à Venise, j’ai été bouleversée par la visite du quartier juif, quartier foisonnant de vie dont on a du mal à réaliser qu’il a été un ghetto : en 1516, d’abord, sous les ordres de Zaccaria Dolfin puis, à partir de 1944, date à laquelle le camp de Fossoli passa aux mains des allemands : plus de 200 juifs, hommes femmes, vieillards, enfants furent alors envoyés à Auschwitz, comme en témoigne le mémorial de l’holocauste, situé dans le vieux ghetto !....C’était en Italie mais ce fut la même chose partout où le pouvoir nazi a pris le pas sur la Démocratie.

              Face à cette machine à avilir, à déshumaniser, à tuer, des femmes et des hommes se sont levés pour dire : NON ! Comme Simone. Je le disais déjà l’année dernière, ici même, comme Jean Moulin, elle a donné sa vie, pas ses amis, elle qui, comme lui, avait été trahie !

              Simone Michel-Lévy a payé de sa vie son engagement sans faille dans la Résistance. Déportée à Ravensbrück, elle aida une de ses camarades d’infortune à créer une chorale, pour entretenir un peu d’espoir dans la vie de ces malheureuses ! Plus tard, expédiée à  Holleschein (Tchécoslovaquie d’alors)  elle travaille avec ses camarades  dans le groupe SKODA, à la fabrication de munitions anti-aériennes. Là, elle continuera tant qu’elle le pourra son œuvre de Résistante, sabotant les engins de mort qu’on les oblige à fabriquer. Mais la presse saute une fois de trop et  Françoise (c’était alors son nom de guerre) et deux de ses amies subissent alors la sentence terrible les condamnant sans appel : elles furent pendues le 13 avril 1945, 10 jours avant la libération du camp !

              C’était le 13 avril 1945, c’était il y a 72 ans, c’était hier mais c’est aujourd’hui !

    Voici quelques mots extraits d’une chanson de Jean Ferrat «  Nuit et Brouillard »

    « On me dit à présent  que ces mots n’ont plus cours

    Qu’il vaut mieux ne chanter que des chansons d’amour,

    Que le sang sèche vite en entrant dans l’histoire

    Et qu’il ne sert à rien de prendre une guitare

    Mais qui donc est de taille à pouvoir m’arrêter

    L’ombre s’est faite humaine  aujourd’hui  c’est l’été

    Je twisterais les mots s’il fallait les twister

    Pour qu’un jour les enfants sachent qui vous étiez….. »

    Car tel est l’objectif de nos cérémonies du souvenir : entretenir, auprès des jeunes générations un devoir de mémoire afin qu’elles réalisent que les mots : «  Fidélité à un idéal »  ne sont pas une expression vide de sens !

    Grâce à Simone, la petite Comtoise, grâce à cette  « Armée des Ombres »dont tant de soldats ont donné leur vie, aujourd’hui, nous sommes LIBRES !

    Ne gaspillons pas un bien si précieux pour suivre de dangereuses chimères !!!Je vous remercie !                           

                                      Danièle Ponsot, Présidente de l’ANACR Jura-Nord.

    Cette chanson toujours d'actualité "Quand les hommes vivront d'amour" qui a été interprétée à l'occasion de cette cérémonie par la Chorale L'Alouette... Mais malheureusement les hommes n'ont toujours rien compris...

      

    « Ça s'est passé... Le 21 avril 1961Slimane ZEGHIDOUR : "Voici mon Algérie en couleur pendant la guerre" »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter