• SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

      

     

     

     

    Manifestation des soignants : "On rentre

    chez soi en pleurs en se disant qu'on a fait

     du mauvais travail"

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Publié le 07/06/2022

     Les soignants ont manifesté mardi 7 juin pour faire passer un message d'alerte sur l'état du système de santé français. • © Garo Kevorkian

    Les personnels soignants sont une nouvelle fois dans la rue pour dénoncer la situation catastrophique de l'hôpital public. En Centre-Val de Loire, plus grand désert médical de France, la situation est particulièrement dégradée. Entre manque cruel de personnel et faible reconnaissance de leurs professions, les soignants témoignent de leur quotidien pour demander plus de moyens.

    Devant le parvis de l'hôpital d'Orléans, une cinquantaine de personnes sont réunies derrière des banderoles aux slogans chocs. "Personnels maltraités = patients en danger", ou encore "Ma santé n'est pas une marchandise". Les soignants du CHR et des établissements de santé de la région manifestent ce mardi 7 juin à l'appel de la mobilisation nationale. 

    Le message est clair et affiché en gras sur la tonnelle : "Non aux fermetures de lits, de services, d'hôpitaux de proximité". Ici, aides-soignants, infirmières et sympathisants de la cause s'indignent contre l'état des services de santé en France. "Le personnel soignant craque", alertent les manifestants. 

    "On va droit à la catastrophe"

    Le manque de personnel est l'inquiétude qui revient dans toutes les bouches. "S'ils n'arrivent pas à recruter ni à garder ceux qui sont encore là, on va droit à la catastrophe", prévient Adrien, aide-soignant en USLD (Unité de soins longue durée) au Bois-Fleury. Celui qui travaille avec les personnes âgées déplore ce que sous-effectif implique : "Le soir ça va être supprimer le goûter, on va finir par faire une toilette partielle, ne pas lever les résidents. Nous n'avons pas le temps pour faire plus."

    A l'hôpital public, on avertit sur les difficultés de recrutement depuis des mois. Le 28 mars, la quasi-totalité du personnel paramédical des urgences du CHRO étaient en arrêt de travail pour "souffrance au travail". Une semaine plus tard, les médecins du service rentrent dans une grève, qui dure encore aujourd'hui, en soutien à leurs collègues.

    "On se retrouve avec des patients qui stagnent aux urgences parce qu'il n'y a pas de lits en hospitalisation pour eux, explique Julie, 43 ans, aide-soignante aux urgences à Orléans. Parfois il n'y a même pas assez de brancards, on doit les mettre sur des sièges." Pour elle, les soignants deviennent même parfois "maltraitants" car ils ne peuvent plus accueillir correctement.

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    "L'effondrement de l’hôpital public est dû à la politique rétrograde du gouvernement de Macron", tempête un manifestant. • © Garo Kevorkian

    Si les relations avec la direction sont tendues depuis un moment, Julie estime que sur ce coup la solution passera par des mesures nationales. Pour cette première mobilisation du nouveau quinquennat, les revendications elle souhaite une revalorisation salariale, une reconnaissance de leur métier et surtout des campagnes de recrutement massifs. 

    L'ARS Centre Val de Loire a proposé une prime pour les jeunes soignants sortis d'école, mais cette différenciation entre collègues ne passe pas. "Attirer les jeunes diplômés est très bien, mais il ne faut pas oublier ceux qui sont déjà là, rapporte Julie. Si on perd nos anciennes qui ont de l’expérience, on va perdre en qualité de soins et d’apprentissage pour nos jeunes collègues qui sortent d’école.

    Aujourd'hui un binôme aide-soignante-infirmière doit s'occuper de 25 patients. Cela nous met en danger nous et nos patients

    Si la formation d'infirmière est parmi les plus attractives sur Parcoursup, les abandons sont en cours de formation ou en début de carrière sont légion. Sarah, 25 ans, travaille depuis tout juste 4 ans aux urgences du CHRO. "Aujourd'hui un binôme aide-soignante-infirmière doit s'occuper de 25 patients. Cela nous met en danger nous et nos patients." La jeune infirmière pense déjà à une reconversion. "Le soir, on rentre chez soi en pleurs en se disant qu'on n'a pas fait du bon boulot, et en se demandant quel pourrait être notre avenir plutôt que d'être infirmière."

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     C'était en juin 2020 la police macroniste brutalisait cette infirmière en colère... Reverrons-nous ces honteuses photos ?

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    C’était en juin 2020. LA HONTE ! M. Macron nettoyez votre police, trop c'est trop : Une minorité de flics sont racistes, une majorité, 51 % votent RN donc Le Pen. Il est absolument inadmissible qu'une infirmière soit mise en examen dans une manifestation légale donc autorisée, ce n'était pas du tout une Black-Block qui faisait brûler des poubelles, etc... comme le prétendent ces menteurs. OK !

    Nous exigeons une police républicaine !!!

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Nous étions en 2020

    En pleine période de la COVID

     

    Le président Macron "avait rendu hommage, le 14 juillet, aux personnels soignants que les Français ont applaudi chaque soir durant la période de confinement ainsi qu’à l’ensemble des acteurs mobilisés contre le virus", avait indiqué l’Elysée... mais ces derniers répondaient "FOUTAGE DE GUEULE"... en manifestant la semaine précédente.

    Un 14-Juillet en hommage aux soignants : "On se bat pour l'hôpital public, pas pour des médailles"

     
     

     SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    ET POUR MOI CE SONT QUOI MES 14 JUILLET ?

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    POUR COMMENCER

    JE SUIS D'ACCORD

    AVEC THEODORE MONOD

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    DEUX SOUVENIRS SEULEMENT

     

    Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra...

     

    " le dernier 14 juillet de l'Algérie française "

     

    au 14 juillet 2014

     

     

     

     

    Aïn Sefra : 14 juillet 1961 

    "J'étais dans ce défilé contre ma volonté " 

    Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2015... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"
    Nous aussi nous avions eu droit à notre défilé aérien 
    Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2015... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"

    Nous aussi nous avions des cavaliers

     (pas ceux de la Garde Républicaine)

     mais les harkis...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"

    Merci de ne pas rire !!! 

    En guise de feux d'artifice 

    nous faisions brûler de la poudre à canon 

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"

    Alors nous nous préparions à faire la "fête

    du 14 juillet 1961" pendant qu'ailleurs

    et au même moment, en Algérie

    des tragédies se produisaient

    mais nous ne le savions pas encore... 

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"


    C'étaient mes meilleurs copains 

    si par hasard vous vous reconnaissez 

    faites-moi signes !!! 

    Rappelez-vous, ce 14 juillet 1961 

    nous avions eu droit à quelques bouteilles  

    en provenance des Coteaux de Mascara  

    Remarquez... je suis, en regardant la photo  

    le premier à droite... (ATTENTION NE PAS

    CONFONDRE AVEC LE PREMIER DE DROITE)

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    Derrière moi la ligne de chemin de fer Oran - Colomb-Béchar… Combien d’heures, de semaines, de mois j’ai rêvé à ce train qui me ramènerait d’abord à Oran, puis la France, mon pays, mon vrai pays, mon seul pays, car ici j’étais dans un beau pays, c’est vrai, Serge Lama l'a si bien chanté... mais un pays martyrisé par 132 années de colonialisme et terminé par une guerre de près de 8 années avec ses crimes d’Etat, de guerre, contre l’humanité…

     

    Aujourd’hui, 2 avril 2015, ce Blog personnel qui doit être aussi le vôtre a 5 ans d’existence ! Mais en 5 années j'ai eu le temps de caser près de 3100 articles

     

    On m'avait dit " Tu verras la palmeraie de Tiout (Algérie) c'est très beau ", alors du 8 mai 1961 au 5 janvier 1963 je n'ai vu qu'un camp où on montait la garde... ou on se "tapait" la corvée de pluche ou de vaisselle... ou on effectuait des kilomètres dans des camions traînant des canons sur des pistes bosselées... ou on écrivait des lettres pour dire qu'on allait bien même si on allait mal, car l'ennui était là, toujours pesant et laminant le moral, mais finalement c'était mieux que de tuer ou se faire tuer... car ma plus grande chance "je n'ai pas tué"... En fait je n'ai rien connu des drames de la guerre d'Algérie, en particulier et du colonialisme, en général, pour l'heureuse raison que là où j'étais, il ne s'est absolument rien passé, j'ai donc tout appris de nombreuses années après être rentré dans mon cher pays, la France et surtout depuis que je gère ce blog... en fait regardez ce que je faisais en opération dans la région d'Aïn Sefra : "je notais le nombre de tirs de canons" sans savoir, d'ailleurs pour qui étaient destinés ces tirs, plus précisément je ne voulais pas savoir et je me suis toujours refusé de poser la question tout en ayant la "tête ailleurs... car là où j'étais ce n'était pas mon pays la France... "  comme vous pouvez le voir je n'avais pas de "kalachnikov pour employer un terme d'aujourd'hui" dans les mains... heureusement je n'aurais peut-être pas su ou pas voulu m'en servir... sauf, avec un instinct de survie... pour me sauver la vie...

    Le 2 avril 2016, ce Blog personnel qui doit être aussi le vôtre a 6 ans d’existence !

    Le 2 avril 2016, ce Blog personnel qui doit être aussi le vôtre a 6 ans d’existence !

    Le 2 avril 2016, ce Blog personnel qui doit être aussi le vôtre a 6 ans d’existence !

    Aujourd’hui, 2 avril 2015, ce Blog personnel qui doit être aussi le vôtre a 5 ans d’existence ! Mais en 5 années j'ai eu le temps de caser près de 3100 articles

     

     SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Je n’ai participé qu’une seule fois, en tant qu’acteur, à un défilé du 14 juillet, c’était le 14 juillet 1961 à Aïn Sefra, bien sûr, c’était contre ma volonté… Enfin le dernier 14 juillet de l’Algérie française… Ne me parlez pas de médailles… j’ai refusé la croix du combattant,d'ailleurs pourquoi l'aurais-je acceptée ? Je n'ai rien connu des drames de la guerre d'Algérie, dans la région d'Aïn Sefra il ne s'est rien passé, j'étais dans l'artillerie et ce n'est pas moi qui manipulait les canons mais les soldats professionnels... Je n'ai jamais eu à me servir d'une arme individuelle... Donc en conclusion : avec la malchance d'avoir perdu 21 mois de ma jeunesse, j'estime quand même avoir eu beaucoup de chance...   mais un autre 14 juillet m'a marqué, celui du 14 juillet 2014… je rappelle le défilé sur les Champs-Elysées à Paris...

     

     

    La guerre d'Algérie était terminée depuis 52 ans et l'Algérie nation souveraine avait toute sa place le 14 juillet 2014 au même titre que tous les autres pays belligérants de la Grande Guerre... Pour la première fois de ma vie j'ai regardé une partie de ce défilé avec beaucoup d'attention en raison de cette présence... et je les ai vu ces 3 militaires algériens avec leur drapeau et je n'ai pas vu tous ces extrémistes de tous poils qui ont tellement hurlé, insulté, envoyé des lettres tout azimut pour empêcher cette présence... Lorsqu'à la fin du défilé j'ai vu les 3 jeunes de chaque pays belligérant de la Grande Guerre 14-18 lâcher les colombes de la paix je n'ai pas pu m'empêcher de penser que ce n'était qu'un voeu pieux au regard de toutes ces atrocités que nous voyons, hélas, chaque jour... dans un monde de plus en plus dangereux...

       

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Le 14 juillet 2014 

    Un message de paix

    Mais un voeu pieux

    Une chorégraphie de José Montalvo rassemblant 250 jeunes gens des pays invités, a mis un point final aux cérémonies sur un message de paix. Agés de 18 à 25 ans, ces jeunes vêtus de noir et blanc, ont procédé à un lâcher de colombes, symbole de paix et de réconciliation. Toutes les nations représentées ont alors partagé ce moment de fraternité, à Paris, en fin de matinée.

     

    Avec la présence de l'Algérie et de tous les autres pays belligérants de la Grande Guerre ce 14 juillet 2014 a été historique

     

    Avec la présence de l'Algérie et de tous les autres pays belligérants de la Grande Guerre ce 14 juillet 2014 a été historique

     

    Vu par un ancien mobilisé, 55 ans après 

    Nous avions tous vingt ans, et un peu plus peut-être, 

    Et nous ne savions rien des choses de la vie. 

    Nous étions des moutons que l’on amenait paître, 

    Nos bergers politiques étaient bien assoupis. 

    Ne sachant trop quoi faire, ils étaient tiraillés, 

    Conduisant au désastre, les yeux sur le bâton. 

    Gouverner c’est prévoir, ce n’est pas louvoyer 

    Et nos beaux officiers, ne rêvant qu’aux… ratons! 

    Pour devenir plus tard les cocus de l’Histoire. 

    Nous les pauvres couillons, on croyait (ou pas) à la guerre, 

    Victimes inconscients de nos esprits grégaires, 

    Car on nous demandait de nous battre, sans savoir trop pour qui, 

    Pour les colons bien sûr, leurs privilèges acquis, 

    Ils voulaient tout garder, en imposant leurs lois 

    Attisant les querelles,  entre arabes et gaulois. 

    A Paris, à Alger, on faisait des patrouilles 

    Mais ailleurs se tramaient de vilaines magouilles, 

    Qu’importe  le gâchis, et le sang et les larmes, 

    On ne faisait parler que la haine et les armes. 

    Le sort de l’Algérie se jouait à Wall Street 

    Au Caire et à Moscou, et non dans les guérites. 

    Oh ! Que de temps perdu, que de vies sacrifiées, 

    Pour aucun bénéfice, que l’honneur humilié. 

    Telle est la tragédie dont nous fûmes acteurs. 

    Reste le souvenir d’une immense rancœur. 

    Il nous reste encore de beaux jours à vivre, 

    Même si Thanatos, avec sa grande faux 

    Rôde ici et là, et par monts et par vaux. 

    Disons-lui “halte là !”. Je termine mon livre. 

                                                         Simon Garrigue, juin 2017

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Tu as raison Simon Garrigue terminons notre livre... demandons à Thanatos de nous laisser vivre encore un peu pour que l'on puisse voir en Algérie naître la seconde République après l'indépendance de 1962 confisquée par des dirigeants corrompus.

    Et, peut-être que si nous avons un peu de chance nous verrons, en France, mourir la Ve République née pendant la sale guerre d'Algérie et la naissance d'une République du XXIe siècle espérons meilleure...

     

      

    Michel Dandelot

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Militant anti colonialisme

    Militant anti racisme

    J'ai refusé la croix du Combattant

    Vive l'amitié entre les peuples algérien et français

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Pour les 12 et 19 juin 2022 mon V de la NUPES

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...


     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    Eh bien merci Michel

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Non, ce n’est pas moi, je n’étais pas brigadier mais 2ème CST

    (Deuxième Canonnier Servant Tireur)

     

    Notre ami Michel Dandelot, qui a animé pendant de nombreuses années un blog qui était précieux pour les anciens d’Algérie, semble avoir pris la décision de suspendre son activité de blogueur. Il nous a adressé une lettre de remerciements pour notre fidélité dans laquelle il nous fait le récit de sa participation au défilé du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra. C’était le dernier du temps de l’Algérie française.

    Je connaissais son texte. Ce 14 juillet 1961 j’étais moi-même à Bou-Ktoub et de garde. Ce que je devais être beau avec la ceinture de flanelle rouge entourée autour de la taille ! On devait impressionner les populations autochtones et on comprend mal comment nous n’avons pas gagné cette guerre !

    Dans son article Michel nous raconte qu’un crayon à la main il était chargé d’enregistrer les coups de canon qui étaient tirés sans savoir sur qui ni pourquoi. Il m’est arrivé d’avoir joué une fois un rôle plus fondamental. Nous préparions une DZ, une zone d’héliportage, et j’avais été affecté à tirer plusieurs fois sur le cordon de la mise à feu de l’obusier de 105 que je servais.

    Je ne veux pas être désobligeant à ton égard Michel mais j’ai quand même eu une activité plus essentielle dans les opérations de maintien de l’ordre et de la sécurité. Aussi je trouve injuste qu’on ne m’ait pas proposé la croix du combattant. Je n’ai donc pas eu à la refuser !  J’ai certes eu droit à la médaille commémorative de ces fameuses opérations mais c’est banal, tout le monde a cette décoration !

    J’ai quand même des points communs avec Michel : le fait notamment d’avoir perdu de longs mois de notre jeunesse dans une guerre injuste et anachronique qui malgré nos ceintures de flanelle rouge et le crayon habilement utilisé par Michel n’offrait pas de perspective de solution militaire à un problème politique.

    Ce sera ma contribution aux remerciements que nous devrions adresser collectivement à notre ami pour le travail qu’il a fourni pendant de nombreuses années.

    Jacques Cros

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Monique le 16/06/2022
    Pour avoir consulté plusieurs fois le blog de Michel Dandelot, je joins mes remerciements à ceux de Jacques.
    Je vous admire tous les deux, de réussir à alimenter ainsi vos blogs, quel travail !
    Bonne continuation en dehors des activités de blogueur.

     

    Hairault Paul le 16/06/2022
    OUI, OUI, c'est un beau travail, un excellent travail !!!
    Bravo à vous 2.
     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    « Témoignage. Appelé du contingent Stéphane Bernoud a servi durant la guerre d’Algérie « J’en veux à ceux qui nous ont plongés là-dedans »100 000€ de subventions de la mairie de Perpignan accordés au Cercle algérianiste »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    3
    Vendredi 17 Juin à 11:18

    Il y a sûrement olusieurs facteurs qui ont conduit Michel à réduire son activité de blogueur. Parmi eux la fragilité qui résulte de la solitude à laquelle il doit faire face. Il y en a d'autres, le contexte compliqué qui est le nôtre, qu'aggravent l'âge et la chaleur.

    Nous sommes plusieurs à avoir retenu la qualité du travail fourni pendant une douzaine d'années et avons exprimé nos remerciements, ce qui nous paraissait le plus opportun.

    Nous avons relevé que Michel et son blog ne disparaissent pas mais c'est vrai que nous nous étions habitué à recevoir nos informations quotidiennes en oubliant peut-être le recesnseent de collectes que cela avait nécessité.

    Bonne continuation sous d'autres formes Michel et renouvellement de nos remerciements.

    2
    aoudia
    Vendredi 10 Juin à 15:15

    Article magnifique qui permet de ne pas désespérer de l'Homme

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :