• SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

     

     

    DEUX SOUVENIRS 

     

    SEULEMENT

     

     

    Du 14 juillet 1961

     

     

     à Aïn Sefra... 

     

     

    " le dernier 14 juillet 

     

     

    de l'Algérie française "
     

     

     

    au 14 juillet 2014...

    Aïn Sefra : 14 juillet 1961 

    "J'étais dans ce défilé contre ma volonté " 

    Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2015... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"
    Nous aussi nous avions eu droit à notre défilé aérien 
    Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2015... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"

    Nous aussi nous avions des cavaliers

     (pas ceux de la Garde Républicaine)

     mais les harkis...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"

    Merci de ne pas rire !!! 

    En guise de feux d'artifice 

    nous faisions brûler de la poudre à canon 

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"

    Alors nous nous préparions à faire la "fête

     du 14 juillet 1961" pendant qu'ailleurs

     et au même moment, en Algérie

     des tragédies se produisaient

     mais nous ne le savions pas encore... 

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"


    C'étaient mes meilleurs copains 

     si par hasard vous vous reconnaissez 

     faites-moi signes !!! 

    Rappelez-vous, ce 14 juillet 1961 

     nous avions eu droit à quelques bouteilles  

    en provenance des Coteaux de Mascara  

    Remarquez... je suis, en regardant la photo  

    le premier à droite...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Je n’ai participé qu’une seule fois, en tant qu’acteur, à un défilé du 14 juillet, c’était le 14 juillet 1961 à Aïn Sefra, bien sûr, c’était contre ma volonté… Enfin le dernier 14 juillet de l’Algérie française… Ne me parlez pas de médailles… j’ai refusé la croix du combattant,d'ailleurs pourquoi l'aurais-je acceptée ? Je n'ai rien connu des drames de la guerre d'Algérie, dans la région d'Aïn Sefra il ne s'est rien passé, j'étais dans l'artillerie et ce n'est pas moi qui manipulait les canons mais les soldats professionnels... Je n'ai jamais eu à me servir d'une arme individuelle... Donc en conclusion : avec la malchance d'avoir perdu 21 mois de ma jeunesse, j'estime quand même avoir eu beaucoup de chance...   mais un autre 14 juillet m'a marqué, celui du 14 juillet 2014… je rappelle le défilé sur les Champs-Elysées à Paris...

     

     

    La guerre d'Algérie était terminée depuis 52 ans et l'Algérie nation souveraine avait toute sa place le 14 juillet 2014 au même titre que tous les autres pays belligérants de la Grande Guerre... Pour la première fois de ma vie j'ai regardé une partie de ce défilé avec beaucoup d'attention en raison de cette présence... et je les ai vu ces 3 militaires algériens avec leur drapeau et je n'ai pas vu tous ces extrémistes de tous poils qui ont tellement hurlé, insulté, envoyé des lettres tout azimut pour empêcher cette présence... Lorsqu'à la fin du défilé j'ai vu les 3 jeunes de chaque pays belligérant de la Grande Guerre 14-18 lâcher les colombes de la paix je n'ai pas pu m'empêcher de penser que ce n'était qu'un voeu pieux au regard de toutes ces atrocités que nous voyons, hélas, chaque jour... dans un monde de plus en plus dangereux...   

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Le 14 juillet 2014 

    Un message de paix

    Mais un voeu pieux

    Une chorégraphie de José Montalvo rassemblant 250 jeunes gens des pays invités, a mis un point final aux cérémonies sur un message de paix. Agés de 18 à 25 ans, ces jeunes vêtus de noir et blanc, ont procédé à un lâcher de colombes, symbole de paix et de réconciliation. Toutes les nations représentées ont alors partagé ce moment de fraternité, à Paris, en fin de matinée.

     

    Avec la présence de l'Algérie et de tous les autres pays belligérants de la Grande Guerre ce 14 juillet 2014 a été historique

     

    Avec la présence de l'Algérie et de tous les autres pays belligérants de la Grande Guerre ce 14 juillet 2014 a été historique

     

    Vu par un ancien mobilisé, 55 ans après 

    Nous avions tous vingt ans, et un peu plus peut-être, 

    Et nous ne savions rien des choses de la vie. 

    Nous étions des moutons que l’on amenait paître, 

    Nos bergers politiques étaient bien assoupis. 

    Ne sachant trop quoi faire, ils étaient tiraillés, 

    Conduisant au désastre, les yeux sur le bâton. 

    Gouverner c’est prévoir, ce n’est pas louvoyer 

    Et nos beaux officiers, ne rêvant qu’aux… ratons! 

    Pour devenir plus tard les cocus de l’Histoire. 

    Nous les pauvres couillons, on croyait à la guerre, 

    Victimes inconscients de nos esprits grégaires, 

    Car on voulait se battre, sans savoir trop pour qui, 

    Pour les colons bien sûr, leurs privilèges acquis, 

    Ils voulaient tout garder, en imposant leurs lois 

    Attisant les querelles,  entre arabes et gaulois. 

    A Paris, à Alger, on faisait des patrouilles 

    Mais ailleurs se tramaient de vilaines magouilles, 

    Qu’importe  le gâchis, et le sang et les larmes, 

    On ne faisait parler que la haine et les armes. 

    Le sort de l’Algérie se jouait à Wall Street 

    Au Caire et à Moscou, et non dans les guérites. 

    Oh ! Que de temps perdu, que de vies sacrifiées, 

    Pour aucun bénéfice, que l’honneur humilié. 

    Telle est la tragédie dont nous fûmes acteurs. 

    Reste le souvenir d’une immense rancœur. 

    Il nous reste encore de beaux jours à vivre, 

    Même si Thanatos, avec sa grande faux 

    Rôde ici et là, et par monts et par vaux. 

    Disons-lui “halte là !”. Je termine mon livre. 

                                                         Simon Garrigue, juin 2017

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Tu as raison Simon Garrigue terminons notre livre... demandons à Thanatos de nous laisser vivre encore un peu pour que l'on puisse voir en Algérie naître la seconde République après l'indépendance de 1962 confisquée par des dirigeants corrompus.

    Les jeunes en Algérie veulent que la vieille classe politique de l'indépendance déguerpisse…

    Des dizaines de milliers de manifestants ont de nouveau envahi les rues d’Alger et des principales villes d’Algérie le 5 juillet, jour du 57ème anniversaire de l’indépendance et 20ème vendredi de mobilisation.

    Journée symbolique entre toutes, le 5 juillet était en effet non seulement le vingtième vendredi de mobilisation et le cinquante-septième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. 

    Aujourd’hui, le pouvoir vacille à Alger. Ce que feint de ne pas comprendre la vieille classe politique qui est en train de s’éteindre, celle issue du combat pour la libération et l’indépendance contre la France coloniale, c’est que la jeunesse d’aujourd’hui ne réclame qu’une chose: son départ. 

    Les jeunes veulent une nouvelle génération de dirigeants démocratiques… 

    Il est clair que les jeunes, qui connaissent leur histoire, se disent aujourd’hui que leurs aînés n’ont pas été capables de construire une Algérie démocratique et prospère malgré les richesses naturelles dont elle est dotée, essentiellement le gaz et le pétrole qui représentent 97% des exportations de ce pays. Or le pays est pauvre et le chômage touche essentiellement la jeunesse. 

    Les jeunes de moins de 25 ans représentent 45% de la population et les moins de 30 ans 54%. C’est dire que les vieilles lunes sur le combat pour l’indépendance ne les intéressent plus. 

    Ce qu’ils veulent, c’est d’un Etat éthique et impartial et honnête, avec des responsables politiques qui leur assurent enfin un avenir et qui ne les condamnent pas à vivre avec seulement quelques centaines d’euros par mois. Cette période est révolue. 

     

      

    Michel Dandelot

     

     

    « Algérie-France : une fiction sur le militant anticolonialiste Fernand Iveton en préparation14 juillet, fête nationale ? »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    4
    Samedi 13 Juillet à 20:09
    Et on foulait aux pieds les grands principes de 1789 !
    3
    Samedi 13 Juillet à 20:05
    Rien à ajouter depuis l’an dernier : obligé de suivre les autres officiers pour assister à un défilé de moghaznis et d'appelés transpirant dans leur tenue miteuse en plein bled. Aucun spectateur ou presque. Étrange impression...
    2
    Samedi 13 Juillet à 14:49

    Moi aussi j'ai vécu deux 14 juillet en Algérie. Celui de 1960 où j'étais cantonné du côté de Saïda, celui de 1961 où je me trouvais à Bou-Ktoub, au nord d'Ain Sefra. Les deux fois j'ai échappé au défilé. En 1961 il me semble que j'étais de garde ce jour-là. Ce que je pouvais être beau avec ma ceinture de flanelle rouge autour de la taille. Je devais impressionner favorablement les autochtones, peut-être moins dans mon regard. Eh non je n'avais pas la conviction nécessaire pour que nous soyons victorieux.. Et pour tout avouer je suis toujours, à la fin de ma vie, dans le même registre : que faisais-je dans cette galère ?

    1
    Dimanche 15 Juillet 2018 à 17:09

    J'ai fêté deux 14 juillet en Algérie, ce qui était normal pour de jeunes citoyens français loin de leur patrie, mais je trouvais étrange et stupide d'y obliger des Algériens qui n'étaient pas concernés par l'Ancien Régime et n'avaient jamais entendu parler de Louis XVI et de Marie-Antoinette...Surréaliste. Par contre, on les emprisonnait dans de nouvelles bastilles...

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter