• SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

      

     

    Un 14-Juillet d’exception

    sans le traditionnel défilé

    sur l'avenue des Champs-Elysées

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    La place de la Concorde déserte alors que la ville est confinée depuis trente-deux jours, à Paris, le 17 avril. PHILIPPE LOPEZ / AFP 

     

    C’est une première depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Le 14 juillet 2020, il n’y aura pas de défilé militaire sur l’avenue des Champs-Elysées, comme le veut la tradition à l’occasion de la fête nationale. Une décision prise par Emmanuel Macron, « compte tenu de la situation exceptionnelle que connaît actuellement notre pays et des incertitudes qui demeurent quant à l’évolution de la pandémie du Covid-19 au cours des prochaines semaines », a indiqué l’Elysée, jeudi 4 juin.

    Le défilé sera remplacé par une cérémonie militaire presque statique, les militaires "vont tourner en rond" donc beaucoup plus sobre, qui se tiendra sur la place de la Concorde, avec seulement 2 000 participants contre 4 300 en 2019. Ceux-ci formeront des « tableaux animés » devant quelque 2 500 invités. Le public ne devrait pas pouvoir y assister, sauf amélioration définitive de la situation sanitaire.

    Elle inclura un défilé aérien et "mettra à l’honneur la participation de nos armées en guerre dans les pays lointains comme le Mali, le Niger entre autres, c'est-à-dire le Sahel"

    Cependant le président Macron ne nous dit pas tout, lors de son discours aux armées, hier, a occulté le fait que des voix et des manifestations anti-françaises s’élèvent de plus en plus au Sahel reprochant à la France d’avoir aussi des visions économiques, il n’y a pas que le problème du terrorisme…

    Au Mali et au Sahel : l’armée française y défend qui (ou quoi) ?

    Depuis janvier 2013, l'armée française est censée protéger le peuple malien d'attaques terroristes.  Sept ans ont passé. De nombreux soldats du Mali se font en permanence massacrer par des bandes djihadistes. Des pertes françaises sont à déplorer.  

    Pourquoi maintient-on le contingent Barkhane non seulement au Mali, mais aussi au Burkina Faso et au Niger où les djihadistes ont essaimé la violence.  

    Les raisons humanitaires n'ont plus de sens.  

    La présence française est motivée pour d'autres raisons. Le sous-sol du Sahel recèle de riches gisements de matières premières : Or, uranium, pierres précieuses, diamants, etc… 

    Nos soldats sont-ils devenus les gardiens de ces trésors, aux mains des multinationales auxquelles ils servent de milices privées ? 

    Cela n'a pas de sens de maintenir notre armée au Mali et au Sahel contre l'avis des populations.  

    Il faut la rapatrier ! 

     Le peuple qui a protesté contre les politiques gouvernementales en raison de la montée des actes terroristes au Sahel, exige la fermeture des bases militaires étrangères présentes dans leur pays en raison de leur inefficacité. Le peuple descendu dans les rues au Niger et au Mali pour manifester, a brûlé le drapeau français et scandé des slogans anti-français. Le discours anti-français se répand également rapidement sur les réseaux sociaux. Le discours anti-français sous-entend une critique sévère de la politique africaine de la France et de son influence dans la région. La principale raison de la montée de ce sentiment anti-français, est l’inefficacité de la lutte contre le terrorisme menée par les pays régionaux avec le soutien de la France. Malgré les efforts des pays du Sahel, les actes terroristes augmentent toujours. L’émergence de problèmes ethniques en plus de la monté des violences terroristes au Mali, consument l’espoir du peuple. Face à la situation, le peuple estime que les gouvernements actuels sont inefficaces et que les forces étrangères qui coopèrent avec, sont responsables de cet échec.  

    Le président Macron "rendra également hommage aux personnels soignants que les Français ont applaudis chaque soir durant la période de confinement ainsi qu’à l’ensemble des acteurs mobilisés contre le virus", a indiqué l’Elysée... mais ces derniers répondent "FOUTAGE DE GUEULE"...

    Un 14-Juillet en hommage aux soignants : "On se bat pour l'hôpital public, pas pour des médailles"

     
     

     SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    ET POUR MOI CE SONT QUOI MES 14 JUILLET ?

     

    DEUX SOUVENIRS SEULEMENT

     

    Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra...

     

    " le dernier 14 juillet de l'Algérie française "

     

    au 14 juillet 2014

     

     

     

     

    Aïn Sefra : 14 juillet 1961 

    "J'étais dans ce défilé contre ma volonté " 

    Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2015... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"
    Nous aussi nous avions eu droit à notre défilé aérien 
    Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2015... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"

    Nous aussi nous avions des cavaliers

     (pas ceux de la Garde Républicaine)

     mais les harkis...

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"

    Merci de ne pas rire !!! 

    En guise de feux d'artifice 

    nous faisions brûler de la poudre à canon 

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"

    Alors nous nous préparions à faire la "fête

    du 14 juillet 1961" pendant qu'ailleurs

    et au même moment, en Algérie

    des tragédies se produisaient

    mais nous ne le savions pas encore... 

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014... Choeur du Pays de Forcalquier "La Paix Sur Terre"


    C'étaient mes meilleurs copains 

    si par hasard vous vous reconnaissez 

    faites-moi signes !!! 

    Rappelez-vous, ce 14 juillet 1961 

    nous avions eu droit à quelques bouteilles  

    en provenance des Coteaux de Mascara  

    Remarquez... je suis, en regardant la photo  

    le premier à droite...

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    Derrière moi la ligne de chemin de fer Oran - Colomb-Béchar… Combien d’heures, de semaines, de mois j’ai rêvé à ce train qui me ramènerait d’abord à Oran, puis la France, mon pays, mon vrai pays, mon seul pays, car ici j’étais dans un beau pays, c’est vrai, Serge Lama l'a si bien chanté... mais un pays martyrisé par 132 années de colonialisme et terminé par une guerre de près de 8 années avec ses crimes d’Etat, de guerre, contre l’humanité… 

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Je n’ai participé qu’une seule fois, en tant qu’acteur, à un défilé du 14 juillet, c’était le 14 juillet 1961 à Aïn Sefra, bien sûr, c’était contre ma volonté… Enfin le dernier 14 juillet de l’Algérie française… Ne me parlez pas de médailles… j’ai refusé la croix du combattant,d'ailleurs pourquoi l'aurais-je acceptée ? Je n'ai rien connu des drames de la guerre d'Algérie, dans la région d'Aïn Sefra il ne s'est rien passé, j'étais dans l'artillerie et ce n'est pas moi qui manipulait les canons mais les soldats professionnels... Je n'ai jamais eu à me servir d'une arme individuelle... Donc en conclusion : avec la malchance d'avoir perdu 21 mois de ma jeunesse, j'estime quand même avoir eu beaucoup de chance...   mais un autre 14 juillet m'a marqué, celui du 14 juillet 2014… je rappelle le défilé sur les Champs-Elysées à Paris...

     

     

    La guerre d'Algérie était terminée depuis 52 ans et l'Algérie nation souveraine avait toute sa place le 14 juillet 2014 au même titre que tous les autres pays belligérants de la Grande Guerre... Pour la première fois de ma vie j'ai regardé une partie de ce défilé avec beaucoup d'attention en raison de cette présence... et je les ai vu ces 3 militaires algériens avec leur drapeau et je n'ai pas vu tous ces extrémistes de tous poils qui ont tellement hurlé, insulté, envoyé des lettres tout azimut pour empêcher cette présence... Lorsqu'à la fin du défilé j'ai vu les 3 jeunes de chaque pays belligérant de la Grande Guerre 14-18 lâcher les colombes de la paix je n'ai pas pu m'empêcher de penser que ce n'était qu'un voeu pieux au regard de toutes ces atrocités que nous voyons, hélas, chaque jour... dans un monde de plus en plus dangereux...   

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Le 14 juillet 2014 

    Un message de paix

    Mais un voeu pieux

    Une chorégraphie de José Montalvo rassemblant 250 jeunes gens des pays invités, a mis un point final aux cérémonies sur un message de paix. Agés de 18 à 25 ans, ces jeunes vêtus de noir et blanc, ont procédé à un lâcher de colombes, symbole de paix et de réconciliation. Toutes les nations représentées ont alors partagé ce moment de fraternité, à Paris, en fin de matinée.

     

    Avec la présence de l'Algérie et de tous les autres pays belligérants de la Grande Guerre ce 14 juillet 2014 a été historique

     

    Avec la présence de l'Algérie et de tous les autres pays belligérants de la Grande Guerre ce 14 juillet 2014 a été historique

     

    Vu par un ancien mobilisé, 55 ans après 

    Nous avions tous vingt ans, et un peu plus peut-être, 

    Et nous ne savions rien des choses de la vie. 

    Nous étions des moutons que l’on amenait paître, 

    Nos bergers politiques étaient bien assoupis. 

    Ne sachant trop quoi faire, ils étaient tiraillés, 

    Conduisant au désastre, les yeux sur le bâton. 

    Gouverner c’est prévoir, ce n’est pas louvoyer 

    Et nos beaux officiers, ne rêvant qu’aux… ratons! 

    Pour devenir plus tard les cocus de l’Histoire. 

    Nous les pauvres couillons, on croyait (ou pas) à la guerre, 

    Victimes inconscients de nos esprits grégaires, 

    Car on nous demandait de nous battre, sans savoir trop pour qui, 

    Pour les colons bien sûr, leurs privilèges acquis, 

    Ils voulaient tout garder, en imposant leurs lois 

    Attisant les querelles,  entre arabes et gaulois. 

    A Paris, à Alger, on faisait des patrouilles 

    Mais ailleurs se tramaient de vilaines magouilles, 

    Qu’importe  le gâchis, et le sang et les larmes, 

    On ne faisait parler que la haine et les armes. 

    Le sort de l’Algérie se jouait à Wall Street 

    Au Caire et à Moscou, et non dans les guérites. 

    Oh ! Que de temps perdu, que de vies sacrifiées, 

    Pour aucun bénéfice, que l’honneur humilié. 

    Telle est la tragédie dont nous fûmes acteurs. 

    Reste le souvenir d’une immense rancœur. 

    Il nous reste encore de beaux jours à vivre, 

    Même si Thanatos, avec sa grande faux 

    Rôde ici et là, et par monts et par vaux. 

    Disons-lui “halte là !”. Je termine mon livre. 

                                                         Simon Garrigue, juin 2017

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Tu as raison Simon Garrigue terminons notre livre... demandons à Thanatos de nous laisser vivre encore un peu pour que l'on puisse voir en Algérie naître la seconde République après l'indépendance de 1962 confisquée par des dirigeants corrompus.

    Et, peut-être que si nous avons un peu de chance nous verrons, en France, mourir la Ve République née pendant la sale guerre d'Algérie et la naissance d'une République du XXIe siècle espérons meilleure...

     

      

    Michel Dandelot

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    Militant anti colonialisme

    Militant anti racisme

    J'ai refusé la croix du Combattant

    Vive l'amitié entre les peuples algérien et français

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...


     

    SOUVENIRS : Du 14 juillet 1961 à Aïn Sefra... le dernier 14 juillet de l'Algérie française... au 14 juillet 2014...

    « Rappelez-vous de notre article « Les balles du 14 juillet 1953 » : un film sur un carnage méconnu : une plaque sera apposée en hommage aux victimes Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L’incroyable destin d’un enfant déporté d’Algérie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    3
    Ish
    Mercredi 29 Juillet à 00:44
    Ish

    je suis francais d'origine algerienne de la region de Ain sefra. Une grande partie de ma famille proche a été tué pendant cette guerre. Je suis né en France bien longtemps après la guerre mais j'ai grandi avec cette mémoire douloureuse. J'essaie de faire des recherches sur cette partie de l'algérie méconnue. 

    J'aimerais beaucoup discuter avec des personnes comme vous. votre message est vraiment très intéressant et malheureusement très peu entendu.

     

    ismael

    2
    Mardi 14 Juillet à 11:23

    Le 14 juillet 1961 ? J'étais à Bou-Ktoub un village au nord de Méchéria où était cantonnée une moitié de la 4ème batterie du 1/66ème Régiment d'Artillerie. Ça c'est sûr ! Il me semble que ce jour-là j'étais de garde, là ça l'est moins. Et dans ce cas-là, c'était immanquable je devais avoir mis ma ceinture rouge enroulée autour de la taille. Un attribut qui caractérisait les Régiment d'Afrique. 

    Ce que je devais être beau ! Il est certain que ça devait impressionner les populations autochtones. On se demande bien comment on a fait pour ne pas gagner cette guerre. Il est vrai, je le reconnais, que je manquais de motivation. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :