• Un article bouleversant du quotidien algérien "El Watan" UN PEUPLE DIGNE ET SOLIDAIRE

     

     

    Un article bouleversant du quotidien

    algérien "El Watan"

    Un article bouleversant du quotidien algérien "El Watan" UN PEUPLE DIGNE ET SOLIDAIRE

     

    UN PEUPLE DIGNE ET SOLIDAIRE 

     

    Par Nouredine Nesrouiche, 12 Août 2021. 

    Les images de convois bondés de jeunes volontaires accourant de plusieurs régions pour braver le feu et apporter soutien aux populations de Tizi Ouzou débordent de bravoure et de fraternité entre Algériens. 

    Cet élan de solidarité massif et effectif a mordu dans les entrailles de la solitude de la Kabylie martyrisée par le gigantesque brasier de ce mardi noir, et notre solitude à nous regardant, avec nos yeux embués et notre volonté contrariée, l’horreur des images apocalyptiques défilant sur nos écrans rougeoyants. 

    Nos cœurs ont saigné de tristesse et de colère face au martyre de Larbaâ Nath Iraten et de dizaines de villages de Kabylie, d’El Tarf et d’ailleurs. Nous avons pleuré les madones Bensalem ; nous avons pleuré les jeunes soldats héroïques d’Ichelladhen et notre terre réduite en cendres. Mais nos cœurs ont été emplis d’espoir et de fierté grâce à la chaîne de solidarité qui s’est mise en place au quart de tour, organisant les dons et les départs volontaires au front. 

    Ce sont les mêmes élans de solidarité populaire exprimés face aux incendies de Khenchela et ensuite face à la crise d’oxygène en plein pic de l’épidémie de la Covid-19. Devant les drames successifs qui mettent à l’épreuve notre jeune nation, le peuple fait preuve d’une résilience spectaculaire. Un peuple digne et solidaire, un peuple qui construit sa propre légende et renforce ses liants face aux stratégies racistes et purificatrices, la perfide opération zéro Kabyle, et l’ignominieuse Badissya Novembriya. 

    C’est de ce «nous» remis en cause par les fractures identitaires, les déchirements religieux et la dislocation des liens de confiance due au fléau de la corruption et la disparité grandissante entre classes sociales, c’est de ce «nous» éprouvé et gagné parfois par le doute qu’il est question aujourd’hui. Nos mythes fondateurs ont été sérieusement abîmés par trop de trahisons des palais. 

    Et les Algériens ont compris que leur Etat est faible et qu’ils doivent chercher au plus profond d’eux-mêmes les ressources nécessaires pour empêcher leur désintégration. Et c’est dans l’adversité que se forge le ciment de cette reconstruction par la fraternité patriotique. 

    Comme hier face au colonialisme destructeur, les Algériens se dressent en rangs serrés contre les périls multiples de cet été meurtrier. Aux cris de détresse du jeune soldat de Barika, les femmes et les hommes répondent présent et volent au secours de leurs compatriotes, faisant éclater sur leur passage les clivages nourris insidieusement par les puristes et les pyromanes. Le cœur si grand, ils accomplissent des miracles et mettent du baume sur les blessures des corps et des âmes. 

    Voilà qui nous sommes. 

    Nous pleurerons nos morts, mais nous ferons notre deuil et nous serons plus forts, plus soudés et surtout mûris par ces expériences certes douloureuses, mais que nous aurons surmontées ensemble, dans notre diversité.

    Mon commentaire

    Un ancien officier des Sapeurs-Pompiers a écrit : Il est impossible que 18 feux à quelques kilomètres l'un de l'autre puissent prendre en même temps ; de plus attaquer des feux de cette puissance avec des branches et sans vêtement est de l'inconscience, ça remplira un peu plus les hôpitaux. Au vue de la situation, les canadairs français ne peuvent pas opérer : trop de fumée compactes, trop de maisons. C'est un drame humain et matériel. Ce ne sont plus des incendies mais des mégats feux comme en Californie qui brûlent tout sur leur passage, y compris le béton armé. La volonté des hommes avec des moyens même considérables ne peuvent faire face à de telles situations. Notre planète est en danger. En France comme partout dans le Monde nous devons y réfléchir en profondeur… s’il n’est pas déjà trop tard.

    En lisant cet article et ce commentaire je suis triste en pensant à mes amis algériens, je suis impuissant mais je peux juste vous apporter ma solidarité la plus totale et la plus sincère. Je vous souhaite le plus grand courage… mais je sais que vous avez vaincu le colonialisme français, j’espère qu’il en sera de même pour ces incendies meurtriers… certains criminels mais pas que… le réchauffement climatique est aussi un drame qu’il faut combattre… en urgence absolue.

    Michel Dandelot   

    « Mémoires d'appelés, mémoires blessées. Soixante ans de silenceMa première corrida : "Pour moi, une expérience d’un autre temps" »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 14 Août à 09:56

    Eh bien le drame des incendies qui ravagent la Kabylie aggrave encore une situation déjà difficile que connaît l'Algérie avec son contexte socio-économique qu'a exacerbé le covid-19. Bon courage amis Algériens et que naisse de l'ampleur même des problèmes leurs solutions si nécessaires.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :