• "Un autre monde on n'a pas le choix" Vincent Liechti *** Alger, Paris, Nice, Alep, Munich, Londres, Bruxelles, Saint-Etienne-du-Rouvray souffrent d’un cancer effrayant. Et ça continue...

    Alger, Nice, Alep, Munich souffrent   d’un cancer effrayant

    "Un autre monde on n'a pas le choix"

    Vincent Liechti

     

     

    Alger, Nice, Alep, Munich souffrent   d’un cancer effrayant


     Alger, Paris, Nice, Alep, Munich, Londres, Bruxelles, Saint-Etienne-du-Rouvray et bien d'autres lieux... souffrent  d’un cancer effrayant

    Par Rachid Boudjedra Écrivain et poète algérien

    Après la défaite de l’armée nationale afghane, soutenue par l’armée soviétique appelée en renfort par le président Najibullah au milieu des années 1980, l’armée américaine va s’installer en Afghanistan pour chasser les talibans. Rambo est arrivé ! Mais, après trente ans de guerre, le résultat américain est égal à zéro.

    Et c’est de l’Afghanistan des talibans et avec les dollars saoudiens que les terroristes algériens, formés à tuer à Kaboul et à Peshawar, ont déferlé sur l’Algérie dès le début des années 1990. L’Algérie a été ainsi le premier pays à être le laboratoire de la CIA et du roi d’Arabie pour mettre à l’épreuve cette arme nouvelle, le terrorisme islamiste.

    L’Algérie, durant dix ans, a été le premier pays à être dévasté par le terrorisme, dans l’indifférence des puissances occidentales, la France à leur tête.

    C’était l’époque ou la France croyant prendre sa revanche sur l’Algérie qui l'avait défait  en 1962. Ce sont ses services qui ont créé la fable du «Qui-tue-qui ? », qui ont innocenté les islamistes pour affirmer et aboyer pendant une dizaine d’années que les coupables des crimes atroces commis par les terroristes algériens étaient l’œuvre de l’armée algérienne et des services de sécurité.

    Aujourd’hui le terrorisme islamiste est mort (en Algérie) mais il s’est propagé en Europe et aux États-Unis. La France, la Belgique, l’Espagne, l’Angleterre, l’Allemagne et l’Amérique ont vu déferler le terrorisme aveugle, abject et immonde qu’a connu l’Algérie de 1990 à 2000.

    Aujourd’hui, c’est Nice, Paris, Bagdad, Alep, Munich qui souffrent de ce cancer effrayant. Et nous ne disons pas : « Qui tue qui ? » Et nous ne nous réjouissons pas de ces massacres odieux, comme certains se sont réjouis en Occident pour les massacres commis en Algérie pendant ce qu’on appelle la décennie verte/noire/rouge.

    Non. Nous sommes choqués. Nous sommes compatissants. Nous sommes solidaires. Mais nous sommes lucides aussi ! Parce que nous disons que l’Occident avec son OTAN, sa CIA et ses États-Unis, a semé et sème les guerres partout et depuis toujours. Et il ne fait que récolter une énorme tempête. Ce sont les pouvoirs politiques occidentaux qui sont – d’abord – responsables des massacres odieux que vivent leurs citoyens.

    Eux, ces responsables, qui ont pendu Najibullah à un arbre dans une ruelle de Kaboul.

    Eux qui ont pendu Saddam.

    Eux qui ont massacré à mort Kadhafi à coups de pierres.

    Eux qui n’ont pas compris que l’Histoire n’oublie jamais.

    Eux qui n’ont pas compris que tout crime se paye toujours.

    Eux qui n’ont pas compris que l’argent ne peut pas se gagner par le crime de guerre.

    Ce que nous voulons, nous, pacifistes et progressistes du monde, c’est que la notion même de guerre soit à jamais abolie.

    Que les dirigeants de tous les pays rendent des comptes devant leurs peuples pour crime… d’idiotie cruelle.

    Et ça continue… en afghanistan

    Dernière information : Ce soir 1er août 2017

    Afghanistan : près de 30 morts

     dans un attentat anti-chiite à Hérat

     "Un autre monde on n'a pas le choix" Vincent Liechti *** Alger, Paris, Nice, Alep, Munich, Londres, Bruxelles, Saint-Etienne-du-Rouvray souffrent  d’un cancer effrayant... Et ça continue

     

    AFP, publié le mardi 01 août 2017 à 21h09

    Un attentat-suicide contre une mosquée chiite de Hérat, dans l'ouest de l'Afghanistan, a fait mardi soir près de 30 morts et plus de 63 blessés au lendemain d'un assaut contre l'ambassade d'Irak à Kaboul revendiqué par le groupe Etat islamique (EI).

    Cette attaque n'avait pas été revendiquée dans l'immédiat. Mais depuis un an, l'EI a visé à plusieurs reprises des foules et des mosquées de la minorité chiite d'Afghanistan. 

    Les talibans ont d'ailleurs rejeté mardi soir toute responsabilité dans cette opération sur leur compte Twitter et par un message WhatsApp envoyé à l'AFP.

    "Le bilan s'élève à 29 morts et 63 blessés dont certains sont dans un état critique", a indiqué à l'AFP le porte-parole de l'hôpital régional, Rafiq Shirzai. "Ce bilan pourrait encore évoluer", selon lui.

    Un correspondant de l'AFP a vu "de nombreux corps" à l'intérieur de la mosquée Jawadiya et rapporté la vision de "morceaux de corps éparpillés, de flaques de sang, de gens hurlant, pleurant...", avant d'être chassé par la police.

    Des photos montrent une foule compacte rassemblée devant le service des urgences de l'hôpital, cherchant des nouvelles de leurs proches ou se proposant pour donner leur sang. D'autres, nombreux, sont massés devant l'entrée de la mosquée, dont l'intérieur a été apparemment très fortement endommagé.

    Selon le porte-parole de la police de Hérat, Abdul Ahad Walizada, "deux terroristes sont impliqués dans l'attaque dont l'un portait un gilet explosif et s'est fait exploser, tandis que le second était armé d'un fusil".

    "Tous deux sont morts" a-t-il ajouté, sans donner de précisions sur la mort du deuxième assaillant.

    Le correspondant de l'AFP a vu un corps "en morceau" devant l'entrée de la mosquée, sans doute celui du kamikaze.

    "L'explosion s'est produite vers 20H00" (15H30 GMT) selon M. Walizada.

    - sectarisme -

    Cet attentat intervient au lendemain d'une attaque complexe menée par quatre assaillants contre l'ambassade d'Irak à Kaboul, revendiquée par le groupe Etat Islamique, qui a fait deux morts parmi le personnel afghan.

    L'organe de propagande de l'EI, Amaq, a revendiqué l'opération, la première contre l'ambassade d'Irak à Kaboul, après plusieurs attentats contre d'autres missions étrangères.

    Dans un communiqué mardi soir, le gouvernement afghan a condamné l'attentat de Hérat et appelé "les Afghans et les responsables religieux à se dresser, unis, contre la barbarie des terroristes".

    "Les terroristes ne peuvent pas semer le sectarisme au sein de notre peuple", a ajouté le président Ashraf Ghani.

    Cette série d'attaques contre les chiites, minorité forte de trois millions de personnes en Afghanistan, intervient en pleine débâcle de l'EI en Irak et en Syrie.

    L'EI, qui recule au Levant, est apparu dans l'est de Afghanistan pour fonder "L'émirat du Khorasan", le nom antique de la région, début 2015. Il progresse désormais dans le nord du pays malgré les raids aériens américains qui ciblent régulièrement ses positions.

    Pour un analyste afghan à Kaboul, "cette attaque a prouvé que l'EI est une véritable menace en Afghanistan".

    "Pour venger sa défaite en Irak, l'EI et ses partisans (...) ont conduit l'attaque contre l'ambassade d'Irak: c'est facile d'attaquer des cibles molles en Afghanistan", relevait mardi Jawed Kohistani, joint par l'AFP.

    Selon une source de sécurité refusant d'être identifiée, "l'EI pourrait bien s'avérer plus dangereux que les talibans en Afghanistan".

    Le groupe a revendiqué plusieurs attentats sanglants au coeur de Kaboul depuis un an, dont le premier le 23 juillet 2016 avait fait 84 morts et 300 blessés au sein de la minorité chiite.

    "Un autre monde on n'a pas le choix" Vincent Liechti *** Alger, Paris, Nice, Alep, Munich, Londres, Bruxelles, Saint-Etienne-du-Rouvray souffrent  d’un cancer effrayant. Et ça continue...

    Pour qui ? Pour quoi ? sont-ils morts ces soldats

    français 

    puisque c’est de pire

    en pire là-bas «  Pour la Paix du Monde ? » dit 

    L’auteur de la chanson

    « paroles… paroles aurait dit dalida 

    Encore des mots toujours des mots

     les mêmes mots… 

    Des mots faciles des mots fragiles 

     

    "Un autre monde on n'a pas le choix" Vincent Liechti *** Alger, Paris, Nice, Alep, Munich, Londres, Bruxelles, Saint-Etienne-du-Rouvray souffrent  d’un cancer effrayant. Et ça continue...

     

     

    « A lire - "France-Algérie du côté des deux rives" de Serge Pautot : une volonté farouche de maintenir le dialogueLe corps d'un soldat argelésien mort en Algérie, rapatrié 61 ans après sa mort »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Vincent Liechti
    Mercredi 2 Août à 08:07

    J'apprends au réveil par cet article ce nouvel attentat. Ma chanson est en effet tout à fait appropriée. Curieusement par contre je ne reconnais pas cette photo et ne parviens pas à identifier où et quand elle a pu être prise. Merci en tous cas pour les articles du blog que j'ai lus avec intérêt.

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter