• Un grand déporté de Dachau : André Verchuren qui nous a quitté le 10 juillet 2013 *** Témoignage de Paul HAIRAUT, écrivain

    Juste un petit souvenir au roi de l'accordéon

    André Verchuren qui est décédé, il y a quatre ans

     le mercredi 10 juillet 2013

    Il n'aurait pas aimé les propos scandaleux

    de  la fille à Le Pen

     

    menu3

     

    Le roi de l'accordéon André Verchuren est mort d'un arrêt cardiaque à l'âge de 92 ans, le mercredi 10 juillet 2013. Membre de la Résistance durant la Seconde guerre mondiale, il avait passé treize mois dans le camp de concentration de Dachau (Allemagne). André Verchuren était commandeur de l'ordre national du Mérite.

    L'interprète de tubes tels que Les Fiancés d'Auvergne, Le Chouchou de mon coeur ou La Saint-Hubert, fils et petit-fils d'accordéonistes, avait arrêté de faire des galas à 91 ans", a précisé son fils, Harry Williams Verchuren.

    Sur mon blog j'ai mis en ligne de très nombreux articles concernant André Verchuren, l'accordéoniste inoubliable, mais aussi parce qu'il a connu le camps de concentration de Dachau. Voici l'un de ces articles... mais avant écoutons-le une fois encore... "J'ai quitté mon cher Pays, dit-il dans cette chanson, nous aussi André nous avons quitté notre cher Pays dans les années 1954-1962.

    Merci André nous ne t'oublions pas.

     

      

    André Verchuren a été déporté avec le matricule " 77676 "

    matricule.jpg

     

    André Verchuren à DACHAU

     

    1939/1945. La France va vivre les années les plus sombres de son histoire. Après 14/18 on pensait: " Plus jamais ! "...

     

    ...Il ne faut jamais dire jamais...

     

    A la déclaration de guerre, André Verchuren a tout juste 19 ans. Lors d'un gala dans l'Oise, en ces jours de septembre 1939, le Maire et le garde-champêtre font irruption dans la salle de bal , ordonnent d'arrêter la musique car c'est la déclaration de guerre entre la France et l'Allemagne. André qui animait de nombreux galas en compagnie de son père Raymond Verchuren range son accordéon.

    André ne supporte pas tout ce qui se passe, avec la fougue de son jeune âge, il déclare la guerre lui aussi, mais à sa façon. Raymond Verchuren, son père monte une affaire de fruits et cultures maraîchères qui sert en fait de couverture pour cacher les parachutistes en attendant qu'ils repartent vers leurs destinations ceci afin de défendre le monde contre l'offenseur nazi.

    Il en héberge un tout particulièrement qui s'appelle Harry Williams. Il sympathise un peu plus avec ce dernier. Madame Verchuren est sur le point de mettre au monde leur premier enfant. Harry Williams, avant de repartir en mission, promet à André que s'il en revient, il sera le parrain de ce premier fils. Malheureusement, Harry Williams sera abattu en bombardant au-dessus de l'Allemagne. André décide qu'il sera un peu le parrain à titre posthume et nomme son garçon Harry Williams en hommage à son ami. Ce sont donc ces deux vrais prénoms, il s'appelle Harry Williams Verchuren.

    André, au péril de sa vie aide les parachutistes. Mais en juin 1944, sur dénonciation, il sera arrêté par la Gestapo et conduit au camp de Royallieu. Le 2 juillet 1944, à 5 heures de matin, ils sont réveillés.  6 heures départ pour la gare de Compiègne. Pendant leur transfert vers la gare,   il aperçoit sa maman abritée sous une porte cochère qui lui dit « André, André je t’embrasse ». Elle le reverra un moment après à la gare de Compiègne où les SS la voyant arriver la mettent en joue. André lui crie « Ne t’approche pas maman ils vont te tuer, ne t’inquiète pas dans 6 mois nous serons de retour ».
    Ils sont embarqués, que dis-je  entassés dans le train qui va les conduire vers l’enfer de Dachau.
    « Ce 2 juillet 1944 à 9H15 précises le Train de la Mort n° 7909 » s’ébranle vers cette destination maudite.

    A l'arrivée plus d'un millier de morts. Il subira comme tous ses compatriotes tant de choses, que ses yeux, encore maintenant, ne peuvent que s'embuer, son regard devient lointain lorsqu'il évoque cette période. En aparté, il a fait part à l'auteur de cet article, de certaines choses qui font que cela ne peut s'oublier et qu'il taira par pudeur et respect pour cet homme qui a tant souffert dans son moral et sa chair. Il rentrera en 1945 à la libération des camps par les Américains, abattu, désemparé et amaigri de 40 kilos. Pourtant avant son départ du camp, devant tous ses camarades qui comme lui ont eu la chance d'en revenir, il empruntera l'accordéon d'un soldat allié et jouera l'Internationale et la Marseillaise.


    retourdachau.jpg
    Il retournera une fois à Dachau pour une émission de télévision "Portrait André Verchuren" sur FR3.

    Paris Match  n° 2866 du 22 avril 2004 rend hommage à André dans l'article "VERCHUREN LE SURVIVANT". André Verchuren y présente sa tenue de déporté :

      img217pt.jpg

     

    img221pt.jpg

    Et le cadre dans lequel est conservé précieusement le diplôme de la reconnaissance des Etats-Unis remis par Eisenhower :

     img220pt.jpg

     

    6train.jpg

     Photo du train qui avait transporté les déportés incapables de marcher. Destination Dachau, mais il fut arrêté à Osterbershen, en Avril 1945. (Photo prises par l'armée américaine également)

     8ecole.jpg

    Photo de l'école de Neckareiz actuelle qui était transformée en camp de concentration en 1944/1945.

    En tant qu'ancien déporté du camp de Dachau, il reçut les insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur, le 5 mai 1986 (promu officier le 4 novembre 1997). Il est également Commandeur de l'Ordre National du Mérite (17 novembre 2006) pour ses 72 ans de carrière professionnelle :

      

     

     

    Hommage d'André Verchuren à Jean Moulin

    « Quelle perspective pour le 23 Avril prochain ? L’Edito d’Henri POUILLOTFrançois Brunet témoigne de son action comme infirmier militaire et dénonce encore aujourd'hui le dévoiement de l'armée française en Algérie. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter