• Une professeure de confession musulmane ridiculise Finkielkraut en direct sur France 2 :

    Une professeure de confession musulmane

    ridiculise Finkielkraut en direct

     sur France 2 :

    Une professeure de confession musulmane  ridiculise Finkielkraut en direct   sur France 2 :

     " Bravo Madame, je vous ai vu et entendu hier soir, vous avez été formidable, sachez que je suis comme vous et avec vous, contre tous les racismes et notamment celui qui est le plus attaqué, d'après le ministre de l'Intérieur les actes anti musulmans ont augmenté de 223 % en France en 2015, ceux qui ont voulu une guerre civile ont toujours perdu, les terroristes de l'OAS en ont su quelque chose"                                                               

    Michel Dandelot

     

    Pour le bien de la France

    Taisez-vous Finkielkraut !!!

    Dans le débat soporifique entre Daniel Cohn-Bendit et Alain Finkielkraut diffusé hier sur France 2 dans l’émission « Des paroles et des actes », le moment le plus intéressant a été sans conteste l’intervention de Wiam Berhouma, une professeure d’anglais de confession musulmane (présentée ainsi par Pujadas), qui a littéralement ridiculisé Alain Finkielkraut. Conviée initialement pour « échanger » avec l’extrémiste Finkielkraut, Wiam Berhouma a parfaitement compris que cet échange n’en serait pas un, dans la mesure où ce plumitif islamophobe est un habitué des plateaux télés et de ses codes, pouvant s’exprimer quand il le souhaite et bénéficiant d’un temps de parole nettement supérieur aux autres intervenants, lesquels sont invités par France 2 dans le but unique de servir de faire-valoir.

    Wiam Berhouma a donc préféré placer son propre propos en rappelant quelques vérités sur ce représentant intégriste de la pensée dominante. Dans un discours bien construit et avec un grand calme, elle a souligné l’influence néfaste de ce pseudo-intellectuel qui contribue en permanence par sa présence dans les médias à banaliser le racisme anti musulman. Elle a terminé cette intervention percutante en invitant le philosophe de comptoir, qui ne tenait plus sur sa chaise et tout tremblotant, à se taire: « Taisez-vous pour le plus grand grand bien de la France », lui a-t-elle asséné avec beaucoup d’aplomb devant un Pujadas gagné par un début de panique, qui a cherché à l’interrompre à plusieurs reprises.

    « Voilà 61 ans, les intellectuels s'élevaient contre la torture en Algérie commenté par Benjamin StoraA tous les internautes de ce blog et vous êtes plus de 500 chaque jour je voulais vous dire que cet article n'a rien à voir avec ce qui vous pouvez lire habituellement... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :