• Vague de solidarité avec Benjamin Stora, historien spécialiste de l'Algérie

    Plus de 400 intellectuels français ont signé une pétition de soutien pour le chercheur et historien Benjamin Stora, spécialiste de l’Algérie, suite à une attaque virulente et « antisémite » du magazine de l’extrême droite, « Valeurs actuelles ».

    L’historien, devenu une référence internationale reconnue par ses paires, s’est attiré les foudres de l’hebdomadaire ultraconservateur, connu pour ses sorties sulfureuses. L'auteur de l’article en question est allé jusqu’à attaquer l’historien sur son physique. « Gonflé, au risque d’exploser, de cette mauvaise graisse ayant prospéré à proportion de la vanité qui n’a cessé de croître en lui à mesure que s’élevait son statut social ». « L’homme n’a pas seulement fait du gras, il a enflé », « un poussah pontifiant », sont entre autres, les termes utilisés par l’auteur du papier qui a provoqué une consternation générale dans les milieux intellectuels français.

    Les réactions d’un grand nombre d’intellectuels ne se sont pas fait attendre. Dans une tribune de soutien à M.Stora, quelque 400 écrivains, chercheurs et autres intellectuels dont Marc Abélès, Christian Baudelot, Luc Boltanski, Hervé Le Bras, François Dubet, Maurice Godelier, Thomas Piketty, Pierre Rosanvallon, Catherine Clément, Jean-Pierre Filiu et autres tiennent « à exprimer collectivement leur indignation face à l’attaque qui vous (Benjamin Stora, NDLR) frappe ».

    De « l’inconscience à ciel ouvert »

     

    Réagissant à l’attaque, Benjamin Stora estime que « c’est de l’inconscient à ciel ouvert, on est dans la caricature classique du juif capitaliste à gros cigare. Je serais celui qui a fait carrière dans l’obscurité, qui ne peut pas comprendre l’identité française », a-t-il déclaré au journal le Monde.

    « Ma prise de poids, notion qui revient à trois reprises dans l’article, s’explique non par les épreuves traversées dans ma vie (la perte de ma fille victime d’un cancer, mes crises cardiaques, ou les violentes agressions venant du monde intégriste dans les années 1990), mais par ma progression dans les couloirs du pouvoir. Cette obsession sur mon poids suggère l’expression d’un enrichissement, qui peut également se lire dans la presse antisémite, appliquée par exemple à Adolphe Crémieux ou Léon Blum », a-t-il ajouté.

    À noter que Benjamin Stora, juif natif de la ville de Constantine, est l’auteur de plusieurs livres et de travaux scientifiques sur l’histoire de la Guerre d’Algérie. Il jouit d’une grande reconnaissance parmi ses paires. Ces travaux scientifiques sont une référence dans son domaine.

    Vague de solidarité avec Benjamin Stora, historien spécialiste de l'Algérie

    L'historien français Benjamin Stora est revenu sur la colonisation de l'Algérie par la France, qu'il qualifie de « terrifiante et très meurtrière » ; raison pour laquelle elle est longtemps restée « taboue ».

    Dans un entretien publié par le magazine d'actualité hebdomadaire français « L’Obs », l’historien Benjamin Stora, spécialiste du Maghreb contemporain et président du Musée de l’histoire de l’immigration, est revenu sur la conquête de l’Algérie par la France.

    Auteur d'une cinquantaine d’ouvrages, dont « La Guerre d'Algérie vue par les Algériens », Stora pense que le sujet de l'Algérie française est longtemps resté tabou. À ce titre, il affirme que « le silence sur la guerre a été levé tardivement, il y a une quinzaine d’années. Mais c’est comme si la production sur le conflit, devenue abondante, avait fait écran. Comme si elle nous avait empêchés d’aller plus en amont. Comme si l’histoire de l'Algérie française se limitait à celle de la guerre ». Et d'ajouter : « on ne peut pas raconter l’histoire par la fin ».

    Conquête de l'Algérie par la France :

     « Terrifiante et meurtrière »

     

    Interrogé sur l’impact de la période de la conquête coloniale de l'Algérie, l'historien Benjamin Stora a révélé que cette période a été « terrifiante et meurtrière » pour les Algériens.

     « Démarrée avec la prise de la régence d’Alger en juillet 1830, [la conquête de l'Algérie] a duré jusqu’en 1871, avec la répression de la révolte des Mokrani, en Grande Kabylie, et même jusqu’en 1902, dans ses frontières, avec la création des Territoires du Sud. Plus d’un demi-siècle, trois générations. C’est aussi pour cela qu’elle est tue », a-t-il souligné.

    Benjamin Stora pense ainsi que « la conquête détruit l’image d’une installation acceptée, d’une cohabitation "pacifique" ». À ce propos, il a indiqué que les historiens considèrent, qu’entre les combats, les famines et les épidémies, « plusieurs centaines de milliers d’Algériens sont morts ». Selon lui, « la population musulmane, estimée à 2,3 millions en 1856, est tombée à 2,1 millions en 1872 ».

     

    SOURCE : https://www.observalgerie.com/politique/france-vague-de-solidarite-avec-benjamin-stora-historien-specialiste-de-lalgerie/

     

    « LE VIVRE-ENSEMBLE EN DANGER QUE CACHE LE DÉBAT SUR LE VOILE ?"Le gouvernement Macron n'a que mépris pour le peuple !‼" »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    2
    Lundi 25 Novembre à 10:48
    Germanicus
    En fait Benjamin Stora définit exactement ce qu’a été la guerre d’Algerie et c’est ce qui met en rage Valeurs actuelles et l’extrême-droite : il n’y a que la vérité qui fâche!
    1
    Dimanche 24 Novembre à 09:17

    La guerre d'Algérie, à laquelle ont participé de nombreux appelés du contingent qui on eu le malheur d'avoir 20 ans entre 1954 et 1956, est un épisode du colonialisme entrepris avec la conquête de la Régence à partir du débarquement de Sidi Ferruch en juin 1830 et de la prise d'Alger le 5 juillet de la même année. Cette guerre que les Algériens qualifient de guerre d'indépendance, est forcément présente dans les esprits de ceux qui y ont participé, c'est que certains d'entre eux sont encore en vie et le souvenir qu'ils en ont gardé n'a rien d'exaltant !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :