• Vente de la maison de Jean Moulin à Béziers : la justice donne raison à la mairie *** L'association des Amis de maison de Jean Moulin devrait faire appel

    Vente de la maison de Jean Moulin

    à Béziers : la justice donne raison

     à la mairie

    Vente de la maison de Jean Moulin  à Béziers : la justice donne raison à la mairie

    L'association des Amis de maison de Jean Moulin est déboutée.

    PIERRE SALIBA

     

    Le tribunal administratif de Montpellier vient de débouter, ce jeudi 21 septembre, l'association biterroise les Amis de la maison de Jean Moulin. 

    Quinze jours après l'audience au tribunal administratif de Montpellier dans l'affaire opposant la Ville de Béziers et l'association les Amis de la maison de Jean Moulin, autour de la vente d'une partie de l'immeuble où est né le héros de la Résistance, l'affaire est désormais tranchée. La juridiction a en effet décidé de suivre la requête du rapporteur public donnant gain de cause à la municipalité. 

    La cession de la maison en question

    Les juges se sont prononcés sur le fond du dilemme. Pour mémoire, il a démarré lors du conseil municipal du 15 décembre 2015. Après des débats houleux, les élus avaient voté à la majorité la cession, sauf une partie du rez-de-chaussée, de la maison au promoteur immobilier de la société A & F Promotion des frères Arikan pour 600 000 €. A charge pour eux de réhabiliter le bâtiment et de créer un musée au troisième étage, dans l'appartement de la famille Moulin, et ensuite, de le rétrocéder à la municipalité. Cette opération s'appelle une dation. Qui, selon les Amis de la maison de Jean Moulin ne respecterait pas la législation sur les marchés publics.

    L'association devra verser 1 500 € à la Ville

    La décision stipule que "la requête de l'association les Amis de la maison de Jean Moulin est rejetée. Et que l'association devra "verser la somme de 1 500 euros à la commune de Béziers au titre de l'article L.761-1 du code de justice administrative.

    Robert Ménard : "C'est un procès politique qui a été fait

     à la mairie"

    Robert Ménard, le maire FN de la Ville de Béziers, se dit "satisfait de cette décision. Cela veut dire que les reproches qui étaient fait par l'association sont erronées sur le fond. Ses membres ont déclaré que nous allions tout transformer. Tout cela est faux. On garde tout ce que l'on peut garder du lieu. C'est un procès politique qui est fait à la municipalité. Le souci est que l'association retarde le projet. Et si elle fait appel de la décision, cela voudra dire que ses membres sont bien décidés à ce que l'on ne rende pas hommage comme on devrait le faire à Jean Moulin". Et de reprendre : " Tout est prêt. Le travail des architectes a été fait. Cela est passé devant la commission des Monuments historiques. La façade est protégée, j'en suis ravi, le toit est  protégé, j'en suis ravi. Jean Moulin n'appartient à personne. Il appartient d'abord à la France puis à Béziers puisqu'il est né ici".

    L'association devrait faire appel

    Olivier Guiraud, le président des Amis de la maison de Jean Moulin confiait à chaud : "On s'oriente vraissemblablement vers un appel de la décision. Mais je ne suis pas tout seul à décider. Nous allons nous réunir pour la suite à donner à ce dossier. Le plus important pour nous est que l'appartement soit aujourd'hui classé aux Monuments historiques pour que l'on n'y touche pas".

    SOURCE : http://www.midilibre.fr/2017/09/21/vente-de-la-maison-de-jean-moulin-a-beziers-la-justice-donne-raison-a-la-mairie,1564157.php 

     

    Vente de la maison de Jean Moulin  à Béziers : la justice donne raison à la mairie *** L'association devrait faire appel

    Les révisionnistes avec leur chef Ménard veulent effacer les traces de la Résistance face à la barbarie des nazis

    La Justice devait se prononcer 

    sur des recours  

    contre la municipalité

     de Béziers 

    Béziers : la vente de la maison natale  de Jean Moulin devant la justice

    Béziers : la vente de la maison natale

     de Jean Moulin devant la justice

    Béziers : la vente de la maison natale  de Jean Moulin devant la justice

    L'affaire a été jugée sur le fond le jeudi 7 septembre 2017, devant le tribunal administratif. Une association avait déposé un recours pour s'opposer à la vente par la Ville de la maison du héros de la Résistance.

    Le 15 mars dernier, la commission régionale du patrimoine et des sites a proposé l'inscription au titre des Monuments historiques de l'appartement où est né Jean Moulin, au 6, de la rue d'Alsace. La demande avait été faite par l'association Les Amis de la maison de Jean Moulin, présidée par Olivier Guiraud, ancien avocat biterrois et conseiller municipal sous l'ère Raymond Couderc, aujourd'hui magistrat à Bourges.

    Législation sur les marchés publics

    C'est cette même association qui a déposé un recours, devant le tribunal administratif de Montpellier, pour s'opposer à la vente par la Ville de la maison du héros de la Résistance à la société A & F Promotion des frères Arikan. Elle a été, dans un premier temps, déboutée, par ce même tribunal, pour le sursis à exécution de la délibération du conseil municipal. Les juges avaient estimé qu'il n'y avait pas d'urgence. Le 7 septembre, ils se sont prononcer sur le fond de l'affaire. Nous attendons le délibéré.

    Elle a démarré lors du conseil municipal du 15 décembre 2015. Après des débats houleux, les élus ont voté à la majorité la cession, sauf une partie du rez-de-chaussée, de l'immeuble aux promoteurs pour la somme de 600 000 €. À charge pour eux de réhabiliter le bâtiment et de créer un musée au troisième étage, dans l'appartement de la famille Moulin, puis de le rétrocéder à la Ville. Cela s'appelle une dation.

    Et selon l'association des Amis de la maison de Jean Moulin, cela ne respecte pas la législation sur les marchés publics. En vendant directement à A & F Promotion, également chargée de la réhabilitation avant la rétrocession, la Ville s'exempterait de passer par des appels d'offres.

    Protection du patrimoine

    Au-delà, Olivier Guiraud et les adhérents, veulent surtout préserver ce patrimoine. En mars dernier, il avait d'ailleurs déclaré à Midi Libre : “Il n'y a qu'une maison Jean Moulin, et elle est à Béziers. Le maire dit qu'ils vont garder tout ce qu'ils peuvent, mais ils vont tout casser, même les cheminées, et mettre du GerflexR et des panneaux de bois. Je sais bien que les meubles de cuisine ont changé, ainsi que la salle de bain. Mais les gens veulent voir les mêmes poignées de portes que Jean Moulin, les mêmes plafonds, les mêmes cheminées, le même carrelage. Personne ne viendra voir un appartement refait à neuf.”

    Le président des Amis de la maison de Jean Moulin a, en ligne de mire, le label Maisons des Illustres, créé par le ministère de la Culture et de la Communication. Toutes conservent et transmettent la mémoire de femmes et d'hommes qui les ont habitées et se sont illustrés dans l'histoire politique, sociale et culturelle de la France.

    La position de Robert Ménard est “qu'il faut protéger évidemment l'appartement qui a été celui de la famille de Jean Moulin. C'est bien pour ça que l'on souhaite en faire un lieu de mémoire et qu'on le respectera tel qu'il est. Je sais que l'association qui est à la base de cette démarche n'a aucun souci du lieu. S'ils avaient eu des soucis il fallait s'en occuper avant que nous soyons à la mairie. Ils ne s'en sont jamais occupés. Aujourd'hui, c'est une démarche plus politique que pratimoniale.”

    Raymond Couderc, dans son livre Béziers toujours, paru aux Éditions du Mont, rappelle, lui : “Avant 2011, l'immeuble était habité et pas à vendre (...) j'ai proposé au conseil municipal de préempter en 2011 afin d'en faire un lieu de mémoire et de pédagogie.” Une exposition avait été présentée par Jean Sagnes et Alain d'Amato. Parallèlement, un groupe de réflexion a été constitué avec la Région, le Département, l'Agglo et la Ville, et une démarche engagée en direction de la Fondation du Patrimoine pour la prise en charge financière des travaux à venir.

    SOURCE : http://www.midilibre.fr/2017/09/06/beziers-la-vente-de-la-maison-natale-de-jean-moulin-devant-la-justice,1556764.php#xtor=RSS-5 

    La maison natale de Jean Moulin à Béziers protégée au titre des monuments historiques

    La commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) a proposé ce jour l'inscription au titre des monuments historiques de l'appartement où naquit et vécut Jean Moulin, ainsi que les façades et toitures de l'immeuble.

    À la demande de l'association "Les amis de la maison de Jean Moulin", un dossier de protection a été établi par les services de la direction régionale des affaires culturelles et présenté aux membres de la CRPS, présidée par le préfet de région, réunie aujourd'hui à la Drac Occitanie, en présence de représentants de la ville de Béziers, propriétaire de l'immeuble.

    Jean Moulin est né à Béziers, le 20 juin 1899, dans l’appartement de ses parents, au 3e étage de l’immeuble sis au 6, de la rue d’Alsace, à proximité de l’ancien Champ de Mars, dans le faubourg est de la ville.

    Après débat, la commission a fait valoir l'importance nationale du caractère mémoriel de ce lieu qui va bien au-delà des critères d'art et d'architecture habituellement retenus.

    Cette protection viendra compléter la liste des lieux de mémoire autour de Jean Moulin : le Pavillon de la conciergerie de l'Hôtel-Dieu à Chartres (Eure-et-Loir), lieu de sa première arrestation en 1940, et la Maison du Dr Dugoujon à Caluire-et-Cuire (Rhône), lieu de son ultime martyre en 1943.

    Béziers : la vente de la maison natale  de Jean Moulin devant la justice

     

    Plaque commémorative Yvon Comte, Drac Occitanie

    La commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS), présidée par le préfet de région, est composée de représentants d'associations patrimoniales ou de fondations, d'élus, de personnalités qualifiées et de membres de l'administration.

    SOURCE : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Occitanie/Actualites/Actualite-a-la-une/La-maison-natale-de-Jean-Moulin-a-Beziers-protegee 

    Ménard le révisionniste c'est aussi cela, souvenons-nous...

    Béziers : la vente de la maison natale  de Jean Moulin devant la justice

    BEZIERS : 

     LA MÉMOIRE

    PROFANÉE 

     DE JEAN MOULIN 

    20 janvier 2015.  

    Comme s’il brisait de ses mains la plaque apposée sur la maison qui vit naître Jean Moulin le 20 juin 1899 au 6 de la rue d’Alsace à Béziers, Robert Ménard a osé assimiler Hélie Denoix de Saint Marc à cette grande figure de la République française, ce héros national, panthéonisé, érigé en exemple par les défenseurs des principes et valeurs démocratiques.  

    C’est dans la dernière édition (numéro 5/janvier 2015) du Journal de Béziers - dont il est le directeur de publication - qu’il l’a fait, à la fin d’un article de deux pages consacré au projet de la municipalité de débaptiser la rue du 19 mars 1962 en vue de lui substituer le nom de l’officier putschiste, tristement célèbre.  

    Et c’est en ces termes qu’il a établi le rapprochement : « Que la ville de Jean Moulin honore la mémoire de cet éternel résistant, quoi de plus logique ? »  

    Il s’agit là d’une atteinte caractérisée à la mémoire de la personnalité de la Résistance la plus connue en France, son incarnation même aux côtés d’autres personnages tels que le général de Gaulle, Germaine Tillion ou Raymond Aubrac : le procureur de la République de Béziers aurait la faculté de se saisir de ce délit de presse, mais les institutions d’anciens combattants, le Cercle Jean Moulin et l’Association du corps préfectoral et des hauts fonctionnaires du ministère de l'intérieur peuvent intervenir dans le même sens auprès du tribunal de grande instance.  

    Mettre sur le même plan Jean Moulin et Hélie Denoix de Saint Marc relève du révisionnisme. C’est l’expression à la fois la plus indigne et la plus belliqueuse de cette même idéologie qui tend à la réhabilitation de Vichy, engendre le communautarisme, incite à la haine et propage des théories conspirationnistes et falsificatrices.  

    Le temps n’est plus à la constatation hébétée ni à la vaine dénonciation des dérives, transgressions et provocations du nouveau maire de Béziers : l’actualité souligne l’importance qui s’attache à ce que les cours et tribunaux mettent Robert Ménard hors d’état de nuire davantage à une concorde citoyenne dont la fragilité est patente tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de sa commune !  

    Jean-François Gavoury  

    Président de l’Association nationale  

    pour la protection de la mémoire  

    des victimes de l’OAS (ANPROMEVO)  

     

    Béziers : la vente de la maison natale  de Jean Moulin devant la justice

    Extrait du discours d'André Malraux, en hommage

     à Jean Moulin lors du transfert des cendres de ce dernier

     au Panthéon le 19 décembre 1964

    « Salies-du-Salat (Haute-Garonne) Une place pour honorer la fin de la guerre d'AlgérieERIC ZEMMOUR GIFLÉ PAR BENJAMIN STORA »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter