• Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    L'initiative. L’histoire ravivée des petits visiteurs algériens

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Francis Renaud rêve de retisser des liens avec les petits visiteurs algériens. | Ouest-France

    http://www.ouest-france.fr/linitiative-lhistoire-ravivee-des-petits-visiteurs-algeriens-3061110

    Ils ont été accueillis en pleine guerre d’indépendance près de Nantes. On s’en souvient comme si c’était hier. Des deux côtés de la Méditerranée, on veut renouer les liens.

    « Pour les petits musulmans de Masqueray, la France… c’est Vertou ». Le titre d’un article paru dans Ouest-France du 11 août 1960. La coupure est jaunie. Trente-quatre garçons et seize filles venus de ce coin reculé à 200 km au sud d’Alger avaient été accueillis, six semaines durant, dans l’école privée de cette commune du Sud-Loire. Masqueray a changé de nom. Dans l’Algérie d’aujourd’hui, elle s’appelle Djouab.

    Un projet culotté

    À l’origine de cette histoire, on trouve René Noury. Cet Angevin, aujourd’hui décédé, a échafaudé ce projet un peu culotté pour l’époque. À Vertou comme ailleurs, des fils, des frères sont mobilisés en Algérie. En 1958, à l’heure d’être démobilisé, Noury a choisi de rester à Masqueray pour continuer à faire l’école. Il rêve de donner de l’air à des gamins englués dans une atmosphère de guerre. Alors il demande à son copain de régiment Francis Renaud, un gars de Vertou, de trouver des familles d’accueil…

    Un couple au cœur de l'histoire

    Cinquante-cinq ans après, bien des gens n’ont pas oublié ces petits Algériens venus à cause de la guerre. Michel et Madeleine Leduc tout particulièrement. Ils leur doivent… leur rencontre et leur mariage. Lui, instituteur à Saint-Lumine-de-Clisson, s’était transformé en moniteur. Elle, sœur de Francis, était au nombre des bénévoles pour accueillir les petits.

    Un projet à soutenir

    Cinquante-cinq ans après, le voyage des petits Algériens à Vertou est devenu une sorte de mythe transmis de génération en génération à Djouab. Et on rêve de retisser les liens. Comment ? Avec qui ? Pourquoi ? Francis Renaud s’est tourné vers l’association Anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre, qui recueille des témoignages d’anciens appelés et soutient des projets.

    article Ouest-France, édition Nantes du 18 décembre 2014Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Un homme exceptionnel


    A l'origine de cette histoire on trouve René Noury. Cet Angevin aujourd'hui décédé a échafaudé ce projet un peu culotté pour l'époque. A Vertou comme ailleurs, des fils, des frères sont mobilisés en Algérie. En 1958, à l'heure d'être démobilisé, Noury a choisi de rester à Masqueray pour continuer à faire l'école. Il rêve de donner de l'air à des gamins englués dans une atmosphère de guerre. Alors il demande à son copain de régiment Francis Renaud un gars de Vernou de trouver des familles d'accueil.

    "René c'était un humaniste, un homme exceptionnel", raconte Francis Renaud qui va se démener. Premier voyage en 1959. Dix-sept gamins de 7 à 13 ans vont débarquer dans les familles de la commune. Des paires d'yeux ébahis découvrent ce que l'on appelle encore la mère patrie, un autre monde, loin du quotidien du bled. " Il a fallu d'abord leur trouver des vêtements un peu confortables ", se souvient Francis Renaud.

    Jeux, balades sur les bords de Loire ou à la mer, goûters mémorables. Six semaines plus tard les potes algériens repartent la tête bourrée de souvenirs merveilleux. L'année suivante, ils sont trop nombreux pour être répartis dans les familles.

    Une colonie est organisée dans l'école privée. René Noury finira pas revenir en France.

    Une histoire sans suite ? Des années durant, des enfants vont expédier des lettres à Vertou et, tous les ans, Francis Renaud recevra... un paquet de dattes de Noël. Un geste Belcacem, gamin accueilli par sa famille. Et puis, Belcacem l'invite à venir en Algérie.

    Le pas est franchi en 2012. L'ancien bidasse fait le voyage avec l'un de ses fils. Son hôte l'emmène d'abord aux portes du désert avant de pouvoir mettre le cap sur Djouab. L'une des familles de Vertou lui a donné mission d'y apporter des friandises.

    La bourgade a beaucoup changé mais l'accueil est incroyable. "Une rencontre s'est improvisée. Ils étaient cinq ou six concernés par l'histoire, mais tellement enthousiastes. Ils veulent qu'on renoue les liens... "

    Cinquante-cins ans

    après, bien des gens n'ont pas oublié ces petits venus à cause de la guerre. Michel et Madeleine Leduc tout particulièrement. Ils leur doivent... leur rencontre et leur mariage. Lui, instituteur à Saint-Laurent-de-Clisso, s'était transformé en moniteur. Elle, soeur de Francis, était au nombre des bénévoles.

    Comment renouer les liens et dialogues

    Cinquante-cinq après, le voyage des petits Algériens à Vertou est devenu une sorte de mythe transmis de génération en génération à Djouab. Un moment de bonheur pieusement conservé. Dans la commune algérienne de 10 000 habitants et celle de vignobles, le double en taille, des personnes rêvent de retisser les liens. Comment ? Avec qui ? Pourquoi ? Rien n'est facile dans un monde troublé. Francis Renaud s'est tourné vers l' association 4ACG (Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis contre la guerre), qui recueille des témoignages d'anciens appelés et soutient des projets. Une piste parmi d'autres : le témoignage de Francis Renaud est en quelque sorte une forme d'appel aux bonnes idées...

    Thierry BALLU

    Quelques photos de Masqueray (Algérie française)

    ou de Djouab (Aujourd'hui)

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'AlgérieVoici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

    Et, bien sûr... VERTOU (France) vue du ciel...

    Voici un belle histoire qui s'est passée pendant la "sale" guerre d'Algérie

     

    « "Déporter 5 millions de musulmans": les propos de Zemmour dénoncés sévèrement par Bernard Cazeneuve, par plusieurs personnalités et un nombre considérables d'internautes sur Twitter *Le 5 décembre 2014, l’UNC ré-écrit l’Histoire « Quelle conception de l’histoire de la Guerre d’Algérie !!! » Un article d’Henri POUILLOT *** MISE A JOUR »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :