• Voulgézac (Charente) : Un nouveau monument de commémoration

    Voulgézac (Charente)

    Un nouveau monument

    de commémoration


    Un nouveau monument de commémoration Thierry Moteau et André Roux ont dévoilé la stèle et sa plaque.© Photo D. L.


    Scellée sur une stèle en pierre blanche, une plaque de marbre noir. Y ont été gravées trois dates, celles des cessez-le-feu des trois derniers conflits du XXe siècle : 11 novembre 1918, 8 mai 1945 et 19 mars 1962.

    Érigée aux abords de l'ancien lavoir communal et à deux pas de la mairie de Voulgézac, cette stèle du souvenir a été inaugurée samedi dernier sur une placette désormais baptisée « Espace des anciens combattants ». La cérémonie a été pilotée de main de maître par le comité FNACA (Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie) de Blanzac-Porcheresse et son président, André Roux.

    Un lourd tribut

    Ce dernier a dévoilé la stèle avec Thierry Moteau, le maire de Voulgézac. Une cinquantaine de porte-drapeaux de toute la Charente et une centaine de personnes ont assisté à la cérémonie. Parmi elles, de nombreuses personnalités et élus des anciens et nouveaux cantons.

    « L'avenir ne peut pas se concevoir si les leçons du passé sont oubliées. C'est en s'appuyant sur ce constat que le Conseil municipal de Voulgézac a accepté d'ériger cette stèle notamment à la demande d'un de nos membres et habitant de Voulgézac, Claude Mandin », a rappelé André Roux. Voulgézac a payé un lourd tribut lors des trois conflits. Y compris pendant la guerre d'Algérie. Deux enfants de la commune sont tombés de l'autre côté de la Méditerranée : le sergent-chef Gustave Vilain mort en 1957 à 22 ans et Yves Soutenain mort un an plus tard à 21 ans.

    « Cette stèle, ajoute André Roux, permettra aux habitants, passants et surtout aux plus jeunes d'avoir une pensée pour ces soldats morts et pour tous les autres anciens combattants. » « Ne laissons pas l'oubli s'installer », a répété Thierry Moteau. François Lepetit a terminé son allocution sur deux citations. L'une d'André Malraux : «Pour changer un peuple, il suffit de changer la mémoire ». L'autre d'Antoine de Saint-Exupéry : « Un peuple qui oublie son histoire est condamné à la subir ». Après la sonnerie aux morts, une minute de silence, la « Marseillaise » et le « Chant des Partisans », le président départemental de la FNACA, François Lepetit, a remis à Thierry Moteau la médaille souvenir du 50e anniversaire du cessez-le-feu de la guerre d'Algérie.

    Delphine Lamy

    SOURCE : http://www.sudouest.fr/2015/06/09/un-nouveau-monument-de-commemoration-1945278-1171.php

    « Interdiction d’un rassemblement de nostalgiques de l’ « Algérie française » *** MISE A JOUR : 9 JUIN A 8 H 50St-Fons : Les anciens de la guerre d'Algérie visés par des jets de pierre * Bizarre !!! qui est ce témoin ??? qui a dit : On les entendait crier : on va faire Charlie Hebdo sales Français de merde »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :