• Y a-t-il trop de cérémonies de commémoration ? Malgré un sondage défavorable Noyon a choisi d’en regrouper la moitié

     Y a-t-il trop de cérémonies de commémoration ? Malgré un sondage défavorable Noyon a choisi d’en regrouper la moitié

    8 Mai, 11 Novembre, 18 Juin... Les responsables du Souvenir français et de l'UMRAC de Noyon entament des discussions entre les anciens combattants pour réduire le nombre de cérémonies de commémoration. 
    Leur souhait serait de passer à cinq dans l'année.

    Et vous, soutenez-vous cette idée ? 

    Sondage

    Souhaitez-vous la réduction du nombre de cérémonies de commémoration ?

    • Non, je suis farouchement contre (43%, 147 Votes)
    • Oui, franchement (33%, 112 Votes)
    • Non, ça ne s'impose pas (15%, 52 Votes)
    • Oui, éventuellement (9%, 27 Votes)

    Total Votes: 338   

    A quoi a servi votre sondage puisque vous n’en avez pas tenu compte ?

    Dix journées nationales annuelles ont été instituées

     par des textes législatifs ou réglementaires :

     

    - La journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, le 19 mars

    - La journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation, le dernier dimanche d'avril

    - La commémoration de la victoire du 8 mai 1945, le 8 mai

    - La fête nationale de Jeanne d'Arc et du patriotisme, le 2ème dimanche de mai

    - La journée nationale d'hommage aux "morts pour la France" en Indochine, le 8 juin

    - La journée nationale commémorative de l'appel du général de Gaulle, le 18 juin 1940, à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l'ennemi, le 18 juin

    - La journée nationale à la mémoire victimes des crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage aux "Justes" de France, le 16 juillet si c'est un dimanche, ou le dimanche qui suit

    - La journée nationale d'hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives, le 25 septembre

    - La commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918 et l'hommage rendu à tous les morts pour la France, le 11 novembre

    - La journée nationale d'hommage aux morts de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, le 5 décembre

    S’y ajoute une onzième cérémonie en hommage à Jean Moulin, qui se déroule à Paris, au Panthéon, le 17 juin, jour anniversaire de l'acte considéré comme son premier acte de résistance. L’organisation de cette cérémonie répond à un usage et non à un texte législatif ou règlementaire.

    Article contradictoire par rapport

     au sondage

    Je remarque que le 19 mars a été occulté ?

    Et la FNACA locale qu’en dit-elle ?

      

    Y a-t-il trop de cérémonies de commémoration ? Malgré un sondage défavorable Noyon a choisi d’en regrouper la moitié

    http://www.courrier-picard.fr/region/les-patriotes-veulent-moins-de-ceremonies-ia192b0n99798 

    Les patriotes veulent moins de cérémonies

    | NOYON |

    A Noyon (Oise), plusieurs cérémonies sont désormais greffées aux principales dates, qui seront maintenues. Une « mutualisation » à l’effet positif : les participants sont plus nombreux.

     Les présidents du Souvenir français et de l’UMRAC lancent des discussions pour passer d’une douzaine à cinq commémorations.

     «Vous voulez une liste de toutes les commémorations possibles ? Il faudrait trois pages ! » Le Noyonnais Eugène Bost, ancien du 16e Régiment de dragons, ne manie pas la langue de bois. Surtout pas à l’approche du 8 juin, traditionnellement la date de l’hommage aux morts de la guerre d’Indochine : samedi, Noyon n’accueillera pas de cérémonie.

    « C’est la première fois, reconnaît l’octogénaire, président de la section locale de l’UMRAC. Mais avant, j’ai négocié avec les anciens. »

    Une décision finalement logique : l’Amicale des anciens de l’Indochine s’est éteinte en début d’année, faute d’un nombre suffisant d’adhérents.

    L’exemple illustre à merveille le projet partagé entre le Souvenir français et l’UMRAC : passer de la douzaine de cérémonies actuelles à cinq.

    « Elles sont reportées, pas supprimées »

     Seules les commémorations des 8 mai, 18 juin, 14 juillet, du premier dimanche de septembre (jour de la libération de Noyon, en 1944) et du 11 novembre seraient maintenues. « Elles n’en auraient que plus d’impact auprès de la population, car la symbolique serait renforcée, argumente Henri Germain, le président de la section Compiègne-Noyon du Souvenir français. Il y a en effet de moins en moins de monde aux cérémonies, alors que nous sommes là pour défendre la mémoire, notamment auprès des jeunes. »

    Le rassemblement du 5 décembre, journée nationale d’hommage aux morts d’Afrique du Nord, pourrait s’effacer à son tour, cette année, à Noyon. « Là, c’est dans le cadre du débat national de tout reporter au 11 novembre », précise Eugène Bost.

    La justification n’a pas seulement trait à l’impact : les porte-drapeaux viennent à manquer à l’appel. L’engagement l’an passé d’un adolescent de 15 ans, Benjamin Naveau, auprès du Souvenir français, ne suffit pas à masquer la réalité. « À l’association, nous sommes trois ou quatre à vraiment nous déplacer », témoigne Alain Champion, président de la 157e section des médaillés militaires de Noyon. « Des drapeaux du Souvenir français, souvent, il y en a six ou sept », renchérit Henri Germain.

    Voilà pourquoi ces responsables d’associations patriotiques ont entamé des pourparlers avec la municipalité, qu’ils rencontrent « trois à quatre fois » dans l’année. Tout en prenant garde à ne pas froisser de susceptibilités parmi les adhérents : « Certains ne veulent pas que l’on regroupe, et je les comprends. C’est avant tout un travail de concertation, plaide ce bénévole du Souvenir français. Le but est de se réunir, que chacun dise ce qu’il pense, et que l’on en sorte une synthèse. »

    Qu’en dit la Ville ? L’adjoint en charge des associations patriotiques, Patrick Durvicq, confirme s’être engagé dans une réflexion avec celles-ci. Tout en précisant un point : « Certaines cérémonies sont reportées, pas supprimées ». Exemples ? L’hommage aux déportés du 28 avril, déplacé au 8 mai, et celui aux morts d’Indochine, qui aura désormais lieu le 11 novembre. « Nous avons pour l’instant travaillé sur ces deux événements-là. Le but est qu’ils retrouvent de l’éclat », confie l’élu. Un dernier détail est bien dans l’air du temps : jusque-là organisées par la Ville après chaque cérémonie du souvenir, les réceptions à l’hôtel de ville ont été supprimées cette année.


    STÉPHANE LE BARBER

    Décision finale : le sondage n’a pas été respecté : 

      

    http://www.courrier-picard.fr/region/noyon-des-commemorations-regroupees-sur-une-meme-date-ia192b0n395913 

    NOYON

     Des commémorations regroupées

     sur une même date

    Y a-t-il trop de cérémonies de commémoration ? Malgré un sondage défavorable Noyon a choisi d’en regrouper la moitié

     

    Eugène Bost, président de la section UMRAC de Noyon.

     

    Les associations patriotiques de Noyon sont tombées d’accord. À l’issue de réunions, menées par Patrick Durvicq, conseiller municipal délégué aux anciens combattants, un nouveau calendrier des commémorations a été arrêté. Entamé l’an passé, le projet de diminuer le nombre de rassemblements se concrétise. Sur le terrain, cela se voit déjà : le 8-Mai dernier, le regroupement des cérémonies, souhaité par les Anciens combattants et les membres du Souvenir français, a été concrétisé pour la seconde fois.

    « On s’entend tous bien, chacun y a mis du sien ! lance Engène Bost, président de la section UMRAC de Noyon. Désormais, le 8-Mai, en même temps que la guerre 39-45, nous célébrerons le Souvenir des victimes de la déportation (commémoré le dernier dimanche d’avril), ainsi que l’hommage rendu aux morts en Indochine (le 6 juin). » La raison de ce regroupement est simple. « C’est d’abord pour mobiliser davantage de participants », rapporte Eugène Bost. Et de citer l’exemple de l’hommage aux morts en Indochine : « Il n’y avait personne. »

    L’hommage aux Morts d’Algérie déplacé le 11-Novembre

    Autre avantage à regrouper sur la date du 8-Mai : un devoir de mémoire facilité. « En rendant hommage aux disparus ce jour-là, on sensibilise les participants et surtout les jeunes. Le 8-Mai, pour rendre hommage aux victimes de la déportation, des enfants ont lu la lettre d’un enfant déporté », détaille Eugène Bost. Et d’insister  : C’est de cette façon qu’on perpétue le devoir de mémoire. Lorsque l’on mobilise les jeunes, on a tout gagné. »

    La célébration de l’armistice de la Grande guerre, le 11-Novembre, sera complétée par un hommage rendu aux soldats morts pour la France pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie. « Nous ne faisons pas de distinction : on honore la mémoire de tous nos soldats disparus. »

    L’autre grande date, immuable dans le calendrier, est le jour de Fête nationale, le 14-Juillet. « La commémoration a lieu le 13 juillet, en fin de journée, c’est la municipalité qui décide. Ce jour-là, nous nous rendrons au monument de la place des Régiments puis, au monument aux morts », poursuit le militaire à la retraite.

    D’autres dates restent figées dans le calendrier pour commémorer des événements liés à l’histoire locale. Comme la libération de la cité de Calvin, dans la nuit du 2 au 3 septembre 1944. « Cette année, nous commémorons la libération de Noyon, le 31 août. Parce que c’est un dimanche. On sait par expérience que nous mobilisons davantage de monde un dimanche, qu’en fin d’après-midi un jour de semaine. »

    Les commémorations de l’attaque du Maquis des usages à Crisolles le 23 juin 1944, ou de la rafle de Salency le 1er juillet 1944, resteront également célébrées aux dates anniversaires. Les faits qui marquent l’histoire locale sont uniques.

    *********************************************************************

    Y a-t-il trop de cérémonies de commémoration ? Malgré un sondage défavorable Noyon a choisi d’en regrouper la moitié

    Conclusions

    A Noyon… comme à Nice et son maire rebelle… ou

    Perpignan, comme dans une poignée 

    de municipalités baignant dans

    l’illégalité, choisissant l’occultation du 19 mars

    1962 et la loi du 6 décembre 2012… Il est grand

    temps que l’Etat sévisse en conséquence…

      

    RAPPELONS-NOUS

     DES COMMUNIQUES DE LA FNACA 

      

    Communiqué du Secrétariat national

    12 décembre 2012  

    Le secrétariat national de la FNACA, réuni à Paris, le 12 décembre 2012, se félicite de la promulgation de la Loi No 2012-1361 du 6 décembre 2012, qui fixe désormais au 19 mars, anniversaire du « Cessez-le-feu » en Algérie en 1962, la Journée Nationale du Souvenir et de Recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.

    Cette Loi de la République marque ainsi l’aboutissement de près de 50 années d’action inlassable de la Fédération spécifique des anciens combattants en Afrique du Nord, de ses 350 000 adhérents, soutenus par 20 904 conseils municipaux de France et par la majorité des assemblées départementales et régionales.

    Ainsi, les cérémonies du Souvenir qui auront lieu à Paris et dans toute la France, le mardi 19 mars 2013, à l’occasion du 51e anniversaire du « cessez-le-feu » officiel de 1962, se dérouleront, comme il se doit,  sous l’égide des autorités civiles et militaires.

     

    La FNACA appelle d’ores et déjà ses adhérents et responsables, les populations de nos villes et villages, à se mobiliser en Mémoire des 30 000 soldats, la plupart âgés de 20 ans, dont le destin s’est brutalement arrêté sur la terre d’Afrique du Nord, entre 1952 et 1962.

    Communiqué du 8 Novembre 2012 

    ENFIN ! L’histoire réhabilitée

    50 ans après le «Cessez-le-feu» officiel en Algérie, le 19 mars reconnu par le Parlement, comme Journée du Souvenir et du Recueillement, en mémoire des victimes civiles et militaires.

    Le 8 novembre 2012, le Sénat a adopté la proposition de loi, votée par l’Assemblée nationale, le 22 janvier 2002, relative à la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.  

    Plus de dix ans après son adoption par l’Assemblée nationale, il était urgent d’achever la reconnaissance des sacrifices consentis par tous ceux qui ont perdu la vie durant la guerre d’Algérie. Alors qu’il a fallu attendre la loi du 18 octobre 1999 pour reconnaître aux opérations militaires intervenues entre 1952 et 1962 en Algérie, en Tunisie et au Maroc le caractère de guerre, le 19 mars, date anniversaire du cessez-le-feu officiel, approuvé par 90,8% des Français par referendum du 8 avril 1962, s’impose désormais comme la seule date au caractère historique et symbolique pour honorer toutes les victimes du conflit.

    La FNACA, seule association spécifique de la guerre d’Algérie, à l’origine de cette demande de reconnaissance officielle depuis 1963, se félicite du vote des sénateurs, qui contribuent ainsi au rétablissement de la vérité historique.

    Elle demande au Président de la République de promulguer cette Loi sans délai et d’abroger le décret du 23 septembre 2003 qui faisait du 5 décembre, « date arbitraire et fantaisiste » selon le professeur Kaspi, la date de commémoration en hommage aux morts d’Afrique du Nord.

    La FNACA remercie ses 350 000 adhérents, ses milliers de responsables locaux et départementaux, les 22 000 municipalités de France qui ont appuyé dans ce  sens, la majorité des conseils généraux et régionaux, les parlementaires de toutes sensibilités, qui ont forgé cette Victoire, conforme aux souhaits de 80% des Français tels qu’ils se sont exprimés à l’occasion de différents sondages d’opinion !

    Paris, le 8 novembre 2012 

     

     

     

     

    « Lundi 7 juillet 2014, rediffusion de “l’autre 8 mai 1945 - aux origines de la guerre d’Algérie”, de Yasmina AdiSur la route des 8000 lieux et liens du 19-Mars-1962, aujourd’hui à Vadans (Jura) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :