• C’est donc ce soir vendredi 13 mars à 21h05 sur France 3 que vous pourrez voir un grand hommage à Jean Ferrat décédé il y a 10 ans, jour pour jour le 13 mars 2010

    Pochette d'un album de Jean Ferrat où l'on retrouve la chanson "Nuit et brouillard" © Radio France - Discothèque de Radio France 

    C’est donc ce soir

     vendredi 13 mars à 21h05

    sur France 3

    que vous pourrez voir un grand hommage

    à Jean Ferrat décédé

     il y a 10 ans, jour pour jour

     le 13 mars 2010

    L'éternel demi-sourire de Jean Ferrat a masqué trois grandes tragédies. Celle de l'enfant dont le père fut déporté. Celle de l'homme qui vécut l'autodestruction de sa femme. Celle du militant qui vit l'effondrement de toutes ses espérances. Et pourtant, Jean Ferrat n'a jamais cessé, à travers ses chansons, de promouvoir un message fraternel. La fragilité, les blessures, les émotions violentes, il faut les rechercher à travers son répertoire, de «Ma Môme» à «Nuit et brouillard», de «C'est beau la vie» à «La Montagne», de «Camarade» à «Potemkine», sans oublier «A Santiago», «Que serais-je sans toi», «Ma France», «Aimer à perdre la raison», et «On ne voit pas le temps passer».

    Merci d’arrêter la vidéo après le sujet concerné d’autres vidéos sans rapport suivent :

    Le 13 mars 2010, le chanteur Jean Ferrat disparaît. Homme de convictions, il laisse des chansons militantes qui ont souvent déplu aux gouvernements en place. Chanteur engagé, il est souvent interdit d'antenne.

    Jean Ferrat commence sa carrière dans les années 50 et connaît le succès dès la décennie suivante. À cette époque, la France des années de Gaulle, la télévision et la radio (ORTF) sont sous contrôle. La liberté d’expression est muselée. Les chansons jugées politiquement ou moralement incorrectes sont censurées, interdites d’antenne.

    De nombreux sujets sont sensibles : la critique des gouvernants, l'antimilitarisme, le blasphème, l'anticolonialisme, la guerre d'Algérie, Mai 68...

    Chanteur militant et politique, il est souvent interdit d'antenne.

    Quand Jean Tenenbaum n'était pas encore Jean Ferrat

    Un enfant dans la guerre

    Jean Ferrat est né en 1930. En 1940, son père, un juif russe émigré en France, est déporté à Auschwitz. À seulement dix ans, Jean Ferrat doit se cacher et trouve refuge chez des militants communistes. Plus tard, avec sa famille, il rejoint la zone libre. Cette sombre période lui inspire la chanson sortie en 1963, Nuit et brouillard.

    Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
    Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
    Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
    Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

    Sa diffusion est “déconseillée” par la direction de l’ORTF (Office de radiodiffusion-télévision française) car elle parle de victimes des camps nazis dans un contexte de réconciliation entre la France du général de Gaulle et l'Allemagne du chancelier Konrad Adenauer.

    Ses débuts

    À la Libération, il renonce à faire des études pour aider financièrement sa famille. Sans diplôme, ni expérience, il travaille comme aide-chimiste tout en suivant des cours de théâtre, et en expérimentant l’interprétation et l’écriture musicale.

    À 24 ans, il décide de se consacrer entièrement à la vie artistique et fréquente les cabarets parisiens. Il doit attendre les années 60 pour faire décoller sa carrière. Il alterne des chansons sentimentales, poétiques et engagées.

    Un chanteur politique

    Son histoire personnelle et ses engagements politiques ont façonné son œuvre militante. Il fait partie de ces artistes censurés par les gouvernants de l'époque.

    Bien sûr, je suis politique. D'ailleurs, tout le monde est politique - émission Seize millions de jeunes, 21 avril 1966

    C’est donc ce soir   vendredi 13 mars à 21h05  sur France 3  que vous pourrez voir un grand hommage à Jean Ferrat décédé il y a 10 ans, jour pour jour   le 13 mars 2010

    Jean Ferrat, un chanteur politique © AFP - Louis Joyeux

     

    Le communisme

    Jean Ferrat se qualifie de chanteur politique. Fidèle aux idéaux communistes, il n'est pourtant pas membre du Parti communiste français (PCF).

    Dans l'émission Jean Ferrat 1976, Jacques Chancel lui demande si une carte [du PCF] lui fait peur. Jean Ferrat lui répond :

    Pour moi le militantisme, on peut le pratiquer sur le plan de la municipalité dans laquelle j'ai ces fonctions, je le pratique aussi sur le plan de la chanson

    En 1965, sa chanson Potemkine sort. Elle raconte l'histoire des marins russes du célèbre cuirassé qui se sont révoltés, en 1905. Ce titre est victime d’un faux procès pour apologie du soviétisme.

    C’est donc ce soir   vendredi 13 mars à 21h05  sur France 3  que vous pourrez voir un grand hommage à Jean Ferrat décédé il y a 10 ans, jour pour jour   le 13 mars 2010

    Pochette du titre Potemkine © Radio France - Discothèque de Radio France

    La fin des années 60 est propice aux expériences révolutionnaires. À 37 ans, Jean Ferrat se rend plus de deux mois à Cuba où il y chante une dizaine de fois et... se laisse pousser la moustache.

    Une certaine vision de la société française

    Sa vision de la société dérange. En mai 1968, il soutient le mouvement ouvrier. Ce printemps des révoltes l’inspire et il écrit Ma France. Qualifiée d'irrévérencieuse, elle est interdite d’antenne. Jean Ferrat refuse de passer à la télé sans elle. Il ne retrouve un plateau de télévision que deux ans plus tard.

    Leurs voix se multiplient à n'en plus faire qu'une
    Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
    En remplissant l'histoire et ses fosses communes
    Que je chante à jamais celle des travailleurs
    Ma France

    C’est donc ce soir   vendredi 13 mars à 21h05  sur France 3  que vous pourrez voir un grand hommage à Jean Ferrat décédé il y a 10 ans, jour pour jour   le 13 mars 2010

    Pochette du disque Ma France © Radio France - Discothèque de Radio France

    Une certaine idée de la violence dans la société française est dénoncée lors de son passage à l'émission L'invité du dimanche, le 16 mars 1969. 

    On est dans un monde qui utilise la force et la violence. On est au milieu de la violence. On la subit, bien que souvent ça soit enrobé de guimauve pour la faire passer - L'invité du dimanche, 16 mars 1969

     

    Jean Ferrat dans l'émission L'Invité du dimanche, le 16 mars 1969 © AFP - Bernard Allemane

    Ses propos déplaisent à la direction de l’ORTF. Jean Ferrat est interdit d’antenne. Ses passages aux émissions Midi MagazineQuatre temps et Discorama, entre mars et avril 1969, sont annulés au dernier moment. Suite à cet événement, il ne fait plus de télévision pendant près de trois ans.

    Vivre loin de Paris

    Dans les années 70, Jean Ferrat se retire en Ardèche où il a une maison à Antraigues-sur-Volane. Sa vie loin du tumulte de la ville ne l’empêche pas de critiquer ses contemporains.

    L'affaire d'Ormesson

    Un éditorial de Jean d’Ormesson dans Le Figaro dénonçant la victoire des communistes vietnamiens lors de la guerre du Vietnam le met hors de lui. Jean Ferrat lui répond en écrivant Un air de liberté.

    Ah monsieur d'Ormesson
    Vous osez déclarer
    Qu'un air de liberté Flottait sur Saïgon
    Avant que cette ville s'appelle Ville Ho-Chi-Minh

    La plainte de Jean d’Ormesson et la nature diffamatoire de la chanson pousse Antenne 2 à la supprimer de l’émission Jean Ferrat 1976.

    C’est donc ce soir   vendredi 13 mars à 21h05  sur France 3  que vous pourrez voir un grand hommage à Jean Ferrat décédé il y a 10 ans, jour pour jour   le 13 mars 2010

    Pochette d' "Un air de liberté" de Jean Ferrat © Radio France - Discothèque de Radio France

    Cette chanson reste le dernier titre censuré de Jean Ferrat.

    Un pied de nez à la censure

    En 1980, Jean Ferrat se moque de la censure et en fait le sujet d'une chanson ironique, Quand on n'interdira plus mes chansons.

    Quand on n'interdira plus mes chansons
    Je serai bon bon bon bon bon bon bon
    Quand on n'interdira plus mes chansons
    Je serai bon à jeter sous les ponts
     

    Source : https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/jean-ferrat-l-engage-est-mort-il-y-a-10-ans-1583851664?fbclid=IwAR18Q7Vps4cgglSVTGJbGpo9-Q5_wmHajr3dIEX6ZYllKuG7tHysMBLtBVM

    « Histoire d’une chanson : Le Temps des CerisesQuand le coronavirus permet de détecter Macron positif au virus populiste... l'hypocrite a parlé... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 13 Mars à 12:09

    J'ai lu cette rétrospective. J'y ai appris des choses. C'est que je ne suis pas un spécialiste de la musique, des chansons et des chanteurs !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :