• POUR CEUX QUI N'ONT PAS PU VOIR L'EMISSION : "Complément d'enquête" Les observations de Jacques Cros

    Complément d’enquête

     

    POUR CEUX QUI N'ONT PAS PU VOIR L'EMISSION : "Complément d'enquête" Les observations de Jacques Cros

     

     

    C’est une émission de Matthieu Fauroux qui passait sur Antenne 2 ce jeudi 18 juin vers 22 h 30. Comme il était question de Ménard et de Béziers, et bien qu’elle passe à une heure tardive je l’ai suivie. J’avais d’ailleurs fourni au journaliste un document, en l‘occurrence la lettre que le candidat Ménard avait envoyé aux Biterrois nés en Algérie lors de sa campagne électorale. Elle a été exploitée.

    En gros je me suis retrouvé dans le portrait qui a été dressé du maire de notre ville. Il me semble quand même qu’il y a eu quelques lacunes. Je vais essayer d’en évoquer quelques-unes.

    La première c’est que la poussée de l’extrême droite ne se réduit pas à Béziers et à la personne de Ménard. Les villages du Biterrois sont touchés, on a pu en prendre acte lors des dernières élections départementales.

    Ce qui est en cause me semble-t-il c’est l’ampleur de la crise économique et sociale que nous subissons. Cette situation génère la montée du racisme, de la xénophobe et d’une islamophobie qui prend le relais d’un antisémitisme  de sinistre mémoire.

    Ménard s’appuie certes sur son histoire personnelle et sur l’électorat local pour remettre en scène l’idéologie colonialiste que l’histoire a jugée et condamnée. Il me semble qu’il aurait fallu analyser le contexte qui contribue au regain d’une orientation dangereuse qui tourne le dos aux exigences de la démocratie.

    Au demeurant a été évacuée de l’émission l’action menée par les forces progressistes pour dénoncer l’opération à laquelle s’est livrée Ménard avec son changement du nom de la rue du 19 mars 1962 au bénéfice d’un officier putschiste. S’il n’y avait pas eu le ban et l’arrière-ban des traîneurs de sabre venus en cars de divers points de l’hexagone, les Biterrois, les Héraultais et les gens des départements voisins l’auraient  emporté au niveau de la mobilisation.

    La parole a été complaisamment donnée à quelques commerçants du marché aux fleurs des Allées Paul Riquet. Eh non, Béziers n’est pas devenue une ville salubre. L’insécurité n’a pas disparu et les facteurs qui la produisent, comme le chômage ou la précarité, n’ont pas reculé.

    Le parcours de Ménard a été cerné. Il est passé de l’extrême gauche à la droite la plus extrême via le parti socialiste. On a oublié de préciser une constante : il est resté dans tous les cas de figure d’un anticommunisme féroce.

    A juste titre l’affaire du fichage des élèves a été développée. Son illégalité a été soulignée. A ce sujet on aurait pu évoquer la manifestation organisée par les musulmans le 8 mai et la campagne de distribution de tracts et de collecte de signatures devant les écoles maternelles entreprise par le parti communiste.

    Il y a des points positifs, les huées que l’on entend devant l’hôtel de ville quand Ménard a tenté de capter la colère des Biterrois contre le terrorisme pour nourrir ses options réactionnaires.

    Il y a aussi le rassemblement des croyants de diverses religions exigeant la paix qui est cité. Certes il y a un peu de confusion avec la Marche de la PAIX proposée par le collectif pacifiste du Biterrois pour le 9 août mais ces initiatives vont dans le même sens.

    Il y a encore tous les idéologues appelés à Béziers par Ménard pour « libérer la parole ». Il eut été judicieux d’opposer la conférence / débat qui a eu lieu le 21 mai à la CIMADE, unanimement appréciée. Mais ce n’est pas nous qui réalisions l’émission et nous n’en avons pas subi les contraintes !

     

    Jacques Cros

    POUR CEUX QUI N'ONT PAS PU VOIR L'EMISSION : "Complément d'enquête" Les observations de Jacques Cros

    POUR CEUX QUI N'ONT PAS PU VOIR L'EMISSION MERCI DE CLIQUER SUR CE LIEN :

    http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/complement-d-enquete-du-jeudi-18-juin-2015_947293.html

     Complément d'enquête : "Fichage ethnique, communautarisme, la fracture"

    Complément d'enquête : "Fichage ethnique, communautarisme, la fracture"

    Robert Ménard a déclenché une véritable polémique en mars dernier lors de l'émission "Mots croisés" sur France 2. Il expliquait alors avoir établi des statistiques ethniques au sujet des enfants de sa commune. Une enquête a été ouverte dès le lendemain de ses propos qui ont soulevé l'indignation, notamment des parents d'élèves de Béziers."La gauche n' a pas de leçon à donner sur les statistiques ethniques" a -t-il lancé pour défendre son action."Je vous rappelle que Manuel Valls était favorable aux statistiques ethniques. Il a même dit qu' il allait présenter un projet de loi". Le maire de Béziers fait allusion à cette phrase de Manuel Valls, alors maire d' Evry, en 2009, sur le "manque de blancos dans sa ville". 

    "Je veux des écoles avec des mélanges"

    Pourquoi compter le nombre d'enfants musulmans dans les écoles? "ça sert à prendre les bonnes mesures" explique Robert Ménard,"Je veux des écoles avec des mélanges. Pour pouvoir mélanger, il faut le savoir". Pour lui, il y a des "seuils de tolérance". "A un moment donné on fait fuir dans les quartiers, dans les écoles, tous les gens qui ne viennent  pas de ce milieu là" explique le "sulfureux" maire de Béziers. Mais, ajoute-t-il "Je n'ai jamais employé le mot de fiche, fichier et encore moins de fichage. Les listes qu'on a ce sont les listes que nous fournit l'Education nationale". 

    Le fichage ethnique est interdit en France

    L'utilisation des statistiques ethniques, est, pour certains, un moyen de lutter contre la discrimination. Après les attentats de janvier, à Paris, la phrase de Manuel Valls sur "l'apartheid territorial, social et ethnique" relevait de cette idéologie. Le Premier ministre s'était d'ailleurs dit prêt, en mars dernier, à avancer sur "une réflexion" tout en précisant qu'elle resterait "dans un cadre constitutionnel". En 2009, Manuel Valls était même clairement favorable aux statistiques ethniques.Il faisait partie des députés signataires d'une proposition de loi " visant à lutter contre les discriminations liées à l'origine réelle ou supposée". L'article 16 introduisait un "ressenti d'appartenance" dans les études spécialisées.

    La France, à l'inverse des pays anglo-saxons, refuse les politiques ciblées, les quotas ou les statistiques ethniques pour traiter tous les citoyens à égalité. Complément d'enquête retrace le curieux parcours de Robert Ménard, un ancien journaliste devenu le roi de la provocation, soutenu par le FN. En France, les crispations identitaires se multiplient. Pour lutter contre les discriminations, il faudrait compter, classer les gens selon leurs origines. Car il y a des ghettos en France. Comment faire pour ressouder le pays ?

    Au Sommaire:

    Robert Ménard, provocateur sans frontière

    Armer la police municipale, lutter contre les paraboles étendre le linge aux fenêtres, dénoncer cette France multiculturelle, Robert Ménard, le maire de Béziers, s'est fait une spécialité de briser les tabous. La provocation, c'est la marque de fabrique de l'ancien journaliste anonyme, devenu puissant patron de Reporters Sans Frontières. Portrait d'un ancien gauchiste passé à la droite de la droite. Une enquête de Mathieu Fauroux

    Ghetto ethnique : le coup de Bard

    Un vent de ras-le-bol souffle sur le quartier du petit Bard, à Montpellier. Les 2000 habitants sont pour la plupart d'origine maghrébine et un groupe de mères a décidé de dénoncer ce qu'elles appellent de la ségrégation. Elles ne veulent plus de la vie communautaire. Elles refusent que leurs enfants français grandissent avec l'accent marocain. Reportage de Laure Pollez, au milieu d'un ghetto ethnique.

    Minorités aux USA : le compte est bon?

    En Californie, les universités ne sont plus autorisées à appliquer la discrimination positive. Les quotas, c'est fini. Reportage de Olivier Sibille à l'université d' UCLA, où, malgré la loi, la direction tente tout de même de promouvoir les minorités.

     

     

    « Le chanteur Enrico Macias au Temps d'Algérie : «Je n'ai pas besoin d'un visa pour me rendre en Algérie» "Je me revendique comme algérien""Le jour d’après" Par Jean-Paul Bourgès »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :