• C'est le printemps en France

     

    C'est le printemps en France 

     

    Le vrai printemps, le seul, celui des saisons ! Un samedi printanier dédié à la non violence. Parce que nous le valons bien…

     

     

    C'est le printemps en France

    © GTK

     

    « La non-violence n'est pas non-résistance au mal, elle n'est pas impuissance ni indifférence. Elle n'est pas inertie, ni force d'inertie. Elle n'est pas résignation à la fatalité. Elle n'est pas acceptation de l'injustice, ni concession, ni accommodement ni flatterie au tyran, ni complicité du silence et de l'inaction, ni tranquillité hautaine, ni désertion devant le combat. Elle défend au contraire sa cause avec une implacable ténacité, avec un calme provoquant, et parfois elle attaque. Jamais elle ne fuit, jamais elle ne recule, jamais elle ne lâche prise, et jamais elle ne frappe. Elle riposte à chaque coup en s'offrant à d'autres coups. Elle riposte aux injures par la courtoisie. Elle riposte aux accusations de lâcheté par le témoignage de la présence au péril, et de l'endurance dans l'épreuve. Elle riposte aux mensonges par l'inlassable et précis rétablissement de la vérité. Elle riposte aux manœuvres par la simplicité et la droiture. Elle riposte aux risées par une gravité digne. A toute force du mal, elle oppose non une force de même nature, mais une force de nature opposée qui la compense. » Lanza del Vasto

    « L'homme est fait pour aimer, c'est la seule réalité qui donne au monde sa consistance. Rien ne se fait, rien ne commence tant que les hommes ne se sont pas reconnus. La guerre n'est qu'une dangereuse maladie d'une humanité infantile qui cherche douloureusement sa voie. La torture, ce dialogue dans l'horreur, n'est que l'envers affreux de la communication   fraternelle.   Elle   dégrade   celui   qui l'inflige plus encore que celui qui la subit. Céder à la violence et à la torture c'est, par impuissance à croire en l'homme, renoncer à construire un monde plus humain. » Général Jacques de la Bollardière 

    « La violence et la force ne construisent jamais. La violence et la force ne paient jamais les hommes. Elles ne peuvent que contenter ceux qui se satisfont avec du provisoire. Malgré toutes nos civilisations occidentales nous n’avons pas Cessé de nous satisfaire de provisoire. Il serait temps de penser à de l’éternel. » Jean Giono

     

    « Une fleur pour Jean-Luc EinaudiBenjamin Stora : La Jeunesse algérienne est en train d'écrire le récit historique »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter