• La guerre des mémoires, la France face à son passé colonial, par Benjamin Stora

     

     

    La guerre des mémoires, la France face

    à son passé colonial, par Benjamin Stora

    La guerre des mémoires, la France face à son passé colonial, par Benjamin Stora

     

    Treize ans après la sortie de La guerre des mémoires, le dialogue entre l’historien Benjamin Stora et le journaliste Thierry Leclère vient d'être rééditée cet été 2020 en format poche. Une conversation toujours d’actualité « dans une France encore déchirée en profondeur par son passé colonial » selon les mots du journaliste, qui tient pour exemple les polémiques récurrentes visant les tenants des études postcoloniales qui se voient reprocher de « voir du colonial partout ». « Oui, la France, en 2020, est toujours malade de son passé colonial », constate Thierry Leclère dans l’avant-propos d’un livre dans laquelle Benjamin Stora livre une parole précieuse.

    Pour ce spécialiste reconnu de la guerre d’Algérie et de la question coloniale, « la guerre des mémoires n’a jamais cessé, mais elle vivait dans le secret des familles ». Une guerre longtemps restée « cloisonnée, non assumée » et « souterraine » jusque dans les années 2000. Un épisode en particulier va réveiller les blessures : la très contestée loi du 23 février 2005 consacrant « le rôle positif de la colonisation », qui finira par être abrogée par Jacques Chirac en janvier 2006 malgré les cris d’orfraie poussés dans les rangs de la droite. « Un révélateur très puissant » que « la France n’est toujours pas réconciliée autour de la décolonisation et de la perte de l’Algérie française », pour celui qui s’est vu confier en juillet 2020 une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie » par Emmanuel Macron.

    Avec La guerre des mémoires, Benjamin Stora décode cette guerre des mémoires et revient pour cela sur ses sources mais aussi ses pièges. Car le débat sur la colonisation est loin d’être clos et il faut pouvoir l’affronter le plus sereinement possible - ce qui est loin d'être évident - pour envisager, dans un avenir plus ou moins proche, une réconciliation des mémoires qu'il importe de favoriser et pour laquelle l’historien oeuvre de longue date.

     

    Présentation de l'éditeur

    La guerre des mémoires, la France face à son passé colonial, par Benjamin Stora

    En ces temps tumultueux, il est utile de lire – ou de relire – ce petit livre de Benjamin Stora. Dans un dialogue limpide avec le journaliste Thierry Leclère, Benjamin Stora nous interroge : ­comment se vivre comme descendant ­d’esclaves, ou encore comme fils ou fille de colonisés ? Ce choc des mémoires est-il une rumination vaine du passé ou, au contraire, une relecture «  thérapeu­tique  » de l’histoire ? Qu’est-ce qu’être Français, aujourd’hui ?

    Des sujets au cœur de notre actualité, suivis d’un récit âpre et mélancolique, Algérie 1954, qui relate les dernières heures, cruciales, de ­l’Algérie française. Une réflexion toujours aussi ­percutante.

    L'auteur

    Historien et sociologue, Benjamin Stora est professeur d’histoire du Maghreb et de la colonisation française à l’Institut national des langues et des civilisations orientales.

    SOURCE : https://www.saphirnews.com/La-guerre-des-memoires-La-France-face-a-son-passe-colonial-par-Benjamin-Stora_a27394.html

     

     

    « Faïza Guène : la transmission silencieuse du trauma colonialHapsatou Sy alias "Corinne" : Éric Zemmour mis en examen après ses propos *** Procès Zemmour: les associations antiracistes demandent une sévérité exemplaire »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 18 Septembre à 17:56

    Oui je crois que Benjamin Stora est résolument engagé du côté de la vérité historique. La guerre d'Algérie s'inscrit indubitablement dans le colonialisme qui lui même doit être considéré, de la même façon que l'esclavage, comme un crime contre l'humanité.

    Oui il y a eu des exactions au cours de ce conflit qui ont été des crimes de guerre mais c'est la guerre elle-même qui a été un crime.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :