• M. le Président Macron vous allez vous adresser aux Français ce soir. A cette occasion pouvez-vous répondre à cette question : A quoi ont servi les 89 militaires français morts en Afghanistan

     

    Aujourd'hui 17 août 2021 une vidéo en complément à cet article

    Monsieur le Président Macron

    vous allez vous adresser aux Français

    ce soir. A cette occasion pouvez-vous

    répondre à cette question : 

    A quoi ont servi les 89 militaires français morts

    en Afghanistan ? 

     En 2015 je mettais en ligne cet article :
     
     

      Obsèques du sergent français Damien Buil, mort en Afghanistan 

      © MaxPPP 

    Dernière Marseillaise entonnée à Kaboul par les soldats français le 31 décembre 2014 car l’opération Pamir prenait fin officiellement elle avait débutée  en 2001 pour lutter contre les talibans et Al-Quaïda. Treize années de présence en Afghanistan qui ont coûté la vie à 89 militaires français, dont le Sergent Damien Buil, tombé lors de l'embuscade d'Uzbin en 2008. Pour son père Jean-François Buil, ce retrait définitif a un goût plus qu'amer. 

    "Un très grand échec de l'OTAN"

    "Mon sentiment est un sentiment de catastrophisme aigu, pour moi c'est un très grand échec de l'OTAN. 13 ans de conflit, 89 soldats français morts, 700 blessés. C'est un conflit qui n'a apporté que de la misère. Tous les jours je le revis".
    Un conflit trop long, qui n'aura servi à rien, selon Jean-François Buil. "Ces barbus, ces talibans sont toujours là-bas, ils sont partout dans le monde. C'est comme une mafia. Mon fils, ses camarades, tous ces soldats sont morts pour rien. En 2011, il y avait 140 000 soldats en Afghanistan pour venir à bout de cette rébellion, ils n'y sont pas arrivés et, aujourd'hui, on s'en va. Il ne se passe pas une journée sans qu'il y ait un attentat. C'est l'insécurité totale". 

    Le 31 décembre 2014  le dernier soldat français a quitté le sol afghan et passé le relais à une force turque. La presse nationale s'est contentée de relater l'événement, mais rares sont ceux qui ont dressé le bilan de cette opération.
    C'est Jacques Chirac qui a pris la décision d'intervenir en Afghanistan en 2001, aux côtés de l'OTAN et à la demande des Américains, qui voulaient punir ceux qui selon eux soutenaient les terroristes à l'origine des attentats du 11 septembre.
    L'objectif à l'époque, était en apparence noble : chasser les talibans de Kaboul, détruire les camps d'entraînement d'Al Qaïda en Afghanistan et reconstituer une armée afghane. Pour y parvenir, la France a envoyé plus de 70.000 soldats en Afghanistan. Le contingent français a atteint 4.000 militaires au plus fort des opérations, en 2010. Et cette intervention a coûté la vie à 89 soldats français et fait plus de 700 blessés.
    L'un des épisodes les plus dramatiques a été l'embuscade tendue par des insurgés à une unité française le 18 août 2008 dans la vallée d'Uzbin, district de Surobi, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Kaboul. Onze militaires français avaient alors été tués et 20 autres blessés.  

    Treize ans plus tard, peut-on dire que les objectifs de 2001 ont été remplis? Les talibans n'ont été chassés que du coeur de ville de Kaboul et les résidents étrangers ne peuvent y circuler que dans un périmètre très restreint, ultra-surveillé et malgré tout toujours à la merci d'un attentat kamikaze ou d'une roquette.
    A part ça, l’Afghanistan n’a sans doute jamais été dans une situation aussi préoccupante : les talibans sont plus puissants que jamais, contrôlant de très larges pans du territoire et organisant de véritables vagues d'attentats qui ont déjà fait plusieurs milliers de victimes innocentes.
    La démocratisation mise en avant dans un second temps pour justifier notre présence militaire a définitivement tourné à la farce : la corruption, la criminalité, le trafic de drogue, la violence règnent partout. Et le pays est dirigé par un Hamid Karzaï qui négocie ouvertement son avenir avec les talibans, dont tout le monde sait qu’ils prendront immédiatement le contrôle total du pays à la minute même où les derniers militaires occidentaux auront quitté l’Afghanistan.
    Et c'est le même Hamid Karzaï qui a décidé de baser son nouveau code pénal sur la charia, et notamment de réintroduire la peine de mort par lapidation pour les personnes mariées "coupables" d’avoir eu des relations sexuelles adultères. Une décision confirmée auprès des dirigeants américains et des responsables des Nations Unies par Rohullah Qarizada, membre de la commission sur la loi coranique, celui-ci déclarant : "Nous travaillons sur un projet de code pénal de la charia prévoyant que la lapidation sera la sanction de l’adultère s’il est confirmé par quatre témoins oculaires". Les personnes coupables du même "crime" sans être mariées s’en tireront beaucoup mieux : elles ne recueilleront, elles, qu’une centaine de coups de fouet...
    Quand on dresse le bilan d'une opération, on ne peut passer sous silence son coût financier. Selon la commission de la défense de l’Assemblée nationale, la présence militaire française en Afghanistan a déjà coûté 3,5 milliards d’euros aux contribuables pour la période 2001-2013. Une somme qui n’inclut ni l’usure, ni la destruction des matériels aériens et blindés utilisés sur place, ni les frais médicaux, frais d’obsèques ou pensions d’invalidité, ni le coût du retrait progressif du contingent militaire français estimé entre 200 et 300 millions d’euros...
    Tout ça pour ça, serais-je tenté de dire !
    Ajoutons qu'en 2008, lorsque 11 soldats sont tombés dans une embuscade des talibans, de graves accusations avaient été portées par les familles contre l'incompétence de  l'état-major et le manque de moyens dont disposaient les soldats. C'est ainsi qu'on a découvert que ces derniers étaient sous-équipés, souvent obligés d'acheter eux-mêmes leurs équipements pour remplacer celui fourni par l'armée française, soit inadaptés, soit de très mauvaise qualité.

    Aujourd'hui, on est légitiment en droit de se demander à quoi ont servi ces 89 morts.
    SOURCE : http://www.zinfos974.com/A-quoi-ont-servi-les-89-militaires-francais-morts-en-Afghanistan_a79842.html  

    M. le Président Macron  vous allez vous adresser aux Français ce soir. A cette occasion pouvez-vous  répondre à cette question : A quoi ont servi les 89 militaires français morts en  Afghanistan

    "Ça n'a servi à rien": la colère du père

    d'un militaire français mort en Afghanistan

    Treize ans après le décès de son fils militaire sur le territoire afghan, Jean-François Buil se dit "écoeuré" par le retour au pouvoir des talibans dans le pays et estime que les soldats français "sont morts pour rien".

    Son fils Damien, militaire français, est mort dans une embuscade à Uzbin, en Afghanistan, le 18 août 2008. Treize ans plus tard, devant les images des talibans qui s'emparent à nouveau du pouvoir en Afghanistan, Jean-François Buil a le sentiment que les soldats français "sont morts pour rien". Il fait part de son témoignage à BFMTV.

    "Je ne comprends pas du tout, je suis complètement écoeuré par ce qui se passe, quand je pense à tout ces soldats. Ce sont 3500 soldats de l'Otan et américains qui sont décédés là-bas, et à toutes ces familles endeuillées, je pense que ça n'a servi à rien" relate avec colère Jean-François Buil.

    Ce retour des talibans, le père du soldat "s'y attendait un petit peu". Il se dit "lapidé" par les images qu'il voit et estime que cette situation n'est "malheureusement qu'un début".

    "Ce que les soldats ont pu faire là-bas n'aura servi à rien"

    "Ca va faire 13 ans que notre fils et ses camarades sont tombés lors d'une embuscade à Uzbin le 18 août 2008, c'est comme si c'était hier, et aujourd'hui, la veille du 18 août, les talibans reviennent. Donc tout ce que les soldats ont pu faire là-bas n'aura servi à rien. La preuve on repart à zéro et ça je ne peux pas le comprendre" déplore le père du militaire.

    Il explique par ailleurs que son fils était en Afghanistan pour "former, selon ce qu'on leur avait dit au départ, une armée afghane". Une mission qui l'interroge car "aujourd'hui il n'y a plus d'armée, le président se sauve et il n'y a plus de militaires, on n'arrive plus à comprendre (...) c'est quelque chose qui me met hors de moi."

    "Ils sont morts pour rien, la preuve, ceux qu'on a voulu chasser il y a 20 ans aujourd'hui ils reviennent et les portes sont grandes ouvertes (...) ils ont tout reconquis avec une facilité effroyable (...) c'est un échec total de nos politiques", martèle encore Jean-François Buil.

    Cliquez sur ce lien pour voir la vidéo

    https://www.bfmtv.com/international/moyen-orient/afghanistan/ils-sont-morts-pour-rien-la-colere-du-pere-d-un-militaire-francais-mort-en-afghanistan_AV-202108170148.html 

     

    Pierre Barbancey, grand reporter, samedi 14 novembre 2015 : « Je suis actuellement en Irak. Ce pays qui a été démembré, ses communautés et ses confessions jetées les unes contre les autres, par une guerre voulue par les Etats-Unis en 2003. C'est sur ce terreau que s'est développé Daech, l'organisation de l'Etat islamique. 

    Des terroristes soutenus et aidés par des pays comme le Qatar, la Turquie et l'Arabie saoudite. Trois pays aux liens privilégiés avec la France qui leur vend des armes. 

     Il faut pleurer les morts du 13 novembre 2015 à Paris. Mais il faut aussi avoir en tête que les populations du Moyen-Orient vivent ce cauchemar au quotidien depuis des années. 

    La France officielle fait des guerres : Libye, Mali, Centrafrique, Irak... Toujours sous des prétextes humanitaires. Ce qui est un leurre. La guerre n'a jamais rien réglé, au contraire. La guerre ne peut pas toujours se regarder à la télévision. Si on accepte qu'elle ait lieu ailleurs, alors il faut s'attendre à ce qu'elle nous revienne dans la gueule un jour. C'est pour cela qu'il faut la paix. Une politique internationale de la France dédiée à la paix, pas une politique de gendarme, vendeuse d'armes et de captation des richesses d'autres pays… »
    Que rajouter de plus ? Juste s'interroger sur l'opportunité des interventions de plus en plus nombreuses décidées après l’Afghanistan… Puisque maintenant le terrorisme est en France… et maintenant la France n’a plus le choix… elle doit protéger ses enfants… et pleurer les 129 victimes du 13 novembre 2015... et toutes les autres...

    Et au Mali...

    M. le Président Macron  vous allez vous adresser aux Français ce soir. A cette occasion pouvez-vous  répondre à cette question : A quoi ont servi les 89 militaires français morts en  Afghanistan

    M. le Président Macron  vous allez vous adresser aux Français ce soir. A cette occasion pouvez-vous  répondre à cette question : A quoi ont servi les 89 militaires français morts en  Afghanistan

     

    Mali, treize morts pour rien ?

    La rédaction de Mondafrique 

    Le tragique accident qui a causé la mort de treize militaires au Mali le 25 Novembre a provoqué une réaction salutaire d’un ancien militaire français qui s’interroge sur la pertinence de l’intervention française au Mali. Voici son texte.

    « Terrible accident, terrible nouvelle que celle de ces treize valeureux soldats tués dans cette collision d’hélicoptères dans la zone du Liptako Gourma, dite zone des trois frontières, lors d’une intervention de nuit face à un Groupe Armé Terroriste identifié comme faisant partie de l’EIGS (État islamique dans le Grand Sahara).

    Dans les interrogations que cet incident ne manquera pas de soulever en France, viendront peut-être celles sur les raisons de la présence militaire française dans le Sahel. Sans nul doute cette intervention ne sera pas facile à être remise en question, car d’évidence elle arrange bien les desseins des factions aux commandes en Afrique ou en France

    Des questions légitimes

    Après presque sept années d’intervention, quel progrès réel observe-t-on ? Quelles améliorations ? La situation sécuritaire générale s’est-elle améliorée? Les populations locales vivent-elles mieux ? Et puis surtout, et au fond : de quoi s’agit-il ? De quoi on parle au-delà des discours rassurants ou moralisateurs ?

    S’agit-il de lutter contre l’islam radical ? De défendre des intérêts d’entreprises minières ou pétrolières ? D’empêcher le génocide de chrétiens par des milices armées musulmanes radicales ? De participer au maintien au pouvoir de régimes politiques qui sont favorables à la France ? D’occuper le terrain pour que d’autres ne l’occupent pas à sa place ? De donner un bel os à ronger aux militaires plutôt que de les voir dans une situation extrême-devenir un éventuel contre-pouvoir face à un gouvernement contesté ?

    La guerre, source de profits

    L’importante question de savoir si cette politique africaine nous coûte ou nous rapporte devra être soulevée ! Et si elle est source de profits ou d’avantages, pour qui ? Les causes échappent à peu près tout le monde dans un pays endeuillé…
    Tout ceci va donc peut-être être enfin mis à la lumière nue et crue du jour ! … Du moins si les journalistes -pour peu qu’il y en aurait encore- font bien leur boulot.

    SOURCE : https://mondafrique.com/mali-treize-morts-pour-rien/ 

    Les ressources naturelles du Mali :

    Les raisons de l’intervention militaire

    française ?

    Or : Le Mali est le troisième producteur en Afrique, une exploration à grande échelle est en cours. Le pays est célèbre pour son or depuis l'époque du grand Empire du Mali. A cours du pèlerinage à la Mecque de l'empereur Kankou Moussa, en 1324, sa Caravane transportait plus de 8 tonnes d'or ! Le Mali a donc été un pays minier pendant plus d'un demi-millénaire. 

    Il y a actuellement sept mines d'or en exploitation au Mali, qui comprennent : Kalana et Morila dans le sud du pays, Yatela, Sadiola et Loulo dans l'Ouest, et il a récemment repris la production à Syama et Tabakoto.des Projets d'exploration avancés incluent : Kofi, Kodieran, Komana, Gounkoto, Banankoro, Kobada et Nampala. 

    Uranium : il y a  des signes encourageants et l'exploration est en pleine activité. L'exploration est réalisée par plusieurs compagnies avec des indications claires sur des gisements d'uranium. Le potentiel pour l'uranium se trouve dans le quartier de Fall, qui couvre une superficie de 150 km2 du bassin nord Falea Guinée, un bassin sédimentaire neoproterozoica rapporté par des anomalies radiométriques. Le potentiel uranifère de Falea  est de 5000 tonnes. Le projet de Kidal, dans le nord-est du Mali, d'une superficie de 19 930 kilomètres carrés, couvre une grande zone  géologique cristalline dite de l'Adrar des Iforas. Le potentiel  d‘uranium existant à Samit,ainsi que dans la région de Gao, est estimé à 200 tonnes. 

    Diamants : Le Mali a le potentiel pour développer son exploration du diamant. À Kayes (région minière 1), ont été découverts trente 30 filons de quimberlíticos de quelles traces huit voir de diamants. Environ huit petits diamants ont été trouvés à Sikasso (au sud du Mali). 

    Pierres précieuses : 

    - cirque de Nioro du Sahel et de  Bafoulabé : grenades et rares minéraux magnétiques 

    - cirque de Bougouni et bassin et Faleme : Pegmatite 

    - Gourma : grenades et corindons 

    - Adrar des Ilforas : pegmatite et des minéraux en métamorphose 

    - Zone Hombori Douentza : quartz et carbonates 

    Minerai de fer et manganèse : des ressources importantes mais non encore exploitées. Selon les estimations, le Mali a plus de 2 millions de tonnes des réserves potentielles de minerai de fer situées dans les zones de Djidian Kenieba, Diamou- et Bale. 

    Bauxite : les réserves sont estimées à 1,2 millions de tonnes, à Kita, Kenieba et Bafing Makana. 

    - Des traces de manganèse ont été trouvées dans le Bafing Makana, Tondibi et Tassiga. 

    - Dépôts de roches calcaires : 10 millions de tonnes est. (Gangotery), 30 millions (est.) (Astro) et El Bah Haha (nord de Goundam) 2,2 millions de tonnes est

    Cuivre : des potentialités à Bafing Makan (région de l'Ouest) et Ouatagouna (région Nord) 

    Marbre : Selinkegny (Bafoulabé) 10,6 millions de tonnes de réserves estimées et des traces à Madibaya 

    Gypse : Taoudenit (estimé à 35 MT), indices à Kereit (Nord de Tessalit) 0,37 MT estimées. 

    Kaolin : Potentiel de réserves estimées (1MT) situé à Gao (région Nord) 

    Phosphate : réserves située dans le Tamaguilelt, production de 18 000 tonnes/an et un potentiel estimé de 12 millions de tonnes. Il y a quatre autres gisements potentiels dans le nord de 10 millions de tonnes. 

    Plomb et de zinc : Tessalit dans la région du Nord (1,7 millions de tonnes de réserves estimées) et des traces dans le Bafing Makana (région de l'Ouest) et Fabrice (Nord) 

    Lithium : Indices à Kayes (région de l'Ouest) et potentiel estimé de 4 millions de tonnes à Bougouni (région sud) 

    Schistes bitumineux : potentiel  estimé à 870 millions de tonnes, indices à Agamor et Almoustrat dans le Nord. 

    Lignite : Potentiel estimé à 1,3 millions de tonnes, indices à Bourem (région Nord) 

    Sel gemme  : potentiel estimé à 53 millions de tonnes à Taoudenni (Nord) 

    Diatomite : le potentiel estimé à des millions de tonnes à Douna Behri (région Nord) 

    Le 
    potentiel pétrolier du Mali attire aujourd'hui beaucoup d'intérêt de  la part des investisseurs. 

    Le potentiel pétrolier du Mali a été inventorié  depuis le début des années 1970 lorsque des relevés sismiques et des forage sporadiques ont révélé des indices probables de pétrole. Avec la hausse  mondiale des prix des ressources pétrolières, le Mali a promu la recherche pour l’exploration, la production et l'exportation de pétrole. Le Mali pourrait également fournir une voie de transport stratégique pour les exportations de pétrole et de gaz sub-sahariens vers l’Occident et il est possible de relier le bassin de Taoudeni au marché européen par l'intermédiaire de l'Algérie. 

    Déjà ont commencé des travaux sur la réinterprétation des données géologiques et géophysiques déjà faites, en mettant l'accent sur cinq bassins sédimentaires dans le nord du pays, y compris : Taoudeni, Tamesna, Ilumenden, Nara fossé et Gao. 

    DE QUOI EXCITER LA CONVOITISE DE  TOUS LES GROUPES CAPITALISTES DU MONDE !

    La France seul pays en Europe pour faire la police en Afrique... elle n'est pas belle la "Françafrique" cette expression est utilisée pour désigner la relation spéciale qualifiée de néo-coloniale établie entre la France et ses anciennes colonies en Afrique subsarienne.

    M. le Président Macron  vous allez vous adresser aux Français ce soir. A cette occasion pouvez-vous  répondre à cette question : A quoi ont servi les 89 militaires français morts en  Afghanistan

     

    "Tous ces soldats sont morts pour rien"

    Cette vidéo rend hommage aux soldats français morts

    en Afghanistan... maintenant il faudra créer une vidéo

    qui rendra hommage aux soldats français morts

    au Sahel comme au Mali

     

     

     

    « Ma première corrida : "Pour moi, une expérience d’un autre temps"Pauvre petite Afghane... comme des milliers de petites filles, de petits garçons et tous ces adultes je ne présage pas d'avenir heureux pour toi si tu ne fuis pas ton pays... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :