• Avec ces jours tragiques que nous venons de vivre, avec le soulèvement de 4 millions de Français nous avons beaucoup entendu parler de liberté d'expression, de LIBERTE ET DE FRATERNITE

    Avec ces jours tragiques que nous venons de vivre, avec le soulèvement de 4 millions de Français nous avons beaucoup entendu parler de liberté d'expression, de LIBERTE ET DE FRATERNITE

    Avec ces jours tragiques que nous venons de vivre et ses 17 victimes, avec les "marches républicaines" de 4 millions de Français, sans compter le soutien des citoyens de nombreux pays amis, nous avons beaucoup entendu parler de liberté d'expression, de LIBERTE ET DE FRATERNITE, du vivre ensemble, du refus de tout amalgame, alors rappelons quelques faits historiques : 

    En 2013, à Tombouctou au Mali, les terroristes islamistes ont détruit de célèbres mausolées et brûlé d'inestimables manuscrits anciens comme l'OAS à Alger le 7 juin 1962.

    Mali: à Tombouctou, les "bandits" ont détruit... par afp

    Les islamistes radicaux ne sont pas les seuls à s’être attaqués au patrimoine culturel de l’humanité au cours de l’Histoire. Avant eux, on a vu défiler les Vandales, les Huns, les Croisés, les Conquistadors, les nazis et les maoïstes, pour ne nommer que les démolisseurs les plus connus. Il est quand même manifeste que les extrémistes islamistes se sont particulièrement illustrés à ce chapitre depuis le début du XXIe siècle…

     

     Mais nous n’oublierons jamais les actions

    criminelles de l’OAS… dont nous avons

    ci-dessous les quatre condamnés à mort

    et fusillés

    Avec ces jours tragiques que nous venons de vivre, avec le soulèvement de 4 millions de Français nous avons beaucoup entendu parler de liberté d'expression, de LIBERTE ET DE FRATERNITE

    HONTE A CEUX

    QUI LEUR RENDENT HOMMAGE

    ENCORE DE NOS JOURS...

    CEUX-LA ET D'AUTRES

    Avec ces jours tragiques que nous venons de vivre, avec le soulèvement de 4 millions de Français nous avons beaucoup entendu parler de liberté d'expression, de LIBERTE ET DE FRATERNITE

    Brûler des livres ou tenter de supprimer la liberté d'expression, la  LIBERTE au sens le plus large du terme, éliminer des vies les terroristes islamiques de ces derniers jours ou les terroristes de l'OAS, sont tous des criminels.

    Avec ces jours tragiques que nous venons de vivre, avec le soulèvement de 4 millions de Français nous avons beaucoup entendu parler de liberté d'expression, de LIBERTE ET DE FRATERNITE


    7 juin 1962 - Incendie de la bibliothèque de la Faculté Centrale d'Alger par l'organisation terroriste et criminelle l'OAS

    Il y a 50 ans, le 7 juin 1962, l'OAS, a incendié la bibliothèque de la Faculté Centrale d'Alger. C’était le dernier râle désespéré et mortifère de l'Organisation de l’Armée Secrète (OAS) de sinistre réminiscence. L’incendie de la bibliothèque de la Faculté Centrale d’Alger, commis le 7 juin 1962 est un autodafé que l’Histoire a consigné pour la postérité. Un acte que l’on peut aisément qualifier de crime contre l’humanité.

    En mettant le feu à la bibliothèque de l’université d’Alger, les sbires de l’OAS ont perpétré un mémoricide. Dernière tentative vindicative, rancunière et indigne contre le savoir, la science et la culture. La politique de la terre brûlée, l’usage bestial de la table rase, véritable apanage de hordes sauvages ont fait leur œuvre. Il fallait mesurer l’étendue du sinistre, prendre conscience d’un honteux désastre.

    Des milliers d’ouvrages détruits, ravagés en ce funeste 7 juin 1962, par l’explosion de trois bombes installées dans cet établissement. Il faut rappeler que certains fonctionnaires de la bibliothèque étaient complices de cet acte gravissime.

    400.000 documents et ouvrages sur les 600.000 que comptait la BU ont été immolés par les feux. Les 200.000 livres ayant échappé à l’incendie, ont été transférés au Lycée Okba d’Alger pour être restitués à la bibliothèque deux années plus tard. La bibliothèque était, d’un avis unanime, riche et amplement fournie en documents et autres matériaux d’études servant à la science et à la recherche universitaire.

    La destruction de la bibliothèque de l’Université d’Alger par l’OAS, répondait à un plan minutieusement préparé et prémédité qui consiste à démolir tout ce qui pouvait l’être, à plonger le pays dans le chaos et la désolation, à la veille de l'indépendance du pays.

    Cet attentat odieux avait soulevé énormément d’indignation et de réprobation partout à travers le monde. Un mouvement de solidarité avait été créé pour que cet établissement puisse renaître de ses cendres et fonctionne de nouveau. La mission a été remplie et le défi relevé haut la main.
     

    Tombouctou en 2013 - Alger en 1962 - Paris en 2015 :

    L'Histoire est-elle un éternel

    recommencement ?

    Il est vrai que dans les trois cas

    ce sont, c'étaient des terroristes

    et criminels

     

    « Les premières victimes des islamistes sont les musulmans - L'édito de Christophe BarbierHONTE AUX RACAILLES ISLAMOPHOBES : Encore un cas lamentable...qui vient s'ajouter à la cinquantaine de cas de ces derniers jours »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :