• Ce fut une cérémonie rare et originale à Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle : Une place de la Paix inaugurée le 18 mars 2017

    Ce fut une cérémonie rare et originale

    Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle

    Une place de la Paix inaugurée

     le 18 mars 2017

    Ce fut une cérémonie rare et originale à Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle :  Une place de la Paix inaugurée  le 18 mars 2017

    Le maire Jean-Michel Teulière et son adjointe Séverine Perrotin, sur la place de la Paix, au pied de « L’insoumise », la sculpture de Marc Petit © Photo Agnès Gaudin

    La petite commune de Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle (39 habitants) a commémoré pour la première fois le cessez-le-feu de la guerre d’Algérie, le samedi 18 mars, en inaugurant une place de la Paix.

    «Jusqu'alors, les commémorations ne s'adressaient qu'à une liste de morts… j'ai quelque chose à dire aux vivants ». Le Maire de Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle, Jean-Michel Teulière a souhaité s'adresser aux survivants de la guerre d'Algérie à l'occasion du 55e anniversaire du cessez-le-feu.

    La municipalité de l'une des plus petites communes de Corrèze, avec ses 39 habitants, située sur les plateaux de Xaintrie, a donc organisée cette commémoration sous le signe de la paix et de la réconciliation.

    Cette commémoration fut originale parce qu’elle s’est effectuée sous l'égide de la FNACA de Corrèze avec une cinquantaine de porte-drapeaux. Elle a donc réuni l'association intercommunale des anciens combattants et il faut souligner la présence du président du Cercle Algérianiste du Limousin, représentant des pieds-noirs et des harkis.

    A noter la présence de nombreuses autorités civiles dont celle d'un membre du consulat d'Algérie à Bordeaux.

    Ce fut une cérémonie rare et originale à Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle :  Une place de la Paix inaugurée  le 18 mars 2017

    Une place de la paix a été inaugurée à St Bonnet les Tours de Merle (19) le 18 mars 2017 / © F3 Limousin / C. Descubes

    Le maire a souhaité envoyer un message "aux vivants"


    « J’ai quelque chose à dire aux vivants, a-t-il déclaré, jusqu’alors les commémorations ne s’adressaient qu’à une liste de morts… tant qu’ils sont encore debout, je souhaite leur exprimer ma gratitude et leur dire qu’ils ont participé à une guerre, la dernière que la France ait connue ! »

    Ce fut une cérémonie rare et originale à Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle :  Une place de la Paix inaugurée  le 18 mars 2017

    Samedi 18 mars 2017, la petite commune de Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle a célébré à sa manière le 55ème anniversaire du «cessez-le-feu» de la guerre d’Algérie. La «Place de la Paix» a été inaugurée ainsi que la statue «L’insoumise» œuvre de l’artiste Marc Petit. Un grand moment. L’histoire avait rendez-vous avec l’émotion et la mémoire dans cette petite commune de la Xaintrie.

    Ce fut une cérémonie rare et originale à Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle :  Une place de la Paix inaugurée  le 18 mars 2017


    Une militante pacifiste avait les larmes aux yeux en découvrant la nouvelle plaque double de la «Place de la Paix ; Plaça de la Patz» en ardoise de Travassac. En dessous, alignée, une plaque en porcelaine de Limoges peinte, symbolisant la paix  unissant la France à l’Algérie. A gauche, un olivier aux branches calcinées, racornies, est l’image noire, mortifère de la guerre. A sa base, à droite, un tronc lisse et fin de la blancheur de la porcelaine se dresse en biais avec à son sommet un feuillage  au vert tendre chatoyant de lumière : la paix, la vie retrouvées.

    Ce fut une cérémonie rare et originale à Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle :  Une place de la Paix inaugurée  le 18 mars 2017


    Encadrant ce dessin, quatre vers d’un poème de Maxime Becque, ancien soldat d’Algérie :
    «Une guerre sans front
    La vraie guerre quand même
    Par des héros sans nom
    A l’âge des je «t’aime».

    Ces deux belles plaques ont  été réalisées par l’artiste Bertrand Cholet. Emotion a rimé avec génération également lors de leur dévoilement  par  Hugo, un bébé de 7 mois, le cadet de la commune d’un côté, et de l’autre Germaine Aumont, 87 ans, la doyenne d’un village de trente-neuf âmes.
    «Trente-neuf cœurs qui battent toute l’année. Ils sont heureux de vivre sur ce territoire et ils souhaitaient, par cette célébration, se rappeler de cette guerre, de cette drôle de guerre qui nous réunit aujourd’hui. Il fut un temps, les enfants de notre village sont partis loin d’ici pour aller se battre à la demande de la République» a souligné en préambule le maire de Saint-Bonnet-les-Tours Jean-Michel Teulière.

    Ce fut une cérémonie rare et originale à Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle :  Une place de la Paix inaugurée  le 18 mars 2017

       
    La commune, en association avec celles de Saint-Julien-le-Pèlerin et de Goulles, avait voulu faire de cette traditionnelle cérémonie un événement en soi où la culture, la paix, la culture de la paix en seraient le moteur fraternel.
    «Jusqu’alors nous ne parlions qu’aux morts, il nous importait de dire des choses aux vivants» a expliqué  Jean-Michel Teulière.
    Ils étaient ainsi plus de deux-cents, trente-cinq porte-drapeaux, élus, parlementaires, autorités civiles et militaires, habitants de la Xaintrie, réunis pour entendre, partager ce message sur cette Place de la Paix riche en symbole. La cérémonie a débuté par la chanson des «Mille colombes»  entonnée par les membres de la chorale de Soursac Harmonie. Des enfants du village ont lu un poème  «Hier la guerre, aujourd’hui la paix» se terminant par «Non à la guerre, oui à la paix». Une colombe pouvait s’envoler des mains d’une enfant.
    L’autre temps fort  aura été le dévoilement de l’œuvre de Marc Petit, un artiste limousin reconnu. Une sculpture en bronze baptisée «L’insoumise» -dont il a fait don à la commune- se dresse au milieu de la place. Cette femme décharnée, au corps nu, entravée par des bandelettes, rend hommage à toutes les victimes de guerre. Son nom «L’insoumise» est l’anagramme de limousine. Le regard triste de la femme se porte vers le soleil levant. Au sol, la sculpture est entourée d’un pavement qui sera lui-même intégré à un massif floral.

    Ce fut une cérémonie rare et originale à Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle :  Une place de la Paix inaugurée  le 18 mars 2017


    La cérémonie a pris ensuite un tour plus classique avec le dépôt des gerbes par les autorités au pied du monument aux morts.
    Dans son discours, Joseph Lalo, le président de l’association intercommunale des Anciens combattants de Saint-Bonnet-les-Tours,  Goulles et Saint-Julien-le-Pèlerin  a exprimé sa profonde reconnaissance pour cette cérémonie.
    Il est revenu sur une «guerre coloniale» menée par des hommes de «20 ans la fleur de l’âge» et a évoqué «cette paix si fragile, éphémère, volage qui nous échappe malgré nous. La paix ne peut être qu’un visage humain».
    Parmi l’assistance, des appelés qui ont participé à cette guerre «impudiquement et improprement nommée les événements» dixit Jean-Michel Teulière.
    Il a vécu et travaillé à Versailles. Il est  parti en 1957 pendant plus d’un an «dans une putain de guerre de merde» lâche-t-il. Les souvenirs reviennent et des larmes silencieuses quand  la mémoire se fixe sur un camarade tué en pleine nuit par un «tir posté» alors que cet instituteur écrivait une lettre à sa femme. Aux vivants et aux morts.

     

     

     

     

    « « Ils ne savaient pas que c’était une guerre »Dans le domaine de la mémoire de la guerre d'Algérie et ses victimes, nous devons beaucoup à Paris et à son ancien maire Bertrand Delanoë »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter