• Des mots inappropriés

     

    Des mots inappropriés 

    Des mots inappropriés

    Avec une demande de droit de réponse

     cet article sera envoyé à INFO-CHALON

    Je reçois d’un contact que j’ai à Chalon-sur-Saône, non il ne s’agit pas de mon ami Michel Dandelot… il ne diffuse pas ce genre de document, du moins pas sans commentaire critique, un article Ils avaient 20 ans là-bas en Algérie ! -  de la presse du cru. Il y est question des 30 000 soldats « morts pour la France » et de la « pacification ».

    Déjà en 14-18 l’expression « Mort pour la France » était sujette à contestation. Anatole France a notamment écrit « On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels » ! En Algérie c’était bien pire : que faisions-nous à des centaines de kilomètres de nos frontières ?

    Eh bien on n’y défendait pas la France mais un système social, le colonialisme, qu’on avait imposé sur des terres qu’on avait conquises par la force des armes. Les soldats qui ont perdu la vie dans cette guerre anachronique ont été victimes de l’imbécillité des dirigeants politiques de l’époque qui refusaient de voir que l’Algérie française était une fiction que l’on maintenait contre le vent de l’histoire.

    Le même article Ils avaient 20 ans là-bas en Algérie ! fait état de la pacification dans laquelle nos troupes étaient engagées. Avec la torture, les corvées de bois, les camps de regroupement, l’utilisation du napalm, du gaz sarin, les douars incendiés, les viols aussi ? Eh oui, la puissance coloniale avait créé les conditions d’une guerre civile en Algérie ! Il ne fallait pas s’y fier !

    Il eut été mille fois préférable qu’on évite ce conflit chargé de souffrances et qu’on négocie la fin du colonialisme et la guerre menée pour tenter de le perpétuer. Finalement c’est ainsi qu’on a pu régler les questions qui se posaient. On aurait dû le faire tout de suite !

    Je ne connais pas spécialement le journaliste qui a pondu cet article Ils avaient 20 ans là-bas en Algérie ! complètement déphasé par rapport au souci de paix et d’amitié entre les peuples ainsi qu’à la recherche de la vérité dans le devoir de mémoire auquel nous sommes invités en ce 60ème anniversaire du cessez-le-feu. J’estime qu’il est complètement à côté de la problématique du moment !

    Un point avec lequel je suis toutefois d’accord avec lui, c’est la place qu’occupent les appelés du contingent dans cette réflexion sur notre passé. Ils sont, c’est vrai, absents du débat !

    Je signale une vidéoconférence sur le sujet organisée ce samedi 19 mars à 19 h par le Mouvement de la Paix. Elle est accessible à tous, voici le lien :

    https://zoom.us/j/7585066971 

    Et naturellement je rappelle notre rendez-vous ce samedi 19 mars à Béziers, à 15 h, à l’entrée de la rue anciennement nommée Rue du 19 mars 1962.

    Jacques CROS

    Ancien appelé de la guerre d’Algérie

     

     

    « Eh Pécresse ! Eh Le Pen ! Vous aussi vous occultez l’OAS *** Vous êtes des menteuses éternelles… Emmanuel Macron "assume" les gestes mémoriels sur la guerre d'Algérie La France a commémoré samedi le 60e anniversaire des accords d'Evian et du cessez-le-feu en Algérie. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :