• On ne vous a pas tout dit sur Le Pen (père)

    On ne vous a pas tout dit sur Le Pen (père)

    Quand Le Pen incitait les Algériens

     à s’installer en France par millions

    Quand Jean-Marie Le Pen était favorable à l'arrivée massive de musulmans algériens en France...

    Intervention du député Jean-Marie Le Pen pour soutenir le maintien de l’Algérie française, le 28 janvier 1958 , à l'Assemblée Nationale.

    Jean-Marie Le Pen, 2e séance du 29 janvier 1958, Assemblée Nationale, dans JO - Débats parlementaires - Assemblée Nationale (1958), p.310-311, paru 1958, Journal Officiel.

    Extrait :

    « Ce qu’il faut dire aux Algériens, ce n’est pas qu’ils ont besoin de la France, mais que la France a besoin d’eux. C’est qu’ils ne sont pas un fardeau ou que, s’ils le sont pour l’instant, ils seront au contraire la partie dynamique et le sang jeune d’une nation française dans laquelle nous les aurons intégrés. J’affirme que dans la religion musulmane rien ne s’oppose au point de vue moral à faire du croyant ou du pratiquant musulman un citoyen français complet. Bien au contraire, sur l’essentiel, ses préceptes sont les mêmes que ceux de la religion chrétienne, fondement de la civilisation occidentale. D’autre part, je ne crois pas qu’il existe plus de race algérienne que de race française [...]. Je conclus : offrons aux musulmans d’Algérie l’entrée et l’intégration dans une France dynamique. Au lieu de leur dire comme nous le faisons maintenant : « Vous nous coûtez très cher, vous êtes un fardeau », disons leur : « Nous avons besoin de vous. Vous êtes la jeunesse de la Nation » [...] Comment un pays qui a déploré longtemps de n’avoir pas assez de jeunes pourrait-il dévaluer le fait d’en avoir cinq ou six millions ? »

    Aujourd’hui, la famille Le Pen n’a pas de mots assez durs pour dénoncer les immigrationnistes (*), alors que Jean-Marie Le Pen était le plus fervent défenseur de l’immigration venant du Maghreb, comme son discours de 1958 le prouve.

    Aujourd’hui, la famille Le Pen n’a pas de mots assez durs pour dénoncer la menace que représenterait l’Islam, alors que Jean-Marie Le Pen était le plus fervent défenseur de la religion musulmane, comme son discours de 1958 le prouve.

    Certes la France de 58 n’est pas la France d’aujourd’hui, mais que penser de ces déclarations des dirigeants du FN, capables de dire tout et son contraire ? Cette entreprise de spectacle politique qu’est le FN n’a décidément rien à envier aux autres partis (de spectacle politique)

    (*) Le Monde 22/09/2012 : « " Pour Jean-Marie Le Pen, islam et immigration sont liés : "l’islamisme est le fils ainé de l’immigrationnisme ", a-t-il ainsi affirmé. »

    Et puis Le Pen Père ça été aussi cela :

    On ne vous a pas tout dit sur Le Pen (père)

    La guerre d'Algérie ou le spectre de la torture 

    Réélu député en 1958, Jean-Marie Le Pen devient rapporteur du budget de la Guerre à l’Assemblée nationale. Un poste stratégique alors que la guerre d’Algérie continue. Le jeune élu en profite pour marquer son indépendance vis-à-vis du gaullisme et défend l’Algérie française. Geste fort, il quitte, au cours de son mandat, les bancs de l’Hémicycle pour se porter volontaire en Algérie. Ayant été officier de renseignement, il a avoué, le 9 novembre 1962 dans la revue Combat, "avoir torturé parce qu'il fallait le faire". Au lendemain de cette déclaration fracassante, il est revenu sur ses propos, évoquant des "méthodes de contraintes" plutôt que de tortures. Malgré cela, Jean-Marie Le Pen est décoré de la Croix de la valeur militaire. Dans les années 80-90, plusieurs personnalités –Michel Rocard, Pierre Vidal-Naquet ou le général Aussaresses– l’accuseront d’avoir pratiqué la torture en Algérie. Dans un livre, Torturés par Le Pen (2000), l’historien Hamid Bousselham émet des accusations particulièrement détaillées et précises. 

    Reuters 

    On ne vous a pas tout dit sur Le Pen (père)

    Le "détail" qui gêne 

    Le 13 septembre 1987, Jean-Marie Le Pen se retrouve autour d’un scandale sans précédent. Lors du Grand Jury RTL-Le Monde, il lance à propos de l’utilisation par les nazis de chambres à gaz: "Je n'ai pas étudié spécialement la question mais je crois que c'est un point de détail de l'histoire de la Deuxième Guerre mondiale." Quelques jours plus tard, il explique, à l’Assemblée nationale, qu’il voulait dire que les chambres à gaz n’étaient pas le seul lieu où des gens ont perdu la vie en 39-45. Le tollé est tel –comme le prouve cette affiche dans une manifestation des associations antiracisme– qu’il finit par exprimer ses regrets à l'occasion du cinquantième anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz. Pourtant, il reparle de ce "détail" lors d’un déplacement en Bavière en 1997, lors d’une interview au magazine Bretons en 2008, et lors d’une séance du Parlement européen en 2009. 

    Reuters 

     

    On ne vous a pas tout dit sur Le Pen (père)

     

     

    On ne vous a pas tout dit sur Le Pen (père)

     

     

    Seuls mes amis ont la possibilité

    d’envoyer des commentaires

     sur ce blog mais il faut vous

    inscrire obligatoirement

    a la « Newsletter »

    colonne de droite

    « "Touggourt" un court-métrage de 13 mn 09'' inspiré de l’histoire vraie d’Alexandre GrémeauxPendant la guerre d'Algérie et même avant l'armée coloniale demandait déjà aux femmes musulmanes de se dévoiler *** MISE A JOUR : CHALON-SUR-SAÔNE »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter