• Télévision : "Ecran opaque pour révisionnisme éculé"

    Télévision  

    Ecran opaque pour révisionnisme éculé

    Les huit soirées de la chaîne Histoire (dirigée par le sinistre Patrick Buisson) sur la Guerre d’Algérie auront grugé et trompé les téléspectateurs ordinaires.

    La volonté était claire : rembobiner le film de l’histoire, 54 ans après l’indépendance, pour véhiculer une nouvelle fois le rejet de l’Algérie algérienne. Mais où sont donc l’antique Algérie, les tribus, la vie d’avant et l’Algérie combattante ? Où sont les Algériens qui se sont soulevés un certain 1er novembre 1954 ? De quelle classe sociale et intellectuelle provenaient-ils ? Comment s’est peu à peu développée, au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’idée de nation algérienne ? Quelle organisation politique nationaliste est née, puis s’est transformée au fil des décennies 1920, 1930, 1940 pour aboutir au déclenchement de la Lutte de libération ? La colonisation et la spoliation ne sont-elles pas la source de la soif de chasser l’occupant ?

    Rien de tout cela. Pourtant, le programmateur a été habile. Huit fois trois heures de programme, cela fait 24 heures de télévision. Nous avons tout visionné, avec au bout le sentiment qu’un seul faux héros est volontairement mis en avant, ou plutôt deux : les officiers de l’armée française, d’abord, qui se sont levés contre le gouvernement français coupable de brader l’Algérie française, et ensuite l’OAS, son émanation directe. Et une seule victime : la communauté européenne avec ses harkis dont on feint de pleurer le sort.

    Tout ce qui est dit dans les films, même ce qui va à leur encontre et les critique, comme la torture et les bavures, les place comme des combattants dont le seul objectif était de conserver l’Algérie à la France. Et les paras après leur dernier putsch chantent Non je ne regrette rien en rentrant dans leur casernement de Zéralda, sur un bout de film d’actualité d’époque…

    Face à l’absence palpable d’une Algérie de chair et de sang, préexistante à la colonisation, l’idée générale des documentaires et films proposés du samedi 9 au vendredi 15 avril apparaît peu à peu limpide dans ce détournement de la vérité historique. Ainsi, l’épisode de la prétendue fraternisation de mai 1958, la séquence des barricades, la fusillade de la rue d’Isly, les témoignages des harkis, les souvenirs émus des Français d’Algérie… la liste est longue.

    De plus, la chaîne Histoire a donné la parole à l’OAS avec L’OAS raconte l’OAS (2011) dans lequel les criminels se glorifient de leurs crimes et attentats, notamment en 1962 pour entraver le processus de sortie de la guerre après le 19 mars 1962. De même pour l’armée et notamment dans le documentaire Dans les pas de Bigeard où les paras sont quasiment déifiés.

    Ces huit soirées (du jamais-vu en France) n’ont fait qu’éveiller des vieux démons.

    Outre le peuple algérien, un autre intervenant historique majeur est descendu de son piédestal, le général de Gaulle qui a amené à leur terme les négociations de paix, heurtant des Français d’Algérie qui étaient là de toute éternité…

    Aucun documentaire ou film qui replace la lutte algérienne dans sa réalité émancipatrice — et il y en a —  n’a été choisi dans ces huit soirées, hormis le beau De l’Algérie coloniale à l’Algérie algérienne signé de Marie Colonna et Malek Bensmaïl (2011) et d’une certaine manière le documentaire La guerre d’Algérie (1984) de l’Anglais Peter Batty, diffusé en cinq épisodes. Et bien sûr La bataille d’Alger de Pontecorvo.

    Qu’auront retenu les téléspectateurs de cette propagande ? Pour notre part, c’est d’abord un dégoût progressif. Un dégoût redoublé par le fait qu’à part quelques modules, la majorité de la programmation n’était pas inédite. C’est dire ce que l’opinion publique a gobé cette vision durant cinq décennies, entretenant une désinformation continue, ce que la chaîne Histoire a regroupé en un best-off du pire.

    Walid Mebarek

    SOURCE : http://www.elwatan.com/hebdo/france/ecran-opaque-pour-revisionnisme-ecule-19-04-2016-319083_155.php

     

     

    France/Algérie : 19 Mars 1962, que reste-t-il des Accords d’Evian ?

    Patrick Buisson avait convaincu

     Nicolas Sarkozy 

    de dénoncer les accords d'Evian

     avec l'Algérie 

     

    PRESIDENTIELLE 2012 - Le titre a décidément été bien trouvé. Dans "Le Mauvais Génie" (Fayard), livre consacré à Patrick Buisson, les journalistes du Monde Ariane Chemin et Vanessa Schneider dévoilent une anecdote qui en dit long sur l'influence qu'a exercée le conseiller préféré de Nicolas Sarkozy avant les révélations scandaleuses sur ses enregistrements clandestins. 

    A en croire les auteurs, Patrick Buisson avait convaincu l'ancien président de la République, en pleine campagne présidentielle de 2012, de dénoncer les accords d'Evian, qui mirent fin à la guerre d'Algérie. 

    "Je ne l'ai pas senti"  

    "Qui peut imaginer que, en 2012, Nicolas Sarkozy a failli proposer de dénoncer les accords d'Evian qui ont mis fin à la guerre d'Algérie?" "C'est l'idée qui a germé à quelques semaines du premier tour, dans le cerveau du conseiller", écrivent les deux journalistes. 

     Réputé pour ses positions ultra-droitières, l'ancien journaliste de Minute et de Valeurs Actuelles, ex-conseiller de Philippe de Villiers, aurait ainsi suggéré et même convaincu Nicolas Sarkozy de revenir sur le titre de séjour spécifique que peuvent obtenir les Algériens depuis ces fameux accords. 

    "Un temps déconcerté, le candidat finit par se laisser convaincre" et indique qu'il en parlera sur France2 le 26 avril 2012, poursuivent les deux auteurs. Finalement, Nicolas Sarkozy n'annonce rien. "Je ne l'ai pas senti", dit-il à son équipe en sortant… etc. 

    « Le train s'est arrêté de siffler, il y a 1 an, le 19 Avril 2015 vers 22 h pour Richard AnthonyLe 1er mai 1962 ne fut pas une fête mais une catastrophe nucléaire nommée Béryl »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter