• 19 mars 1962 : une date historique devenue otage

    19 mars 1962 : une date historique

     devenue otage

    19 mars 1962 : une date historique   devenue otage

    La une du 19 mars 1962 de la Marseillaise (c) Copyright Journal La Marseillaise

    L’anniversaire des Accords d'Evian programmant la fin de la guerre d’Algérie reste un sujet de discorde. En période électorale, la droite l’utilise comme (très discutable) cheval de bataille.

    Le 19 mars 1962, suite aux Accords d’Évian signés la veille, le cessez-le-feu est décrété sur tout le territoire algérien.
    Ces accords mettent fin à près de huit ans d'une guerre qui a vu la France mobiliser 400000 hommes et durant laquelle 250000 à 400000 Algériens auront été tués selon les chiffres les plus courus en France, et plus d’un million et demi selon l’État algérien. La France déplore 28500 morts du côté des militaires, 30000 à 90000 Harkis, 4000 à 6000 chez les civils d’origine européenne, et environ 65000 blessés. Une tribune pour les politiciens 55 ans plus tard, on aurait pu espérer que les historiens des deux rives de la Méditerranée restent les derniers intervenants de ce triste épisode de l’époque coloniale et qu’ils se consacrent à leur travail de vérité dans la sérénité.
    Las, la basse politicaille s’en mêle toujours, et comme le montre la dernière sortie médiatique du maire de Béziers Robert Ménard, apparenté FN, avec toujours autant d’indélicatesse, supprimant le nom de la rue du 19-Mars-1962, pour le remplacer par le nom d’un putschiste du 21 avril 1961.
    La loi votée en 2012 par les deux assemblées, désignant le 19 mars comme « journée nationale du souvenir des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie » n’a rien changé à l’affaire.
    Et l’extrême droite n’est pas la seule responsable des détournements historiques liés, à des fins électorales, à la guerre d’Algérie.
    Dans le Sud de la France, avec l’espoir de récolter les voix des milliers de rapatriés, c’est bien la droite traditionnelle qui a ouvert le feu.
    Dès les années 70 et avec plus de vigueur encore à partir des années 80.
    Ainsi a-t-on vu fleurir les monuments à la gloire des « victimes » de l’Algérie française un peu partout près des côtes de la Grande Bleue.
    A Nice en 1973, Jacques Médecin ouvre le feu avec un « Mémorial des rapatriés ». Puis à Toulon Maurice Arreckx lui emboîte le pas en 1980 avec son monument aux « Martyrs de l’Algérie française. » Ensuite, sont érigés ceux de Perpignan (2003) ou Marignane (2005) sous la houlette d'un maire d'extrême droite.
    Le maire FN de Toulon Jean-Marie Le Chevallier, en 2000, avait d’ailleurs joué une partition proche de celle de Ménard, en baptisant pour sa part un carrefour du nom de « Général Raoul Salan », jouant comme à Béziers sur la dualité des CV des « vedettes » honorées, à la fois anciens combattants de la France libre et putschistes d’Alger...
    Mais pour la droite française en général, l’objet cible du détournement historique, plus d’un demi-siècle après la fin de la guerre d’Algérie, reste malgré tout les Accords d’Évian.
    Rappelons-nous aussi que l’agence France presse en faisait état dans une dépêche fracassante : Patrick Buisson, ancien journaliste du titre d’extrême droite Minute, aurait conseillé, pendant la campagne présidentielle de 2012, à Nicolas Sarkozy de dénoncer les fameux accords. Sans aucun doute pour flatter une partie de l’électorat d’extrême droite. Ce dernier, heureusement ne donna pas suite… Mais il n’en resta pas là, avant d’être « dégagé » à la retraite… il y eut encore cette déclaration :

    C'était en 2016

    Sarkozy avait critiqué

     les commémorations du 19 mars

     

    Le 19 mars reste au cœur "d'un débat douloureux", avait jugé Nicolas Sarkozy

     © SIPA/Allili

    En 2016 alors que François Hollande s'apprêtait à commémorer pour la première fois la "Journée nationale du Souvenir Algérie-Maroc-Tunisie", Nicolas Sarkozy s'opposait au choix du 19 mars pour ces commémorations.

    Dans une tribune publiée dans le journal Le Figaro, l'ancien président Nicolas Sarkozy critique vivement la date choisie par le chef de l'Etat François Hollande pour commémorer la fin de la guerre d'Algérie en 1962.

    "Choisir la date du 19 mars, c'est entretenir la guerre des mémoires", selon l'actuel président du parti Les Républicains. "Cette Histoire-là est douloureuse car, comme dans tout conflit, la violence fut aussi, hélas, des deux côtés", écrit Nicolas Sarkozy.

    Pour l'ancien chef de l'Etat, "choisir la date du 19 mars que certains continuent à considérer comme une défaite militaire de la France, c'est en quelque sorte adopter le point de vue des uns contre les autres, c'est considérer qu'il y a désormais un bon et un mauvais côté de l'Histoire et que la France était du mauvais côté."

    SOURCE : http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/commemorations-de-la-fin-de-la-guerre-d-algerie-choisir-la-date-du-19-mars-c-est-entretenir-la-775191

     

    ************************************************************************************************

    Mais bien sûr qu’il y a un mauvais côté de l'Histoire et que la France coloniale était du mauvais côté… N’en déplaise à tous les nostalgiques de l’Algérie française, les nostalgiques de l’OAS et des putschistes du 21 avril 1961 la cause juste était défendue par ces combattants algériens dont le nombre de victimes est de 300000 à 1,5 million suivant les sources qui sont morts pour libérer l’Algérie du colonialisme français  ayant duré 132 ans.  

    Cette guerre que l’on appelle sale a fait du côté français 30000 victimes. Ils étaient, pour la plupart la jeunesse de France. Ces jeunes Français de 20 ans étaient pour beaucoup opposés à cette guerre perdue d'avance mais ils l'ont faite par obligation en respect aux valeurs républicaines... qu'un grand nombre d'extrémistes ont bafouées.

    Le 19 mars 1962 c’est la victoire de la paix

    Le 19 mars en Algérie n’est pas une date qui est célébrée, c’est le 5 juillet, jour de l’indépendance. Mais le 19 mars reste une victoire de la paix. C’est un jour de mémoire pour honorer les morts des deux côtés. Cinquante-cinq ans après, ce doit être une journée de réconciliation et de reconnaissance des épreuves subies par deux peuples. Le 19 mars est un jour de réconciliation, cinquante-cinq ans après il faut finaliser cette réconciliation.

    Après le 19 mars 1962

    C'est surtout la politique de la terre brûlée des terroristes et criminels de l'OAS qui ont mis à feu et à sang l'Algérie et qui ont provoqué des vengeances inévitables mais de cela les extrémistes nostalgériques se gardent bien d'en parler... préférant rendre hommage, chaque année aux condamnés à mort et fusillés que sont De Gueldre, Bastien-Thiry, Piegts, Dovecar. 

     

    ************************************************************************************************

    Et le cirque continua de plus belle

    19 mars 1962 : une date historique   devenue otage

    Après la primaire de la droite qui avait désigné François Fillon candidat pour l'élection présidentielle, cette phrase de ce dernier prenait encore plus d’importance : Commémoration du 19 mars 1962 : François Fillon dénonçait "une forme de mépris" Certes François Fillon n'a pas dit qu'il supprimera la commémoration officielle du 19 Mars 1962, comme l'a fait Sarkozy... s'il était élu président de la République... mais ses paroles ne sont pas rassurantes. Qui vivra verra !!! 

     

     

           
           

    "Le 19 mars est une date qui ne peut pas être retenue comme une date de célébration nationale", a estimé l’ancien Premier ministre François Fillon dans l’émission "Le Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI. Selon lui, la date choisie par François Hollande exprime une "forme de mépris à l’égard des victimes, c’est-à-dire des harkis et des pieds-noirs".

    L’ancien Premier ministre François Fillon est revenu sur cette commémoration. Sur le plateau du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI il a estimé que le choix de commémorer la fin de la guerre d’Algérie le 19 mars est une mauvaise idée. "Le 19 mars est une date qui ne peut pas être retenue comme une date de célébration nationale", a-t-il jugé. Au lendemain du cessez-le-feu, "il y a eu des centaines de milliers de harkis qui ont été massacrés (...) et des centaines de milliers de Français qu’on appelle des pieds-noirs, des Français d’Algérie, qui ont dû tout abandonner, rentrer en France, pour tout reconstruire", a-t-il rappelé.

    "Donc célébrer le 19 mars, c’est exprimer à l’égard des victimes, c’est-à-dire des harkis et des pieds-noirs, une forme de mépris, donc c’est une division", a poursuivi François Fillon. Il a notamment fustigé François Hollande de vouloir "faire de la communication" avec "l’histoire de son pays".

    Et puis concluons par la championne de la démagogie

     

    Rappelez-vous de mon article : Anciens combattants n'oubliez jamais :  Devinez qui a dit cette phrase «Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l’Histoire de France» ?... Et pourtant c’est à se tordre de rire avec cette dernière information :

    Plus menteuse que Marine tu meurs !!!

    Ne la croyons pas !!! mais je dédie cet article à tous les nostalgériques extrémistes : 

     

    Anciens combattants n'oubliez jamais :  Devinez qui a dit cette phrase « Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l’Histoire de France » ? Mais en 2017 ça ne fait plus partie de son programme ?

    Election présidentielle : ce que contient

     le programme de Marine Le Pen

    La candidate du FN présente, samedi et dimanche à Lyon, « 144 engagements », parmi lesquels figurent la sortie de l’euro ou la réduction de l’immigration, mais le plus étonnant : le témoignage de « la reconnaissance de la communauté nationale à l’égard des harkis et de leurs familles » et l’« opposition à toute commémoration du 19 mars 1962 », date des accords d’Evian, qui ont ouvert la voie à l’indépendance algérienne, ont disparu du programme. Ce qui ne devrait pas plaire à certains cadres et militants du parti, pour qui la mémoire de l’Algérie française reste tenace.

     SOURCE : http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/02/04/marine-le-pen-presente-un-programme-amende-sur-la-forme-sans-surprise-sur-le-fond_5074624_4854003.html

    Anciens combattants n'oubliez jamais :  Devinez qui a dit cette phrase « Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l’Histoire de France » ? Mais en 2017 ça ne fait plus partie de son programme ?

     

     Cela s'est passé en 2011

     

     

     

    Anciens combattants n'oubliez jamais :  Devinez qui a dit cette phrase « Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l’Histoire de France » ? Mais en 2017 ça ne fait plus partie de son programme ?

     

    Marine Le Pen fait sa rentrée chez les pieds-noirs

    La présidente du FN s’est déplacée au Barcarès dans les Pyrénées-Orientales, samedi, pour rencontrer des pieds-noirs et des harkis, un auditoire largement acquis à sa cause. Un retour aux fondamentaux pour la candidate en baisse dans les sondages.

     

    Anciens combattants n'oubliez jamais :  Devinez qui a dit cette phrase « Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l’Histoire de France » ?


    Marine Le Pen et Louis Alliot à Bacarès auprès d'un public tout acquis. (Maxppp)

    "C'est nous les Africains // Qui arrivons de loin // Nous venons de nos pays // Pour sauver la Patrie…" Le Chant des Africains, hymne pieds-noirs et de nombreux partisans de l’Algérie française, Marine Le Pen le connaît par cœur. Hier, lors d’un rassemblement organisé par l’Usdifra, une association de pieds-noirs, elle l’a donc entonné avec ferveur sur le front de mer du Barcarès, près de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales.

    Marine Le Pen, dont la parole fut rare cet été, a décidé de signer sa rentrée politique auprès d’un électorat a priori acquis à sa cause. Alors qu’elle séjourne régulièrement dans le département chez son compagnon, le vice-président du FN Louis Aliot, Marine Le Pen n’est pas seulement venue en voisine. Sa visite s’accompagne de promesses. Et notamment celles "non tenues" faites aux pieds-noirs par Nicolas Sarkozy en 2007. "Nous ferons en sorte de les remplir si le peuple français nous fait confiance en 2012." Et la leader frontiste de promettre une réparation "financière (…) et morale" si elle parvient l’an prochain à la présidence de la République.

    "C’est la candidate la plus proche de nous"

    Au milieu des différents stands du "Salon du savoir faire pied-noir", Marine Le Pen joue sur du velours. Pour Manuel Gomez, pied-noir venu de Cannes et auteur d’un livre De Gaulle, ces Français qui vous haïssent : "C’est la candidate la plus proche de nous. 90% des pieds-noirs voteront pour elle." Au rayon des promesses, devant un auditoire d’environ 500 personnes, Marine Le Pen fait mouche lorsqu’elle évoque "l'échec patent de la double nationalité", qu’elle "exige le respect de vos morts" en retirant des commémorations la date du 19 mars 1962 (jour du cessez-le-feu de la guerre d’Algérie) récusée par de nombreux pieds-noirs et harkis qui la considèrent comme "une date honteuse de l’histoire de France", qu’elle évoque sa volonté de créer "une fondation" qui mènerait des recherches sur le sort des "concitoyens" disparus dans l’ancienne colonie française après 1962, ou encore, qu’elle réclame que soit inscrit dans les manuels scolaires "les rôles positifs joués par la colonisation." L’assistance, qui affiche plus de 70 ans de moyenne d’âge, applaudit, rassurée sur la filiation de la présidente du FN. Ici, beaucoup se souviennent qu’en 1956, un député de la Seine s’est mis en disponibilité de l’Assemblée nationale pour s’engager comme volontaire pour servir en Algérie. Il avait 27 ans et s’appelait Jean-Marie Le Pen...

    Guillaume Mollaret, à Barcarès - leJDD.fr

    Samedi 27 août 2011

    SOURCE : http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Marine-Le-Pen-fait-sa-rentree-politique-a-Bacares-pour-rencontrer-pieds-noirs-et-harkis-379497

    Anciens combattants n'oubliez jamais :  Devinez qui a dit cette phrase « Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l’Histoire de France » ?

     

    Algerie8avril1962.jpg

    Anciens Combattants de la guerre d'Algérie... enfin ceux qui sont attachés à la commémoration du 19 mars 1962... ceux qui ont inauguré des milliers de lieux du 19 mars 1962... N'oubliez jamais et devinez qui a dit cette phrase « Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l’Histoire de France » ?

     

    Alors nous allons vous donner des indices : son père a pratiqué la torture pendant la guerre d’Algérie, il y est officier de renseignement. Il participe à des interrogatoires violents. A son retour à Paris, le 19 avril 1957, il déclare dans Combat : « il n'y a que les hypocrites et les parisiens pour croire que, même à Paris, un interrogatoire est une chose agréable » et insiste sur la nécessité de la torture afin de réduire à néant le terrorisme.

    Son père s'étant à de nombreuses reprises exprimé sur les fours crématoires qui ne seraient qu'un « point de détail de l'Histoire de la Seconde Guerre mondiale », sur l'« inégalité des races » et sur le rejet des malades du Sida, a plusieurs fois été poursuivi et condamné par la justice.

    Alors vous l’aurez tous deviné, il s’agit bien de la fille de Le Pen qui a prononcé cette phrase.

    Cela s’est passé au Bacarès (Pyrénées-Orientales) en 2011 devant un parterre d’environ 500 rapatriés tous acquis à sa cause. Après avoir chanté le Chant des Africains et déposé une gerbe devant une stèle en mémoire des morts pour  l’Algérie française,  avec eux, Mme Le Pen a dit « Si je suis élue présidente de la République, je règlerai d’une manière définitive tous les problèmes des rapatriés, tant d’un point de vue juridique que pécuniaire ou moral »  « Je créerai une fondation pour la mémoire, un centre national sur la présence de la France outre-mer et dès aujourd'hui je réclame solennellement que l'alinéa 2 de l'article 4 de la loi de 2005 soit réhabilité (alinéa demandant que « les programmes scolaires reconnaissent le rôle positif de la présence française outre-mer'-ndlr)". « Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l’histoire de France »

     Anciens combattants n'oubliez jamais :  Devinez qui a dit cette phrase « Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l’histoire de France » ?

    Puis son compagnon, Louis Aliot rend hommage à l’OAS :

    Il a égrené une longue liste de 'grands noms' de l'OAS, autrement dit de 'l'Algérie française'. "Aux ignares, je veux dire que le capitaine Pierre Sergent (député FN des Pyrénées-Orientales 1986-1988-ndlr) dont aucune ville des Pyrénées-Orientales n'a eu le courage de donner un nom de rue, Jacques Achard, Georges Bidault, Roger Degueldre, le colonel Chateau-Jobert, Yves Godard, Raoul Salan... ont tous été des résistants à l'Allemagne nazie!"

     

    Anciens combattants n'oubliez jamais :  Devinez qui a dit cette phrase « Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l’histoire de France » ?

    Mais rappelez-vous Mme Le Pen, en 2002 les Français, avertis des frasques de votre père qui était arrivé en deuxième position de l’élection présidentielle, ont voté à plus de 82% en faveur du candidat Jacques Chirac contre le candidat FN... votre père.

    La France Républicaine ne vous laissera pas gagner l'élection 2017... Avec vos idées racistes, xénophobes, islamophobes, la France Républicaine vous bannira, vous et votre parti... et le 19 mars 1962 restera à jamais une date historique...  

    C’est avec un réel plaisir, Mme Le Pen, que nous vous rappelons qu’en 1962 la France Républicaine s’était déjà rassemblée pour voter à une énorme majorité pour l’indépendance de l’Algérie.

    RAPPEL HISTORIQUE

    Algerie8avril1962.jpg

    Le 19 mars 1962, à midi, prend officiellement effet un cessez-le-feu qui met fin à huit ans de guerre en Algérie.

    Un double référendum vient bientôt conforter cette décision. Le 8 avril 1962, les Français de métropole approuvent à plus de 90% le choix du général de Gaulle. Le 1er juillet 1962, les Algériens se prononcent encore plus massivement pour l'indépendance de leur pays.

     

    19 mars 1962 : une date historique   devenue otage

    Mais rien n’incite vraiment à l’optimisme, en ce jour anniversaire décidément particulier. Le cessez-le-feu du 19 mars 1962 ne fait toujours pas rimer la fin d’une guerre avec la réconciliation... Réconciliation non pas avec le peuple algérien, car celle-ci est réalisée depuis longtemps (de peuple à peuple), mais avec tout ce qu’il y a de plus racistes, islamophobes… les extrémistes revanchards nostalgiques de leur Algérie française chérie… les jeunes générations ne parleront plus de ces tristes divisions lorsque tous les acteurs de cette sale guerre auront disparus… Mais cette sale guerre a mis fin, aussi, ne l’oublions pas à 132 ans de colonialisme, même si ce mot fait réagir aussi certains anciens combattants d’une certaine Fédération.  

      19 mars 1962 : une date historique   devenue otage

     

    « Contre toutes les formes de colonialisme et de racisme... c'est aussi le 19 mars 2017... c'est aussi une marche pour la PaixVoilà un fils de pieds-noirs qui va encore faire râler les nostalgériques extrémistes et certainement d’autres… »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter