• Ma revue de presse : Ce ne sont pas des places de prisons en plus qu'il faut, mais des places dans les hôpitaux psychiatriques

    “T’emmenais les mecs à Auschwitz!”: un militant pro-Fillon compare les journalistes aux nazis

    Ma revue de presse : Ce ne sont pas des places de prisons en plus qu'il faut, mais des places dans les hôpitaux pshychiatriques

    Hugo Clément en est resté abasourdi. Ce jeudi lors d’un meeting de François Fillon à Poitiers, un militant pro-Fillon l’a traité de “fouille-merde” et l’a accusé de perpétuer “un massacre” de la famille Fillon. La suite du discours de ce sinistre personnage est assez étourdissante : “Tu conduisais les trains quand t’emmenais les mecs à Auschwitz, c’est ça que tu faisais!”

    Le journaliste de “Quotidien” n’en revient pas, et tente de le rappeler à l’ordre, en vain “Ce que vous faites à la famille Fillon c’est la même chose, c’est un massacre !”. Extrait du dialogue :

    – “Donc Le Canard enchaîné, ce qu’ils font c’est comme tuer les juifs à Auschwitz ?”
    – “C’est pareil. Il n’y a pas d’étoile jaune mais c’est pareil, c’est la famille Fillon”

    Cliquez sur ce lien pour visualiser la vidéo :

    Ma revue de presse : Ce ne sont pas des places de prisons en plus qu'il faut, mais des places dans les hôpitaux pshychiatriques

    http://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/militant-pro-fillon-compare-journalistes-aux-nazis-conduisaient-juifs-a-auschwitz/

    Ma revue de presse : Ce ne sont pas des places de prisons en plus qu'il faut, mais des places dans les hôpitaux psychiatriques

    Fellag dérape sur France 2  :

    « L’indépendance n’a pas porté ses fruits »

     « Finalement la France c’est une Algérie Française

    qui a réussi ». 

    Ma revue de presse : Ce ne sont pas des places de prisons en plus qu'il faut, mais des places dans les hôpitaux psychiatriques

    Mohamed Fellag, le célèbre humoriste algérien installé en France depuis les années 90 a dérapé sur le plateau de l’émission Thé ou café de Catherine Ceylac diffusée ce dimanche 12 mars sur France 2. S’exprimant avec des mots durs sur l’Algérie, il a vraisemblablement laissé son humour dans les loges. Ainsi à une question de la journaliste française sur les fruits qu’a apporté l’indépendance de l’Algérie, Fellag, a répondu sèchement : « l’indépendance n’a rien apporté »   

    La réponse de Fellag a même surpris la journaliste qui a dit « c’est terrible de dire ça! ». Fellag tente alors de justifier sa réponse: « On rêvait de l’indépendance, nos parents se sont battus pour ça….mais non elle n’a pas porté ses fruits. » Étonnante déclaration de l’humoriste qui est issue d’une famille de révolutionnaires et qui est fière de porter le nom symbolique de « Fellag ».  

    Dans son dernier spectacle: « Bled Runner », Mohamed Fellag ira plus loin dans la dérision: Il dira notamment: « Vous avez raté votre colonisation, nous avons raté notre indépendance, on est quitte! ». Avant d’ajouter : « finalement la France c’est une Algérie Française qui a réussi. ».  

    Mohamed Fellag qui est devenu célèbre dans les années 90 grâce à l’Algérie, en se produisant pendant plusieurs mois au petit Théâtre de Riad El Feth, a fuis l’Algérie pour la Tunisie suite à des menaces et un attentat à la bombe à Riad El Feth. A Tunis, il tente vainement de faire passer ses pièces à succès comme Cocktail Khorotov et SOS Labess, mais la censure et les contraintes familiales l’obligent à partir en France, où il s’installe définitivement et réécrit ses spectacles totalement en français, pour faire plaisir à son producteur et surtout pour attirer le riche public du théâtre, qui est à majorité français.     

    Après de 25 ans d’exil, Fellag n’est jamais revenu faire un spectacle en Algérie, malgré les nombreuses sollicitations. Le responsable de Izzem Prod, qui a édité en Algérie les coffrets de ses spectacles, a tenté à plusieurs reprises de le convaincre mais le comédien a refusé. Fellag vient chaque année en Algérie en été avec petite famille à Azzefoun pour voir sa famille et notamment sa mère mais refuse de participer à une émission de télévision privée ou publique algérienne. C’est donc sur la télévision publique française qu’il a annoncé son divorce définitif avec l’Algérie.     

    Amel Bouchaib

    Un commentaire

    Amghar 

    Fellag a oublié que l’indépendance a apporté ce qu’il est, lui-même, aujourd’hui. Il est cet Algérien libre vivant comme tel dans un pays étranger car, sans cette indépendance, il serait dans cet état une honte pour lui-même. Il confond, à l’évidence, entre rêve et volonté, car vouloir visiter ou aller vivre dans un autre pays, comme il l’a fait, n’est pas nécessairement un rêve et encore moins celui des autres. L’humoriste, qu’il est, doit sa seule célébrité locale à la critique des siens, d’Algériens qui lui ressemblent. Il croit, par des préjugés, aussi irrationnels que grotesques, et dans un moule fabriqué pour le spectacle, que les Algériens sont et pensent comme lui. Fellag a simplement dit ce que la politique et les principes des artisans de ce genre d’émission aiment et veulent entendre. Des émissions qui, hasardeusement, interviennent à des moments ciblés et emploient la célébrité, critère condition, pour influencer les opinions. Véhiculer l’image de l’Algérien tel que fait dans ses différents spectacles, est comme celui qui crache vers le ciel et lui retourne à la figure, étant lui-même cet Algérien qu’il décrit avec autant d’ironie. La vie en occident n’est pas moins facile que la vie en Algérie. Bien au contraire, elle est bien plus clémente en Algérie et ceux qui ont voyagé ou vivent ailleurs, partageront certainement cet avis, y compris les Français eux-mêmes... sauf, bien sûr, les nostalgiques extrémistes de l'Algérie française... qui approuvent, sans réserve, les propos de Fellag...

    SOURCE : https://dia-algerie.com/fellag-derape-france-2-lindependance-na-porte-fruits-video/

     

    Ma revue de presse : Ce ne sont pas des places de prisons en plus qu'il faut, mais des places dans les hôpitaux psychiatriques

    Ma revue de presse : Ce ne sont pas des places de prisons en plus qu'il faut, mais des places dans les hôpitaux psychiatriques

    HONTE A VOUS !

    Ma revue de presse : Ce ne sont pas des places de prisons en plus qu'il faut, mais des places dans les hôpitaux psychiatriques

    "LES HARKIS ET LA REPUBLIQUE"

    Ma revue de presse : Ce ne sont pas des places de prisons en plus qu'il faut, mais des places dans les hôpitaux psychiatriques

    Le kilo de décorations vous fait pencher 

    à l'extrême-droite 

    (Légende ajoutée) 

    Communiqué de Nouali Nasser, président de l’association

                L’association « Les Harkis et la République » appelle tous les harkis, enfants de harkis, Pieds-Noirs, sympathisants, amis et patriotes à assister au grand rassemblement prévu le 19 mars 2017 à 10h30, devant la statue du général de Gaulle – responsable de la tragédie des harkis et des PN - à Montpellier Odysseum.

    ***********************************************************************************

    « On ne peut refaire l´Histoire, «La valise ou le cercueil» appartient à Salan, Ortiz, Lagaillarde et consorts. Personne ne pourra rien y changer. Cette Française restée en Algérie le prouveLE SAVIEZ-VOUS ? La paix en Algérie a été négociée au Yeti dans le Jura, un chalet de la station des Rousses. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter